AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hello !

Partagez | 
 

 Dilana Santi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
PNJ Admin
Personnage Non Joueur

avatar

Points : 173
Messages : 88
MessageSujet: Dilana Santi   Jeu 6 Mar - 15:30

[Fiche créée par Joëlann]

Nom :  Santi

Prénom :  Dilana

Surnom :  peut être Lana?

Âge :  506, mais avec une apparence de 20 ans environ

Sexe :  Fille

Race :  Ange

Pouvoir spécifique :  Ne s’applique pas

Totem :  Ne s’applique pas

Histoire :  Dès sa plus tendre enfance, du plus loin qu’elle pût se souvenir, Dilana avait toujours aimé l’art. Son père avait voulu devenir sculpteur, mais, faute d’argent, il avait dû se rabattre sur le métier de boulanger, travail qu’avait exercé son père avant lui… Sa femme étant morte en donnant naissance à la petite, il s’était retrouvé père monoparental de force et seul propriétaire d’une boulangerie sans employés à sa charge. Cela l’avait pour ainsi dire forcé à demander de l’aide à sa voisine qui s’était occupée du poupon avec joie (la pauvre femme n’avait jamais pu avoir d’enfant…) pendant que lui tentait de faire vivre sa famille. La petite, dès qu’elle avait été en âge de comprendre et de se débrouiller minimalement seule, allait donc aider son père à la boulangerie tous les jours à raison d’une demi-journée par jour. Alors que le matin elle travaillait, ses après-midi étaient occupés à espionner… Son père lui avait confié qu’un grand artiste vivait ici à Florence. Intriguée, la jeune fille avait parcouru les rues de la ville en espérant que la chance lui sourirait… et la chance lui avait souri! En effet, dans le quartier voisin au sien se trouvait l’atelier de l’artiste dont son père lui avait parlé. Et comble de bonheur, c’est également à cet endroit que sa voisine travaillait comme servante. Dilana l’avait supplié à plusieurs reprises de l’amener avec elle, jurant ne pas la déranger dans son travail. Tout ce que désirait l’enfant se résumait à observer le travail de l’artiste… Mais la femme savait que son maître ne laisserait sûrement pas un gamin inconnu entrer dans son atelier, qui plus est si c’était une jeune fille! À moins de… la transformer. La quinquagénaire était rusée et douée dans l’art du déguisement… Et elle avait fini par céder aux suppliques de sa protégée. C’est pourquoi, après avoir déniché les tissus dont elle aurait besoin, l’adulte confectionna de nouveaux vêtements pour Dilana. À l’exception près que ces vêtements étaient des habits pour garçon!

Italie 1512. Atelier de Leonardo di ser Piero da Vinci.
Celle qui deviendra la célèbre Mona Lisa appelée aussi La Joconde se tenait immobile et stoïque tandis que le peintre travaillait avec minutie sur sa toile. Plus loin, une servante s’affairait à nettoyer et à ramasser les reliefs du dernier repas pris par l’artiste tandis qu’un garçon d’une douzaine d’années ramassait, quant à lui, les quelques rares outils artistiques que l’homme lui permettait de manipuler. Le modèle soupira légèrement, mais garda tout de même la pose avec son sourire si énigmatique... Le jeune garçon apporta, à la demande de da Vinci, les pigments de couleur voulus. Il les connaissait par cœur ces peintures et le maître le savait. C’était peut-être la raison pour laquelle il lui faisait confiance, même s’il n’était encore qu’un enfant… Il avait acquis une certaine estime à ses yeux, même si son talent artistique laissait quelque peu à désirer selon da Vinci. De son côté, le garçon parlait peu, mais tentait d’engranger le plus possible les connaissances et les savoirs diffusés par son maître. D’autres garçons, cependant plus vieux, venaient aussi à l’atelier pour apprendre l’art de maître da Vinci. Malgré ce que l’artiste pouvait en penser, le jeune garçon était persuadé qu’il pouvait accomplir autant que les autres!

L’artiste annonça soudainement une pause; son modèle soupirant de nouveau, mais de soulagement cette fois-ci. La servante se dépêcha d’apporter le nécessaire, puis elle retourna à sa besogne. Entre-temps, une lettre avec une mention urgente avait été apportée au maître de l’atelier. Surpris par le caractère officiel du contenu (un grand duc venait de lui passer une commande pour l’anniversaire de sa fille), il ordonna à sa servante de préparer ses bagages. Puis il annonça à la Mona Lisa qu’ils allaient devoir écourter leur séance de travail.

Plusieurs mois plus tard, Leonardo da Vinci revenait à Florence, un nouveau chef-d’œuvre ayant vu le jour. Pendant cette longue absence, Dilana avait dû rester à la maison où son père lui demandait de plus en plus de temps pour travailler à la boulangerie. Il commençait à se faire vieux et certains problèmes de santé semblaient vouloir l’emporter plus tôt que prévu. De plus, il songeait à marier sa fille unique malgré son jeune âge, non pas pour se débarrasser d’elle, bien ou contraire, mais dans la situation actuelle…

Quelques années plus tard.
La petite fille avait beaucoup grandi et était devenue une jolie jeune femme. Malgré les artifices de la métamorphose (du déguisement) qu’elle employait depuis plusieurs années déjà, il était devenu très difficile pour Dilana de toujours passer inaperçue, particulièrement lorsqu’elle se promenait dans la foule, ne serait-ce que pour se rendre à l’atelier de maître da Vinci… Les femmes comme les hommes se retournaient sur le passage de cet éphèbe androgyne. Elle fascinait sous son déguisement de jeune homme…

L’artiste, quant à lui, sentait que, depuis un moment déjà, la mort (qu’il considérait par ailleurs plus comme une amie que comme une éventualité terrifiante) se rapprochait doucement, mais certainement de lui. Lorsqu’il tomba malade pour de bon, la jeune femme envisagea l’avenir de manière sombre. Elle savait au plus profond d’elle que l’Europe perdrait bientôt un grand homme… Quand ce dernier s’éteignit le 12 mai 1519 au manoir du Clos Lucé, il laissa derrière lui des trésors inestimables pour tous ceux et celles qui lui succéderaient par la suite, qu’ils soient artistes ou simples spectateurs…

Même si elle n’avait pas pu être là au moment de la mort de celui qu’elle considérait comme son maître, Dilana s’était juré de se rendre sur sa tombe coûte que coûte, ce qu’elle ne put malheureusement pas faire dans l’immédiat. Par ailleurs, elle ne revit jamais l’élève préféré de da Vinci, Francesco Melzi. Par contre, elle croisa une seule fois, soit environ huit mois plus tard, un autre de ses élèves, Salai, que son maître semblait aussi beaucoup apprécier de son vivant.

Le père de la jeune femme avait succombé à une forte grippe au cours l’année précédant la mort de Leonardo di ser Piero da Vinci. Quant à Dilana, elle mourut, elle aussi, des suites d’une grippe particulièrement virulente. À cette époque, elle venait tout juste d’avoir vingt ans.

Fin des années 1970-Début des années 1980.
Dilana était revenue sur Terre aux alentours des années 1978-1979. C’était, si l’on peut dire, les balbutiements du mouvement gothique notamment au Royaume-Uni où il vit le jour (le mouvement ^^). Au départ, son adaptation à cette nouvelle ère et à ses nouveautés n’avait pas été de tout repos. Toute cette technologie lui était inconnue et son fonctionnement encore plus! De plus, son corps possédait maintenant deux appendices dorsaux, en l’occurrence des ailes. Cette découverte lui fit tout drôle. Est-elle devenue un ange? Aussi incroyable que cela puisse paraître, c’était bien le cas. Donc, en plus de découvrir des technologies inconnues, franchement effrayantes pour une jeune femme venant tout droit de l’époque de la Renaissance, son nouveau statut lui apportait par la même occasion des pouvoirs étranges à gérer. Elle allait découvrir au fil de ses expérimentations qu’il lui était possible de se dématérialiser et de passer au travers des objets notamment.

Août 2008. Dans une auberge.
Assise à une table, Dilana écoutait distraitement les conversations des personnes qui l’entouraient. Elle attendait que son rendez-vous daigne se présenter comme convenu… Il y a quelques mois de cela, elle avait approché par un homme en lien avec une organisation secrète dédiée à la sauvegarde d’êtres comme elle. D’abord méfiante, l’ange avait fini par accepter de rencontrer quelqu’un de l’intérieur et c’est aujourd’hui que cette rencontre devait se dérouler.

« Mademoiselle Santi? » Questionna un homme dans la trentaine.

Hochant simplement de la tête, elle régla l’addition et le suivit à l’extérieur afin d’être à l’abri des oreilles indiscrètes. Bien entendu, son interlocuteur ne pouvait pas lui dire en détail ce qu’était la C.A.T., mais cela ne l’empêchait pas de lui fournir quelques brèves explications, assez à tout le moins pour que Dilana accepte de le suivre. Question de respecter le protocole, il la piqua à l’aide d’une petite seringue emplie d’un étrange liquide semi-transparent. Cela endormit la jeune femme immédiatement. Dans plusieurs heures, elle se réveillerait dans une salle inconnue, mais au moins elle allait être à l’abri des ennemis des Catiens. Bientôt, une nouvelle vie commencerait pour elle.

Caractère : De nature souriante en général, Dilana aime bien discuter avec les gens qu’elle rencontre et apprendre à mieux les connaître. Dans la même optique, il peut lui arriver aussi d’observer les autres. Ça ne se veut pas envahissant, loin de là, mais peut être que certains trouveront cela agaçant, qui sait... De plus, si elle peut venir en aide, elle se portera sûrement volontaire, peu importe le travail à accomplir et le temps que ça prendra. Également, son adoration pour les arts lui a permis de développer son côté créatif. Finalement, du temps qu’elle était encore humaine, Dilana n’avait pas besoin de prendre de réelles décisions, ce qui fait que, encore aujourd’hui, elle préfère se laisser diriger que diriger.

Amours/ami(e)s : Par le passé, il y avait sa voisine et son père qui étaient proches d’elle. On ne peut qu’elle ait eu des amis réels en dehors de ça. Lorsqu’elle était à l’atelier du maître da Vinci, personne ne lui parlait vraiment parmi les élèves… Sinon, depuis sa renaissance, elle a sans doute eu quelques amis/petits amis, mais rien qui n’a duré jusqu’à aujourd’hui. Ce n’est pas toujours facile de ne pas vieillir… Et elle ne connaît personne à la C.A.T. puisqu’elle vient tout juste d’y arriver.

Physique : La peau pâle de Dilana fait ressortir ses grands yeux bleu-vert. Elle n’a pas l’air d’un cadavre soit dit en passant! Elle n’est juste pas bronzée, voilà tout. Ses cheveux, qui descendent plus ou moins jusqu’à ses hanches, sont bruns, à peine dégradés et plutôt raides. En outre, elle a une frange. Plus petite que la moyenne des gens de notre époque, cette jeune femme est restée avec une apparence de fin adolescence/début période adulte. Elle n’est ni totalement l’une, ni totalement l’autre (quant à son apparence ^^). Côté vestimentaire, elle a adopté depuis sa seconde naissance le port de vêtements généralement foncés. Il est donc extrêmement rare qu’elle s’habille avec des habits pâles. De plus, Dilana met plus souvent des jupes (/robes) que des pantalons. Ce n’est qu’une question d’habitude en fait…

Signes particuliers : Dilana est une très grande amatrice d’art. Par contre, elle a une nette préférence pour la peinture et la sculpture, domaines qu’elle côtoie depuis son enfance…
Avatar suggéré:
 

Dilana Santi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» J +89 - Réveil de Magda W. Santi & Adam Dahl
» Arrivé des 163 à Dakar
» AYITI 1946 - 1956 (Lafimen: Listwa Pèp Ayisyen Depi Nan Ginen)
» Changement dans la diplomatie haitienne
» Martelly revient pour les négociations

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
C.A.T. - Créatures Anonymes de la Terre :: Hors-Jeu (Important) :: Présentation des Personnages :: Personnages Pré-Créés :: Fiches Complètes-