AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hello !

Partagez | 
 

 Je veux et j'exige d'exquises excuses

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Dieter
Ange

avatar

Grade hiérarchique :
  • Caporal

Points : 515
Messages : 103
MessageSujet: Je veux et j'exige d'exquises excuses   Sam 27 Oct - 18:37

Physiquement, ça allait. Dieter était en bonne santé. Ses bras étaient comme neufs, pas une plume ne manquait à ses ailes grises, qu’il avait décidé de laisser sorties aujourd’hui, et il avait plutôt bien dormi ces derniers temps. Il avait pu reprendre le travail depuis quelques jours. Il avait repris les divers entraînements, avec une vigueur renouvelée, d’ailleurs. Bref, physiquement ça allait. Enfin presque, si l'on ne faisait pas attention au fait qu'il avait les tripes à l'envers.

Parce que ouais, mentalement, c’était pas tout à fait ça. Ça faisait plusieurs jours qu’il voyait approcher la date fatidique où il devrait venir recevoir les excuses de Will, vampire ex-nazi qui lui avait à moitié bousillé une épaule et un poignet. Et aujourd’hui était ce jour. À dix-huit heures trente, dans le Grand Salon. Il était donc là, depuis dix-huit heures quinze, assis sur un gros tabouret rouge bien moelleux, dos contre un mur d’où il avait vue sur à peu près toute la salle, notamment sur les deux entrées. Il était désormais dix-huit heures quarante-cinq, et il attendait toujours.

Alors évidemment il était ultra stressé, là.

Il avait largement eu le temps de se poser des dizaines de questions. Pourquoi est-ce qu’il était venu en avance ? Qu’est ce que Will faisait donc ? Est-ce qu’il avait refusé de venir ? Est-ce qu’il avait carrément oublié ? Qu’est-ce qu’il avait fait pendant ces deux semaines ? Avait-il été confiné tout ce temps dans sa chambre ? Comment la conversation allait-elle se dérouler ? Est ce que quelqu’un dans la salle était là pour être sûr que tout se déroule bien ? Ugh. Pourquoi il était comme ça.

Le salon, à cette heure, était relativement peuplé. Tous les sièges n'étaient pas occupés, bien loin de là, mais de nombreuses personnes se retrouvaient ici pour discuter de tous les sujets possibles, bruyamment ou plus calmement. Un léger brouhaha régnait sur la grande pièce. De l’autre côté de la salle, dans la partie aire de jeu, il y avait quelques enfants de la base, toutes races confondues (hormis vampires) qui s’amusaient avec les jeux à leur disposition. C’était… réconfortant. Il n’arrivait pas à imaginer l’ex-nazi au milieu de cette ambiance, et encore moins à l'imaginer réitérer son geste de la dernière fois.

Dieter regardait les deux entrées du salon toutes les dix secondes approximativement, et ne manqua donc évidemment pas l’entrée du vampire. Immédiatement, son corps se tendit et ses plumes s’ébouriffèrent légèrement.

Il resta assis, laissant Will le repérer et s’approcher de lui-même. Super gênant. L’ange arbora une espèce de demi-sourire qui ne ressemblait probablement pas à grand chose, parce qu’il ne savait pas du tout comment se comporter. Fallait qu’il lui dise “bonjour, ça va” ? Qu’il lui fasse un petit coucou de loin ? Qu’il lui serre la main ? Nan, ça il avait pas du tout envie. C’était quoi la bonne attitude ? Le regarder d’un air sévère parce qu’il était là pour obtenir des excuses ? Hum, peut-être…

_________________
Pauvre Dieter.
Will
Vampire

avatar

Grade hiérarchique :
  • Soldat recrue

Points : 355
Messages : 73
MessageSujet: Re: Je veux et j'exige d'exquises excuses   Dim 28 Oct - 2:56

À la suite de l’attaque qu’il avait perpétré contre Dieter, Will avait été confiné à sa chambre, comme la plupart des fois où il s’était retrouvé mêlé à une bataille. Néanmoins, toutes les occurrences précédentes n’avaient impliqué que d’autres vampires, des êtres capables de lui opposer une force équivalente à la sienne. Cette fois, il s’en était pris à quelqu’un qui n’avait eu aucune chance. L’ange avait en effet été totalement à sa merci. C’était probablement pour cette raison que monsieur Anderson en personne avait jugé utile d’intervenir.

Le chef des vampires était venu lui-même chercher son élève afin de l’entraîner dans une conversation longue et complexe pour un vampire inadapté socialement tel que Will. Alors que l’ex-nazi s’était attendu à être, au minimum, fusillé pour l’acte de trahison qu’il avait commis envers la CAT, monsieur Anderson avait plutôt réclamé de lui des réponses qu’il n’avait pas, imposé un effort de réflexion difficile de sa part, et exigé qu’il présente des excuses à Dieter. Cette dernière demande en particulier avait laissé Will perplexe. Premièrement, il ne voyait pas de raison logique pour laquelle l’ange aurait accepté qu’ils se revoient. Deuxièmement, et c’était là la principale raison de son hésitation, il ne comprenait pas en quoi sa demande de pardon pourrait avoir de la valeur. Tout comme les promesses, les excuses n’étaient que des mots. Par ailleurs, après autant d’années à vivre sans même connaître Dieter, pourquoi aurait-il soudainement eu besoin de son acceptation ? Will n’avait pas besoin de l’opinion de Dieter, ni de celle de quiconque d’autre.

Monsieur Anderson lui avait alors rappelé la raison de sa présence à la CAT. Au cours des trois dernières années, Will avait amplement eu l’occasion de constater, grâce à tous les exemples qui s’affichaient devant lui, qu’être vampire n’impliquait pas forcément d’être un animal. C’était l’existence qu’il avait vécue, mais d’après ce que monsieur Anderson lui avait indiqué lors de leur toute première rencontre, ce n’était pas sa seule option. Même si Will n’en demeurait pas encore convaincu, il était concevable qu’il possédât le potentiel de se construire une vie, ce qu’il n’avait jamais pu faire même du temps où il était humain. Il n’était pas malheureux de l’être qu’il était, il était cependant curieux de voir s’il pouvait effectivement être autre chose que ce qu’on avait fait de lui. Il avait cédé au confort d’être gouverné uniquement par ses instincts ; existait-il autre chose en lui ?

Ainsi, même s’il n’avait pas l’impression que Dieter fût important, l’ange représentait néanmoins un défi. Il l’avait amené à s’interroger sur plusieurs choses. Il avait, par le fait même mais également parfois plus directement, été utile. Sa compagnie était tolérable. Acceptable ? Peut-être même monsieur Anderson avait-il raison en utilisant le terme ‘‘profitable’’, mais Will ne se sentait pas prêt à l’admettre. Et donc, si la relation de Will avec Dieter avait une valeur, aussi infime soit-elle, il était raisonnable d’accorder cette même estime à l’ange. Aux dires du chef des vampires, demander pardon n’avait pas tant pour but de quérir une approbation que de reconnaître ses torts afin que la personne qui en ait été victime puisse obtenir le soulagement qu’elle méritait. Will n’avait, bien sûr, pas bien compris cette justification. En quoi des mots pouvaient-ils soulager quelque chose ? Et de quoi Dieter avait-il besoin d’être soulagé ?

En réponse, monsieur Anderson avait tenté de lui expliquer qu’attaquer quelqu’un avait, sur la victime, des répercussions complexes. Dieter avait peut-être été effrayé ou en colère ou déçu ou triste, des émotions qui (comme si elles n’étaient pas déjà assez compliquées en elles-mêmes) étaient susceptibles de persister dans le temps. Des excuses valables devaient tenir compte de ses choses, car l’agresseur repentant devait comprendre et admettre ce dont il était la cause chez l’agressé, ce pourquoi il lui fallait être pardonné. Conséquemment, une demande de pardon représentait plus que des mots. Ça n’avait rien de facile. Et Will avait eu seulement deux semaines pour y réfléchir avant de devoir présenter un résultat potable.

Le moment et le lieu de la rencontre entre Will et Dieter avaient été fixés (probablement par monsieur Anderson) sans l’avis de Will. Le vampire avait simplement été prévenu la veille. Il n’avait donc pas eu l’occasion de repérer les lieux à l’avance, bien qu’il soupçonnait fortement qu’il n’y serait pas confortable. Le salon principal de la CAT, en début de soirée. Il y aurait forcément des gens. Était-ce une forme de punition ? Ou bien un test ? Puisqu’il ne se projetait jamais dans l’avenir et vivait plutôt dans l’instant présent, Will n’était pas quelqu’un d’anxieux. Toutefois, face à ce moment nettement défini qu’il ne pouvait ignorer, le vampire sentait tout de même un malaise le gagner alors qu’il remontait les étages en direction du deuxième sous-sol de la base.

Un fois arrivé, il s’arrêta un instant sur le seuil d’entrée du salon et balaya la pièce du regard, focalisant son attention sur le besoin de trouver Dieter et d’ignorer tout le reste. Heureusement, l’ange ne fut pas bien difficile à repérer, avec ses grandes ailes.

Will traversa la pièce en jetant des regards autour de lui, incapable, à son grand regret, de tout surveiller en même temps. C’était une chose d’observer, à l’abris dans un coin, le comportement taciturne de ses semblables au cinquième sous-sol. C’en était déjà une autre de rester cacher pour épier, de loin, quelques groupes épars dans le cloître extérieur. Mais devoir évoluer au milieu d’autant de gens de races et d’âges différents, c’était définitivement quelque chose dont il se serait passé.

Lorsqu’il arriva presque devant l’ange, Will réalisa qu’il ne pourrait pas lui faire face. Dieter s’était assis dos à un mur et il était hors de question pour le vampire de tourner le dos à la salle. Will n’hésita donc pas à plutôt aller s’asseoir par terre, à côté du tabouret sur lequel siégeait Dieter. Le dos appuyé contre le mur, les mains au sol de chaque côté de lui (pour être prêt à se relever rapidement si nécessaire), il replia ses jambes contre son torse, comme si elles pouvaient d’une quelconque façon lui servir de protection.


« Je suis venu demander pardon. », annonça-t-il rapidement et d’un ton neutre (une information tout à fait inutile puisque l’ange le savait forcément déjà). Son regard n’était toutefois pas posé sur Dieter. Il était partout et nul part à la fois. Sur un coin de tapis taché. Sur un groupe de cinq adolescents jouant aux cartes, assis autour d’une table basse. Sur un couple qui se disputaient à voix basse, en retrait près d’une étagère. Sur l’escalier menant à la salle de sport.

Il avait préparé un texte, décidé de ce qu’il allait dire. Il avait choisi les mots, les avaient assemblés en phrases, structurés en idées. Il n’arrivait toutefois pas à se concentrer suffisamment pour réciter ses excuses. C’était ironique, sachant qu’il lui suffisait d’y parvenir pour ensuite pouvoir fuir et retourner se cacher...

_________________
~
Dieter
Ange

avatar

Grade hiérarchique :
  • Caporal

Points : 515
Messages : 103
MessageSujet: Re: Je veux et j'exige d'exquises excuses   Dim 28 Oct - 14:52

Will aperçut Dieter et traversa la pièce, observant ses occupants comme s’il entrait en territoire ennemi. Arrivé près de l’ange, au lieu de s’installer sur un des sièges en face de Dieter (il avait pris la peine de lui en préparer un, en plus...), il s’installa plutôt par terre, à côté de lui, obligeant ce dernier à se tourner en partie pour pouvoir le regarder.

C’était la première fois que Dieter revoyait Will depuis qu’il en avait appris un peu plus sur lui par monsieur Anderson. Sa vision du vampire avait en partie changé lorsqu’il avait su la vie qu’il avait mené. C'était plutôt normal qu'il soit devenu cette espèce d'être anti-social. Il trouvait que c’était déjà pas mal qu’il ne soit pas devenu pire…

En revanche, l’entourage de Dieter n’était pas de cet avis. Shan trouvait ça caaaarrément dingue qu’on puisse laisser Will continuer d’habiter la base après ce qu'il avait fait, et les différents collègues vampires de Dieter avait manifesté leur désapprobation également. Le petit ange allemand n’avait pas eu le cœur de tout raconter à Itzhak, en revanche. Ce dernier savait que Will avait pété les plombs et blessé Dieter, mais il n’avait rien entendu de la conversation que les deux allemands avaient eu entre eux - du moins pas de la bouche de l’ange. Déjà que le petit allemand savait qu’Itzhak ne portait pas son camarade vampirique dans son cœur, pas la peine d’en rajouter une couche. Son ami avait juré plusieurs fois et avait semblé prêt à aller derechef voir Will histoire de lui dire ses quatre vérités, probablement pas uniquement par des mots, d'ailleurs. Il s'était un peu calmé quand Dieter lui avait dit que monsieur Anderson était sur le dossier.

« Je suis venu demander pardon. » annonça Will de son éternel ton neutre. Et zut. Dieter avait déjà eut beaucoup de mal à savoir comment il allait juste saluer le vampire, et voilà que celui-ci faisait fi de toutes ces conventions sociales qui étaient, pour l’ange, comme un filet de sauvetage. Pas de bonjour, pas de comment ça va. Rien à quoi se raccrocher.

« Mmh. » fit Dieter, les mâchoires serrées par le stress. Est-ce que c'était tout ? Will venait-il de lui demander pardon, ou annonçait-il qu'il allait le faire ? Aucun moyen de le savoir. Selon les critères de Dieter, ce n'était cependant pas suffisant comme excuses. Mais avait-il le courage d'en demander plus ?

Il avait beau être au milieu de plein de gens, avoir vue sur des enfants qui jouaient avec insouciance aux kaplas, et des adultes qui vaquaient tranquillement à leurs occupations, il n’avait que trop conscience que c’était Will, à côté de lui. Son corps se souvenait trop bien de leur dernière rencontre (uhuhuh) ; même si ses blessures étaient guéries, et bien qu’il ait beaucoup de questions à poser à son agresseur d’il y avait deux semaines, il avait une furieuse envie de prendre ses jambes à son cou et de se dire tant pis pour les excuses, tant pis pour monsieur Anderson, tant pis pour tout, je me casse.

Bon, un peu de courage. N'osant pas fixer le visage de Will, il se raccrocha à la vision d'un sorcier, un peu plus loin, complètement absorbé par les origamis colorés qu'il réalisait depuis tout à l'heure. Le décalage complet avec ce qu'il vivait présentement l'apaisait.

_________________
Pauvre Dieter.
Will
Vampire

avatar

Grade hiérarchique :
  • Soldat recrue

Points : 355
Messages : 73
MessageSujet: Re: Je veux et j'exige d'exquises excuses   Dim 28 Oct - 17:25

Dieter s’avéra moins encourageant qu’à son habitude. Will s’était attendu à ce qu’il réponde quelque chose, même si l’annonce qu’il avait faite était évidente et ne nécessitait donc aucune reconnaissance, simplement parce que l’ange parlait toujours trop. Cependant, cette fois, Dieter se contenta d’émettre un son qui n’était même pas un mot.

Entre deux coups d’oeil aux alentours, le vampire posa son regard sur l’ange pour constater que ce dernier ne le regardait même plus. Il apparaissait évident que quelque chose n’était pas comme avant, malgré l’incapacité de Will à en définir les tenants. Était-ce l’atmosphère des lieux qui teintait son jugement, embrouillait son esprit ? Imaginait-il voir une différence parce que, après le discours de monsieur Anderson, il s’attendait à devoir en affronter une ? En dépit du message que le chef des vampires avait tenté de lui faire passer, Will n’avait pas pu juger ou considérer les émotions de Dieter. Comment aurait-il pu s’imaginer à sa place alors que les rôles n’avaient jamais été inversés ? Comment était-il supposé croire en la persistance de sentiments qui, pour lui, ne s’étaient toujours exprimés qu’en tant que réactions instantanées ? Et s’il fallait en plus tenir compte de toutes les nuances émotives existantes, qui ne signifiaient rien à ses yeux...

Un éclat de rire le fit tressaillir et il tourna vivement la tête en direction du son. C’était à plusieurs mètre de là. Aucun danger immédiat. Will avala nerveusement sa salive et reposa son regard sur Dieter en essayant de faire abstraction de tout le reste.


« Dieter ? »

L’ange l’écoutait-il ? Peut-être qu’il s’en fichait. Peut-être monsieur Anderson avait-il eu tord et Dieter n’avait pas besoin d’être soulagé de quoique ce soit. Le chef des vampires avait toutefois mentionné que, même si Dieter refusait de lui répondre ou de lui pardonner, il fallait que Will s’excuse. Ce qu’il allait dire était apparemment plus important que la réaction de l’ange sur l’instant. Will n’avait pas tellement d’autre choix que de croire son chef de race, infiniment plus expérimenté que lui en la matière.

« Je ne suis pas apte à mesurer l’ampleur des dommages que je t’ai causés, mais il n’était pas rationnel de t’attaquer et j’ai donc eu tort de le faire. », récita-t-il finalement.

C’était ce à quoi il était parvenu de mieux et de plus honnête après deux semaines de réflexion. Il avait pesé chacun des mots, s’assurant de leur exactitude. Reconnaître qu’il ne savait pas quel avait été l’ensemble des conséquences de son geste était-il suffisant ? C’était peut-être admettre qu’il avait échoué l’exercice, mais c’était franc. De toute façon, même s’il avait voulu mentir, il n’aurait pas su quoi dire...

_________________
~
Dieter
Ange

avatar

Grade hiérarchique :
  • Caporal

Points : 515
Messages : 103
MessageSujet: Re: Je veux et j'exige d'exquises excuses   Dim 28 Oct - 19:56

« Dieter ? » l’interpella le vampire à voix basse

Dieter posa les yeux sur ceux de Will, à contrecœur. Le vampire semblait décidé à lui parler… C'était bien, en un sens, mais flippant. Dans les scénarios de Dieter, il y en avait où le buveur de sang envoyait bouler le petit ange en lui disant qu'il ne méritait pas ses excuses, d'autres où il lui disait juste un "pardon" complètement évasif et absolument pas concerné, et une multitudes d'autres variations négatives, notamment celle où le vampire lui ressautait dessus pour l'agresser et se venger de l'enfermement qu'on lui avait imposé après sa première faute.

« Je ne suis pas apte à mesurer l’ampleur des dommages que je t’ai causés, mais il n’était pas rationnel de t’attaquer et j’ai donc eu tort de le faire. » , dit-il d’une traite, comme s’il récitait un texte ressassé de nombreuses fois.

Dieter cligna des yeux en le regardant. Wow ! C’était probablement la phrase la plus longue qu’il n’avait jamais dit à Dieter. Et puis, wow ! Ca ressemblait sacrément à une demande de pardon. Il admettait avoir eu tort. Et ça semblait sincère. Et réfléchi.

« ... D’accord. » , fit Dieter, soulagé. Il soupira, relâchant la tension dans les muscles de ses ailes et passant lentement ses mains sur son visage. Will venait en une phrase de retirer un grand poids des épaules de Dieter. Parmi tous les scénarios qu'il avait rabâché dans sa tête, celui où il s’excusait réellement n’était pas un de ceux auxquels il avait le plus songé.

« Tu sais… » Il hésita, se mordant les lèvres. Le vampire disait ne pas avoir complètement capté dans quelle mesure il l’avait blessé. D’après ce que monsieur Anderson lui avait expliqué, il devait clairement avoir du mal à comprendre ce que les autres pouvaient ressentir. Est-ce qu’il méritait une explication ? Il avait fait l’effort de s’excuser. Peut-être qu’il le méritait. Peut-être qu’il s’en foutait, aussi.

« Tu m’as… vraiment fait mal, la dernière fois », reprit-il, le menton sur les poings, le dos courbé. « Très. Je veux dire, à la fois physiquement évidemment, parce que tu te doutes bien que je suis pas fort comme un vampire (Uh, est ce que c’était intelligent de dire ça à quelqu’un qui avait déjà manqué lui arracher un bras ?) mais, enfin, ce que tu as dit et fait m’a aussi rendu… triste. Je crois que - » Il s’arrêta et avala sa salive. Sa bouche était sèche, c’était terrible. « Je crois que j’aurais bien aimé pouvoir te faire un peu confiance. Ca m’a fait mal à… à l’intérieur. »

Même lui se rendait compte qu’il était un peu stupide. Nan, carrément stupide. Et pourquoi il admettait ça devant Will ? Etait-ce parce qu’il avait appris qu’il était le seul qui interagissait avec lui, apparemment ? Et il attendait quoi de Will ? Il n’en savait rien. Qu’il comprenne mieux ? Qu’il s’excuse mieux ? Non, il était plus ou moins satisfait de ce que lui avait dit le vampire. Ou bien l’était-il vraiment ? Uh. Etait-ce mesquin de sa part d’attendre plus ?


_________________
Pauvre Dieter.
Will
Vampire

avatar

Grade hiérarchique :
  • Soldat recrue

Points : 355
Messages : 73
MessageSujet: Re: Je veux et j'exige d'exquises excuses   Ven 2 Nov - 22:18

Will ne vit pas passer l’étonnement sur les traits de Dieter. Évidemment, il n’aurait sûrement pas compris ce que c’était même s’il avait regardé le visage de l’ange à ce moment-là. Quoiqu’il en soit, dès qu’il avait eut fini de parler, le vampire avait recommencé son observation des occupants du salon, aucunement inquiété par la réponse que lui fournirait (ou pas) son interlocuteur. Il ne su que l’ange l’avait entendu que parce que ce dernier le manifesta à voix haute, d’un « d’accord » qui pouvait vouloir dire un tas de choses. D’accord, il avait écouté ? D’accord, il avait compris l’explication ? D’accord, il pardonnait ? Will se demanda si c’était aussi simple que ça et s’il pouvait partir, maintenant. Il n’avait pas compris tout ce qui venait de se passer, mais il pourrait y réfléchir plus tard, tranquille.

« Tu sais… », fit Dieter, et Will, comprenant qu’il ne pourrait s’enfuir tout de suite, se concentra à nouveau sur lui. L’ange semblait un peu plus agité désormais, un peu plus tel qu’il était à l’habitude.

Il fallut quelques secondes avant que Dieter ne poursuive sa phrase, mais le vampire attendit patiemment. Au contraire de tout ce qui se retrouvait dans cette salle, la vision de Dieter lui était familière et aisée. Les ailes de l’ange étaient sagement repliées derrière son dos. Il n’avait pas besoin de les étendre pour s’imposer ; le fait que Dieter soit assis sur un siège et non par terre le mettait en position de supériorité par rapport à Will, qui n’en ressentait toutefois, étrangement, aucun malaise. Il pouvait accepter ce genre de chose de Dieter.

Finalement, l’ange confirma qu’il avait eu mal autrement que sur le plan physique. Monsieur Anderson avait eu raison. Lors de leur conversation, le chef des vampires avait demandé à Will d’essayer d’imaginer ce que Dieter avait ressentit pendant l’attaque. Bien sûr, il n’avait pas réussit. Il se souvenait avec une parfaite exactitude de l’expression de Dieter, lorsque l’ange s’était retrouvé sous lui, mais il ne la comprenait pas pour autant. Will pouvait généralement reconnaître l’effroi et la fureur, des émotions puissantes et qui lui étaient coutumière, et pouvait donc affirmer que ce n’était pas ce qu’il avait vu, sans plus. Il ne savait pas ce qu’avaient exprimé les larmes et le visage fermé de l'ange quand il avait ordonné que Will le laisse.

Triste ? D’accord. Que devait-il faire de cette information ? Will était d’accord pour concéder que l’action qu’il avait posée avait entraîné une réponse émotionnelle chez Dieter, mais était-il responsable du fait que cette émotion soit la tristesse ? Avait-il vraiment ce pouvoir ? Parce que ça aurait pu être autre chose, non ? N’était-ce pas la faute de Dieter s’il avait choisi d’être triste ?

L’ange justifia son mal être en ramenant sur le tapis le sujet risqué de la confiance. Will envisagea de lui demander pourquoi c’était si important à ses yeux et, surtout, pourquoi il voulait lui faire confiance, à lui. Après tout, Will n’était personne. D’un autre côté, Dieter faisait apparemment confiance à un Juif, démontrant qu’il n’avait pas des critères très élevés. Le vampire se demanda distraitement où il se situait désormais, depuis qu’il n’était plus humain, par rapport à tous les groupes de sous-hommes qu’on lui avait décrits du temps de la guerre. En parallèle, il se fit la réflexion que, si Dieter devenait triste quand sa confiance mal placée n’était pas récompensée, peut-être devait-il envisager de ne pas l’offrir à n’importe qui.

Il était difficile de se concentrer au milieu du brouhaha du salon et Will sentait ses réserves de patience s’amenuiser. Ayant du mal à réfléchir, que ce soit pour trouver les mots nécessaires pour dépeindre ses pensées, ou simplement pour conserver un fil de raisonnements cohérent et conséquent avec la logique indéchiffrable du discours que Dieter lui tenait, il croisa les bras et fixa le tapis devant lui.


« D’accord. », fit-il d’un ton un peu sec à cause de la tension qui l’habitait. C’était une réponse aussi peu exhaustive que ne l’avait été celle de Dieter initialement.

Qu’attendait l’ange de lui ? Monsieur Anderson avait peu parlé de ce qui suivrait la demande de pardon de Will et ce dernier n’avait pas songé à poser de questions. Il réalisait maintenant, un peu tard, qu’il aurait dû. Comment était-il supposé être capable de deviner ce genre de choses ? Son regard revint presque instinctivement sur Dieter, qui était toujours prêt à répondre à ses questions avec considérablement plus de détails qu’il n’en avait besoin.


« Je – » Il serra la mâchoire en essayant d’ignorer un nouvel éclat de rire provenant d’un des occupants du salon, puis dû forcer les mots à franchir ses lèvres. « Je dois... quérir ? Demander. Demander pardon ? Pour trahison ? »

Sa phrase était un carnage syntaxique. Il y avait trop de monde autour et il n’arrivait pas à focaliser son esprit.

Peut-être, exceptionnellement, le destin eut-il pitié de Will, car au moment où le vampire sentait s’effriter les dernières parcelles de contrôle de soi qui lui restaient encore, un groupe se leva pour quitter le salon. Presque douze personnes en moins, d’un seul coup, dont le grand type qui parlait fort et riait trop souvent. Il en restait encore beaucoup d’autres, mais c’était déjà ça. Tandis que Will les regardait quitter les lieux, ses épaules se relâchèrent légèrement et il laissa sortir l’air qui restait dans ses poumons, soupirant de soulagement.

_________________
~
Dieter
Ange

avatar

Grade hiérarchique :
  • Caporal

Points : 515
Messages : 103
MessageSujet: Re: Je veux et j'exige d'exquises excuses   Sam 3 Nov - 21:16

Dieter attendit l’hypothétique réponse de Will, les yeux au sol et le dos courbé.

« D’accord. » fit finalement sèchement le vampire. L’ange tourna la tête vers ce dernier dont le visage paraissait plus fermé, plus tendu que d’habitude. Il avait même croisé les bras. Le petit allemand se demanda s’il l’avait agacé, se rappelant qu’ils avaient justement abordé ce sujet de la confiance la dernière fois qu’ils s’étaient vu – et que ça s’était mal passé. Il se redressa et regarda la vaste salle devant lui, mal à l’aise, frottant doucement les paumes de ses mains l’une contre l’autre.

Le petit ange ne savait pas ce que ce “d’accord”, qui reprenait sa propre réponse d’il y a quelques instants, voulait dire exactement. “J’ai compris et je suis désolé” ? “Okay mais je m’en fous” ? Il suivit des yeux sans vraiment le voir l’éléphant en papier multicolore que le sorcier installé seul à une table, un peu plus loin, vint ajouter aux précédentes oeuvres – un renard, une grenouille, un cube. Uh. Il aurait bien aimé pouvoir lire dans les pensées de Will.

« Je – » Dieter se retourna vers le vampire. Will semblait dans un état de tension extrême, bras croisés, jambes serrées devant lui. Qu’est ce qui lui arrivait ? « Je dois... quérir ? Demander. Demander pardon ? Pour trahison ? »

L’ange ouvrit la bouche puis la referma. Le vampire butait sur les mots, semblant fournir un effort intense. Il était… Stressé ? Est-ce que c’était la volonté de bien faire ? C’était fort louable. Dieter aurait presque eut besoin de rassurer le vampire...

« … Mmh… Je – » Dieter avait déjà du mal à savoir ce qu’il voulait vraiment. Est-ce que les excuses de Will lui avait suffit ? L’ex-nazi s’était exprimé de manière honnête et avait affirmé avoir eu tort de s’être comporté ainsi. Donc il regrettait. « Tu – » Bon, il n’allait pas faire la liste de tous les pronoms personnels non plus. Les difficultés de Will à s’exprimer semblait déteindre sur l’ange.

Au final, ce qu’il manquait à Dieter, c’était moins des excuses que des explications. Il soupira et se passa lentement les deux mains dans les cheveux, serrant sa tête au passage. Ses ailes s’agitèrent légèrement, frottant doucement contre le mur.

« En fait pourquoi est-ce que tu m’as attaqué ? » réussit enfin à dire Dieter. « Je n’ai… Depuis deux semaines, je n’ai toujours pas compris pourquoi j’ai été… Enfin pourquoi tu m’as sauté dessus. » Uh. Peut-être un peu moins tout de même, mais ça sonnait encore presque comme s’il se sentait coupable de s’être fait agressé. Il en avait pourtant discuté avec une personne, il y avait quelques jours, qui lui avait fait promettre de ne pas se demander si c’était pas de sa faute si le vampire avait pété les plombs, s’il n’était pas insupportable, si ça se trouve, etc. Il s’était à moitié fait enguirlander.

« T’avais promis… de pas me tuer. » reprit-il après un moment de silence, la tête entre les mains, ses cheveux cachant en partie son visage. C’était en fait la seule chose que Will lui ait dite qui aurait pu inciter l’ange à lui accorder sa confiance… et donc à l’autoriser à prendre la manière dont Will l’avait traité comme une trahison. « Je… je crois ? » ajouta-t-il d’un ton interrogatif.

Depuis sa discussion avec Ajartiel et Anderson, deux semaines auparavant, c’était quelque chose auquel il avait pensé plusieurs fois. Le vampire lui avait dit qu’il ne le tuerait pas. C’était il y a longtemps. Il avait peut-être oublié. Peut-être que Dieter se souvenait mal. Est-ce que Dieter aurait dû considérer qu'il pouvait faire confiance à Will parce que ce dernier lui avait dit qu'il n'allait pas le trucider ? Ça paraissait étrange en même temps.

_________________
Pauvre Dieter.
Will
Vampire

avatar

Grade hiérarchique :
  • Soldat recrue

Points : 355
Messages : 73
MessageSujet: Re: Je veux et j'exige d'exquises excuses   Dim 4 Nov - 0:41

Du point de vue de Will, il n’avait pas trahit Dieter. Pour cela, il aurait fallu qu’il soit assujetti à une quelconque forme d’engagement envers l’ange, ou, à tout le moins, que les deux Allemands soient liés par une confiance partagée. Par ailleurs, il ne demeurait aucune séquelle de l’altercation : Dieter n’en portait plus aucune marque physique. Tourner la page aurait donc dû être facile, non ? Cela dit, Will était probablement quand même un traître, peut-être intrinsèquement. Il avait, après tout, trahit la race allemande en devenant un monstre. Attaquer Dieter, un Catien, même s’il n’y avait eu aucune victime permanente, était vraisemblablement une énième trahison envers les lois de la CAT, auxquelles Will était supposé se soumettre. Peut-être que c’était autour de ça que tournait toute cette histoire de Dieter à propos de la confiance. Les Catiens étaient probablement censés se faire confiance entre eux, comme les soldats de n’importe quelle armée. Dieter désirait-il des excuses pour ça aussi ?

Dieter se débattit un moment avec les mots pour parvenir à fournir une réponse à Will, qui posa un regard curieux sur l’ange. Était-ce son massacre linguistique qui rendait la question difficile à comprendre ? Puisque Dieter ne cessait de parler de confiance bafouée, Will avait cru viser juste en mentionnant la trahison. L’ange parlait-il sans savoir où il menait la conversation ?

Après quelques secondes infructueuses, Dieter enserra sa tête entre ses mains, occultant une partie de son visage et Will ne fut plus en mesure de bien voir ses expressions faciales. C’était une peu dommage. Il avait du mal à les définir, mais il aurait aimé les voir quand même...


« En fait pourquoi est-ce que tu m’as attaqué ? »

En quoi cette interrogation faisait-elle suite à la question qu’il avait posée ? Perplexe, Will eut l’impression d’être à nouveau devant monsieur Anderson. Le chef des vampires posait beaucoup de questions et avait lui aussi voulu savoir. La vérité c’était que Will n’était pas certain de pouvoir déceler l’élément déclencheur. Il avait juste... agit. Maintenant qu’on lui demandait d’analyser les événements en rétrospective, il savait bien que les gestes qu’il avait posés n’avaient pas été logiques. Comment pouvait-il donner une explication à quelque chose d’illogique ?

Malgré le silence que Dieter laissa s’étirer pendant un moment, Will ne parvint pas à fournir de justification. Heureusement, il n’en eut finalement pas besoin puisque ce fut l’ange qui reprit la parole :


« T’avais promis… de pas me tuer. Je… je crois ? »

« Tu es en vie. », répliqua le vampire, presque tout de suite, comme pour nier le fait qu’il avait faillit revenir sur cette promesse. Parce qu’il ne l’avait pas fait, au final.

Il lui fallut ensuite un moment pour élaborer. Laissant son regard se perdre sur le tapis sans le voir, il se remémora la scène, parvenant presque à se plonger suffisamment dans ses pensées pour oublier tous les gens encore présents dans le salon.


« J’allais te lâcher. Je crois. », commença-t-il, incertain, en s’adressant au sol devant lui. Était-ce un signe de faiblesse de reconnaître qu’il ne serait pas allé jusqu’au bout ? « Quand tu l’as ordonné. »

Distraitement, Will leva une main et toucha brièvement son propre visage. Il aurait voulu expliquer à l’ange ce qu’il avait vu chez lui, à ce moment-là, mais les mots étaient insuffisants à la décrire. Il avait vaincu Dieter physiquement, mais pas psychologiquement. Dieter avait exigé et Will avait voulu écouter. Le vampire aurait pu s’inquiéter du pouvoir sur lui qu’il était petit à petit en train d’accorder à l’ange, mais il y trouvait plutôt, curieusement, une sorte de réconfort. Il le devait peut-être à sa vie humaine, où il avait été entraîné à reconnaître l’autorité et à suivre des ordres. Pourtant, les autres Catiens ne lui inspiraient rien de tel...

Peut-être était-ce parce que Dieter avait de la valeur – pas beaucoup, mais un peu, quand même. Will serra les dents lorsque cette pensée aberrante lui vint. Les gens étaient sans valeur, de simples proies pour une créature comme lui. N’est-ce pas ?

_________________
~
Dieter
Ange

avatar

Grade hiérarchique :
  • Caporal

Points : 515
Messages : 103
MessageSujet: Re: Je veux et j'exige d'exquises excuses   Dim 4 Nov - 15:16

Pour une fois, les mots de Will vinrent presque immédiatement.

« Tu es en vie. » dit le vampire.

L’ange se raidit brusquement à ces paroles, et ses yeux se fixèrent sur le mur de l’autre côté de la salle. C’était comme s’il balayait tout ce que Dieter avait vécu d’un revers de la main. Genre, ouais, techniquement, t’es pas mort (enfin, si, mais bref) donc même si j’ai failli te tuer, j’ai finalement été arrêté à temps. Donc j’ai pas rompu ma promesse. Je t'ai juste défoncé l'épaule et le poignet et je t'ai juste incapacité pour plusieurs jours, mais j'avais totalement le contrôle, je savais jusqu'où je pouvais aller. C’était… n’importe quoi.

Non, Dieter n’allait pas pleurer devant Will. Le petit ange fronça les sourcils et serra la mâchoire avec une expression butée, se concentrant très fort sur le mur d’en face. Il était loin. Les couleurs étaient jolies. Un dessin abstrait avec des espèces de bandes colorées qui faisaient comme des rubans et très franchement, il n’allait pas pleurer.

« J’allais te lâcher. Je crois. »

Je crois ? Il essayait de se dédouaner, puis ajoutait un “je crois” après ? Sérieusement. D’ailleurs, de ce que Dieter se souvenait, l’ex-nazi n’avait pas eu l’air de vouloir le lâcher, en vérité. Ou si ? Il ne l’avait pas tué, c’était vrai. Il aurait certainement pu. Mais est-ce qu’il n’avait pas juste savouré l’instant avant de le tuer, et été interrompu par les elfes qui avaient accouru ? Tout ça lui faisait mal à la tête, là, et de l’eau était en train de s’accumuler dans ses yeux. Il n’allait pas pleurer. Fallait juste pas cligner des yeux. L’eau, ça pouvait sécher tout seul si on attendait. Il regarda le plafond, qui n’était pas très intéressant, en tout cas moins que le mur d’en face. S’il gardait un peu les yeux en l’air, ça devrait pas couler.

« Quand tu l’as ordonné. »

Haha. Il serra les poings, se plantant le bout des ongles dans sa peau. Ordonné. Il n’avait rien ordonné du tout. Supplié, oui. Il avait été pathétique, pitoyable lors de leur dernière rencontre. Et le vampire n’avait pas du tout fait mine de le lâcher, quand l’ange avait enfin réussi à se dégager à moitié et avait tiré tel un animal pris au piège. Il n’allait pas pleurer, nan. Est-ce qu’il avait vraiment pensé le lâcher ? Jusque-là, Will n’avait jamais menti… semblait-il.

Et m*rde. Il sentit une goutte tomber de son oeil et dévaler rapidement sa joue pour atterrir sur son pantalon. Tant pis. Peut-être que Will n’avait rien vu. Peut-être qu’il pouvait ne pas bouger et ça passerait. Il reporta son attention sur le dessin coloré du mur d’en face. Il cligna des yeux et évidemment, les larmes coulèrent sur son visage. Faaail.

Le petit allemand se recroquevilla alors, ramenant ses jambes contre lui et les enserrant dans ses bras après s’être essuyé le visage d’un revers de sa manche. Il fixa de nouveau le sorcier qui continuait à plier et déplier ses feuilles de papier. Est-ce que Will le regardait ? Il n'osa pas tourner la tête vers lui. Trop... Peur ? Trop gênant ? Trop en colère ? Trop triste ?

« Pard - » Nan, il allait pas s’excuser. Pourquoi il aurait dû s’excuser ? Parce qu’il était pathétique… Pleurer, c’était pour les faibles. D’ailleurs, est-ce que pleurer ça marchait pour obtenir quoi que ce soit ? Ça montrait juste qu’on était un loser. Pourquoi ses yeux ne s’arrêtaient pas, sérieusement ? Il serra ses bras tellement fort qu’il se fit mal et sentit son énergie angélique se manifester.

« Je ne te cr - » Sa voix était trop bizarre. Il se mordit la lèvre et décida de juste la fermer.

_________________
Pauvre Dieter.
Will
Vampire

avatar

Grade hiérarchique :
  • Soldat recrue

Points : 355
Messages : 73
MessageSujet: Re: Je veux et j'exige d'exquises excuses   Lun 5 Nov - 0:07

Son attention à nouveau attirée vers Dieter lorsque ce dernier prononça une courte série de syllabes incompréhensibles, c’est les sourcils froncés et l’esprit empli d’une profonde perplexité que Will observa des larmes rouler sur les joues de l’ange, qui s’était par ailleurs replié sur lui même. Pourquoi Dieter pleurait-il ?

Les émotions étaient quelque chose d’irrationnel. Elles pouvaient être causées par à peu près n’importe quoi (y compris des souvenirs ou des pensées) et étaient imprédictibles. Néanmoins, il apparaissait envisageable que les pleurs de Dieter aient à voir avec la situation actuelle et donc, plus spécifiquement, avec ce que Will avait dit. Le vampire aurait pu demander à l’ange pourquoi il était troublé. Cependant, puisque ses paroles en étaient possiblement la cause, il avait également l’option de se taire pour ne pas risquer d’aggraver les choses. Comme souvent, l’inaction lui semblait un choix sécuritaire et donc attrayant.

Bien peu étonnamment, Will n’était pas familier avec les pleurs. La propension des gens à pleurer était probablement l’une des choses qu’il comprenait le moins bien. Cela lui semblait être un réflexe fortement inutile, voire handicapant. Il y avait très longtemps que lui même n’avait pas pleuré et il refusait de ressasser les moments de tristesse qu’il avait pu vivre dans une autre vie, même s’il aurait peut-être pu en tirer des informations aidantes. Il savait toutefois, au moins en théorie, que la tristesse n’était pas toujours la responsable des larmes. Et donc, était-il envisageable que Dieter soit en train de pleurer de soulagement ? Car n’était-ce pas ce que monsieur Anderson avait dit qu’une personne devait ressentir, lorsqu’elle recevait une demande de pardon adéquate ? Bien sûr, cette hypothèse partait du principe, un peu difficile à croire, selon lequel la présentation d’excuses de Will avait été convenable. Du premier coup.

Dieter ne regardait pas Will et celui-ci ne pouvait donc observer qu’une partie de son visage. Presque rien, en fait, sachant que l’ange ne se donna pas la peine de ramener ses cheveux longs vers l’arrière. Dieter n’avait pas l’air soulagé... Mais à quoi reconnaissait-on le soulagement au juste ? Il avait l’air assez neutre, en fait. Évidemment, encore une fois, Will se heurtait à son total manque d’empathie et ne parvint à aucune conclusion quant à ce que Dieter pouvait bien ressentir.

Le vampire en était encore à ne pas savoir quoi faire lorsqu’une petite fille s’approcha des deux Allemands. Elle avait la peau noire et ses cheveux crépus avaient été regroupés en deux grosses boules : une de chaque côté de sa tête. Du haut de ses six ou sept ans, elle s’avança timidement jusqu’à se retrouver devant Dieter. Elle n’avait pas l’air de s’intéresser spécialement à Will, qui n’allait pas s’en plaindre. Le vampire s’était figé, particulièrement mal à l’aise de se retrouver si près d’une enfant. Il n’en avait jamais vu d’aussi proche depuis ce qui lui semblait une éternité.


« Pourquoi t’es triste ? Tu veux un câlin ? », demanda-t-elle à Dieter, sous l’oeil attentif d’une adulte qui devait être sa mère, situé à deux ou trois mètres de là. Sa voix était étrange. Aigüe. Était-ce comme ça que parlaient tous les enfants ?

[HJ : Parce que Dieter mérite un goddam câlin. è.é]

_________________
~
Dieter
Ange

avatar

Grade hiérarchique :
  • Caporal

Points : 515
Messages : 103
MessageSujet: Re: Je veux et j'exige d'exquises excuses   Lun 5 Nov - 18:04

Dieter enfouit un peu plus sa tête dans ses bras en continuant d'essuyer son visage. Il ne s'aperçut donc pas de l'arrivée d'une petite fille avant qu'elle ne lui adresse la parole et ne lui fasse relever la tête, surpris.

« Pourquoi t’es triste ? Tu veux un câlin ? », lui demanda l'enfant, une fillette à la peau brune et aux cheveux joliment coiffés.

Depuis qu'il était ressuscité il y avait 9 ans de cela, il avait eu l'occasion de croiser et de parler à des gens de toutes couleurs et toutes origines, et cela ne l'interpellait plus tellement d'avoir quelqu'un à la peau noire devant lui. Quand il était enfant, il avait eu l'occasion de voir des réclames pour des shows où ils exposaient des humains venant de pays exotiques. Il n'avait jamais pu les voir en vrai, mais il s'était fait une idée merveilleuse de ces contrées lointaines et des gens qui les peuplaient, tout en apprenant à l'école que la race blanche, supérieure, avait le droit et même le devoir de venir coloniser ces pays pour les civiliser. Arrivé au XXIe siècle, il s'était rendu compte qu'on leur faisait vraiment avaler n'importe quoi. Les gens avaient toujours peur et disaient toujours n'importe quoi sur ce qui ne leur était pas semblable – une couleur de peau différente, une taille différente, des dents un peu longues et un régime alimentaire sanguin…

Bref. La petite était très mignonne de s'inquiéter de lui. Il devait vraiment faire pitié. Uh.

« Tu es très gentille », lui dit-il en adoptant l’anglais à sa suite, essuyant de nouveau son visage du revers de sa main et esquissant le sourire rassurant qu'il arborait généralement face aux enfants. Avec son nez et ses yeux tout rouges, il devait être pathétique, mais tant pis, il essayait de paraître digne. Il ne répondit pas à sa première question, parce que justement, il n’aurait pas su rester digne. “Je suis triste parce que le monsieur à côté de moi m’a dit des choses méchantes. Bouhouhou.” Pitoyable. Même pas capable de contrôler ses glandes lacrymales et ses émotions.

Il se déplia, reposant les pieds au sol et reprenant une attitude un poil moins piteuse, repoussant ses cheveux vers l'arrière en même temps qu'il essuyait ses joues et son front du dos de son bras.

« Je veux bien… un câlin. » Si un enfant lui proposait, ça lui paraissait sans coeur de refuser. Même si normalement, la situation aurait dû être inversée, parce que c'était toujours les enfants qui se cognaient partout et avait besoin d'un bisou magique pour que la douleur ou la tristesse disparaisse. Même s'il n'était que trop conscient de la présence Will à sa droite, sans pour autant oser le regarder. Et même si lui-même n’était pas trop câlin. Le contact tactile, c’était pas trop dans sa culture. Avec les petits enfants, c’était différent, puisque ceux-ci avaient toujours besoin d’un bisou, d’être consolés, portés parce que fatigués etc. – d’après son expérience de grand-frère.

Il tendit les mains un peu maladroitement pour qu’elle vienne lui faire un câlin, et elle s’approcha pour le serrer dans ses petits bras. Uh… Il se sentait encore plus triste en la tenant contre lui tandis que sa petite main enfantine faisait
pat pat dans son dos. Ca remuait ses entrailles et il sentait que oui, ça lui faisait un bien fou mais qu’en même temps il s’était remis à chialer encore plus fort, bien que toujours silencieusement, en se mordant la lèvre. Ses ailes blanches et grises se déployèrent un peu, tout doucement, caressant légèrement le mur, tremblant un peu en même temps que son dos. Il aurait voulu rester comme ça très longtemps, mais n’osa pas en demander trop et relâcha son étreinte après trois secondes qui paraissaient à la fois trop courtes – il avait un besoin physique et écrasant d'un peu de tendresse – et trop longues – c’était ultra gênant, en plus il avait mouillé le vêtement de la petite enfant en lui pleurant dessus. Will devait le fixer, déjà, et il n’osait même pas regarder plus loin que l’enfant devant lui, parce que d’autres devaient les observer. Dieter n’avait même pas remarqué que la mère de la petite se tenait à quelques pas seulement.

« T’es vraiment très – (sa voix tressauta un peu) très gentille. » lui répéta-t-il d’une voix qui se voulait un peu nonchalante, mais n’aurait pas même trompé quelqu’un de complètement ignare sur les émotions humaines, tout en posant gentiment la main sur la tête de la petite (en faisant attention à ne pas la décoiffer. Ses deux jumelles de soeurs étaient toujours pas contentes quand il faisait ça parce que ça risquait de défaire leurs supers coiffures tressées (alors que bon, souvent c’était lui qui leur avait fait en plus)). Il la regarda avec une profonde gratitude, les yeux toujours plein de larmes et un sourire triste aux lèvres.

_________________
Pauvre Dieter.
Will
Vampire

avatar

Grade hiérarchique :
  • Soldat recrue

Points : 355
Messages : 73
MessageSujet: Re: Je veux et j'exige d'exquises excuses   Mar 6 Nov - 0:00

En trois ans à épier les conversations des autres, Will avait pu améliorer de façon notable sa compréhension de l’anglais. Malgré tout, son vocabulaire demeurait limité. Ainsi, le mot ‘‘câlin’’, par exemple, lui était inconnu. Il ne comprit donc pas ce que la petite fille offrait à Dieter. Les mots qu’elle prononça opérèrent cependant un changement évident chez l’ange, qui alla même jusqu’à sourire timidement. Will observa silencieusement Dieter (qui, en retour, l’ignora totalement) se redresser sur son siège et s’essuyer le visage pour se préparer à accepter le cadeau offert. Que pouvait bien être un ‘‘câlin’’ pour que la promesse d’en recevoir un le transforme à ce point ?

Les enfants étaient des créatures étranges. Peut-être étaient-ils tellement honnête qu’en échange ils parvenaient à voir et comprendre le monde d’une façon épurée, où il était facile de savoir ce qu’il convenait de faire. Ouvertement curieux, Will observa la fillette écarter les bras, Dieter tendre les mains, et les deux s’étreindre l’instant suivant. Pourquoi avait-elle jugé pertinent d’offrir ce contact physique à l’ange ? Pourquoi celui-ci avait-il accueillit l’offre d’un « Tu es très gentille. » (pas juste ‘‘gentille’’, mais ‘’très gentille’’) ? Et pourquoi cela semblait tout à fait naturel entre les deux ?

Alors que sa joue reposait sur l’épaule légèrement tremblante de Dieter, le regard de la petite fille capta celui scrutateur de Will et y resta accroché. Le vampire fronça les sourcils et elle fit de même. Les deux secondes où dura l’échange furent suffisantes pour alimenter considérablement le malaise de l’ex-nazi, qui sentit ses muscles se crisper, incapable de décider s’il valait mieux rester et se battre ou s’enfuir et se cacher. Heureusement, elle rompit le contact visuel, ses prunelles attirées par un objet environ trente centimètres plus à gauche, et le regard de Will suivit instinctivement le mouvement. C’est ainsi qu’il découvrit une aile de Dieter, très près de lui.


« T’es vraiment très – très gentille. », fit la voix de Dieter, à laquelle Will ne portait pas vraiment attention.

L’ange n’avait peut-être pas conscience du danger auquel il s’exposait. S’il se fiait aux événements dans le salon des vampires, un an et demi plus tôt, Will pouvait déduire que son touché sur les plumes de Dieter n’était pas le bienvenu. C’était logique, en même temps, vu combien il pouvait s’agir d’un point faible. Raisonnablement, Dieter n’aurait pas consciemment mis une aile à portée d’un individu indigne de confiance. À moins qu’il ne s’agisse d’un test, pour voir si Will était sincère quand il disait avoir eu tord de l’attaquer ?


« C’est quoi ton nom ? », demanda à Dieter la petite voix enfantine, dont Will gardait la propriétaire dans son champ de vision.

Sans grande surprise, Will n’appréciait pas les contacts physiques. Bien sûr, à sa décharge, la majorité des contacts physiques qu’il avait pu avoir dans sa vie avaient été gorgés de violence. L’idée d’échanger, sans désir de brutalité, ne serait-ce qu’une poignée de main avec quelqu’un le rebutait donc, parce qu’un contact impliquait une proximité et donc un risque. Et comme n’importe quel animal, Will était prudent avant tout.

Néanmoins, c’est sans que ce genre de considérations ne lui vienne en tête que Will leva lentement une main. Le plumage un peu grisâtre reluisait légèrement sous la lumière artificielle du salon. Doucement, le vampire fit glisser le dos de son index sur les barbes rigides de la plus distale des rémiges primaires de l’aile, fasciné par la façon dont elles se courbaient pour ensuite reprendre leur position originale.

_________________
~
Dieter
Ange

avatar

Grade hiérarchique :
  • Caporal

Points : 515
Messages : 103
MessageSujet: Re: Je veux et j'exige d'exquises excuses   Mer 7 Nov - 17:03

La petite fille rendit son regard à Dieter et lui demanda comment il s'appelait.

« ...Dieter », fit-il d'une voix encore secouée, déglutissant pour essayer de finir de se calmer. « ...Et toi ? »

« Aliya. »

Alors qu'il s'apprêtait à poursuivre la conversation avec l'enfant, Dieter sentit soudain qu'une pression différente s'exerçait sur une partie de son aile droite et il tourna la tête pour découvrir Will caressant du dos d'un doigt les longues plumes grises, doucement, précautionneusement. L'ange se figea complètement et retint sa respiration, arrêtant même complètement de pleurer. Euh qu'est ce qui se passait qu'est ce qu'il faisait hein. Il resta littéralement bouche bée.

Will était capable de ce genre d’action ? Pourquoi il faisait ça maintenant ? Est ce que… il s'était dit que Dieter avait besoin d'être consolé et que c'était ce geste qui lui était venu à l'esprit ? Le petit allemand imaginait mal son compatriote venir imiter la petite et se lever pour l'étreindre. Parce que ce n'était pas dans les moeurs germaniques, parce que ce qu'il n'avait pas l'impression que c'était le genre du vampire, et aussi parce que le petit ange n'avait pas envie d'imaginer se retrouver de nouveau avec une proximité physique telle que celle qu'il avait subi la dernière fois.

En revanche, ce genre de contact n'était pas agressif ni menaçant, et même plutôt...doux ? Gentil ? Bon, Dieter ne ressentait pas grand chose d'un contact tactile aussi léger, mais ce n'était pas ce qui lui semblait important. C'était plus la délicatesse et le sens du geste qui importait. Est-ce qu'il regrettait de l'avoir fait pleurer ainsi ? Bon sang de bonsoir, qu'est-ce qui se passait dans sa tête ?

Will ne regardait pas son visage, les yeux fixés seulement sur le bout de l'aile de Dieter. Toujours aussi indéchiffrable.

« C’est… gentil de ta part aussi, Will. », dit l'ange d’un ton circonspect, en repassant à l'allemand pour être certain d'être compris. Enfin, gentil s’il s’agissait bien d’une tentative de le réconforter. Il n'avait pas répété un “tu es gentil” à son adresse, parce que ça n'aurait pas été vrai – quelqu'un de réellement gentil ne l'aurait pas blessé comme Will l'avait fait, et n'aurait encore moins paru si désinvolte avec le fait qu'il ait cru qu'il allait mourir (est-ce qu'il lui avait dit qu'il avait cru mourir ? Non, pas à lui, mais il l'avait laissé entendre.). L'ange n'avait pas complètement envie de pardonner au vampire de l'avoir blessé physiquement et psychiquement et d'en avoir remis une couche il y avait quelques instants, mais disons que son geste doux le disposait à un tout petit peu d'indulgence.

En plus, il venait de réussir à le faire s'arrêter de pleurer.

En vérité, depuis quelques minutes, Will le faisait passer d’une émotion à l’autre de manière tellement rapide – angoisse, soulagement, déception, tristesse, surprise. À la décharge du petit ange, celui-ci était un peu sur les nerfs, depuis deux semaines, et sa sensibilité était à fleur de peau ; ça pouvait expliquer ses sautes brutales d’humeur. Enfin, peut-être que Will avait tout de même un talent inné pour mettre Dieter dans tous ses états, parce que ça avait été le cas lors de la plupart de leurs rencontres, en fait...

_________________
Pauvre Dieter.
Will
Vampire

avatar

Grade hiérarchique :
  • Soldat recrue

Points : 355
Messages : 73
MessageSujet: Re: Je veux et j'exige d'exquises excuses   Ven 9 Nov - 22:06

Les plumes de Dieter – ou du moins celle que Will s’était permis de toucher – n’étaient pas duveteuses, mais elles n’en demeuraient pas moins douces pour autant, chatouillant agréablement le dos de son doigt. En ce sens, elles étaient donc telles que des vraies, celles qui couvraient les oiseaux. Suivant cette logique, il était donc possible que les plumes rigides camouflent un duvet. Il aurait peut-être suffit à Will de laisser ses doigts glisser entre les plumes, plus haut sur les rémiges, plus près de l’omoplate de l’ange...

« C’est… gentil de ta part aussi, Will. »

À l’entente de son nom et du retour à une langue plus facile à comprendre, le vampire reporta son attention et son regard sur le visage de Dieter. Gentil ? Qu’est-ce qui était gentil ? L’ange ne pleurait plus, mais Will aurait été bien incapable d’expliquer pourquoi (tout comme il n’aurait pas pu fournir la raison ayant, au départ, provoqué les larmes de l’ange). L’ex-nazi n’avait rien dit depuis un moment. Était-ce quelque chose qu’il avait fait ? D’après ce qu’il avait compris des dires de Dieter, Aliya était gentille parce qu’elle offrait des câlins, mais Will n’avait bien évidemment rien fait de tel. Depuis l’arrivée de la petite fille, le seul mouvement qu’il avait osé était ce léger toucher de l’aile de Dieter. Sachant que la dernière fois qu’il avait voulu faire une telle chose l’ange avait pris peur, il ne pouvait pas, maintenant, considérer cela comme ‘‘gentil’’, si ?

« Il a quoi, ton ami ? », interrogea Aliya d’en un chuchotement tout à fait audible à l’adresse de Dieter. Elle jeta cependant un coup d’oeil rapide en direction de Will, l’objet de sa question, en triturant nerveusement ses mains.

Avant que Dieter ne réponde, la femme qui se tenait non loin de là jugea utile d’intervenir. En trois enjambées, elle rejoignit sa fille et posa une main protectrice sur son épaule.


« Désolée. », s’excusa-t-elle en souriant aux deux Allemands. Elle poursuivit ensuite en s’adressant à sa fille, d’un ton maternel :

« Ce n’est pas très poli de demander ça, Ali. Allez, dis bonne nuit et ensuite on y va. »

Will observa la scène avec curiosité. Il y avait longtemps, très très longtemps qu’il n’avait pas assisté à un tel échange. Ayant passé la majorité de sa vie et de sa non-vie sur des champs de bataille dévastés, il y avait vu, toujours de loin, peu de mères et d’enfants, rarement les deux en même temps, et jamais dans des circonstances où calme et tendresse avaient leur place. La situation actuelle avait donc quelque chose d’un peu surréel. La mère n’avait-elle pas peur pour sa progéniture, si près d’un vampire ? Les autres occupants de la pièce le surveillaient-ils, mine de rien, prêts à intervenir ? Assurément, à cette distance, Will aurait le temps de commettre l’irréparable avant qu’on ne puisse l’arrêter... La distinction entre le bien et le mal était une chose confuse dans l’esprit de l’ex-nazi, mais il savait quand même qu’on ne le lui pardonnerait jamais s’il venait à blesser un enfant.

_________________
~
Dieter
Ange

avatar

Grade hiérarchique :
  • Caporal

Points : 515
Messages : 103
MessageSujet: Re: Je veux et j'exige d'exquises excuses   Dim 11 Nov - 6:08

Dieter soutint deux secondes le regard de Will avant de détourner le sien, les joues un peu rouges (et les yeux et le nez aussi). Rien n’était lisible sur le visage du vampire, comme à l’accoutumée, et rien ne pouvait donc infirmer ou confirmer les conclusions de l’ange quant à la gentillesse de l’ex-nazi.

« Il a quoi, ton ami ? » chuchota soudain Aliya de manière bien trop forte pour ne pas être entendue de Will. Uh. Comment dire. Il est en train de me faire des excuses pour avoir failli me tuer – ou du moins me bousiller un membre ? Nan, Dieter ne pouvait expliquer ça de cette manière à un enfant. Avant qu’il n’ait le temps d’ouvrir la bouche, une femme qui se tenait non loin mais que Dieter n’avait pas remarqué jusque-là, et qui était vraisemblablement la mère de la petite, intervint en posant la main sur l’épaule de sa fille. Arg. Une personne de plus qui le voyait pleurer comme une mauviette.

« Désolée. » dit-elle en regardant Will et Dieter avec un sourire. « Ce n’est pas très poli de demander ça, Ali. Allez, dis bonne nuit et ensuite on y va. » Ouf. Merci, maman d’Aliya, de lui éviter d’avoir à répondre.

La petite fit la moue, mais obéit à sa mère.
« Bonne nuit Dita. », fit-elle en regardant gentiment Dieter et en agitant la main pour lui dire au revoir. La petite sembla hésiter un peu puis fit le même geste de la main en direction de Will, le regardant nerveusement en même temps.

« Bonne nuit, Aliya. Et merci. » fit Dieter avec gratitude en lui faisant son sourire spécial enfants, et saluant sa mère d’un signe de tête. Toutes les deux s’en furent, la petite continuant de zieuter Will par-dessus son épaule avec une complète indiscrétion toute enfantine.

Dieter et le vampire restèrent seuls dans leur coin, et l’ange sentit sa nervosité grandir au fur et à mesure que les secondes s’égrenaient. La parenthèse bienvenue qu’avait créé Aliya dans leur conversation s’était achevée. Le petit allemand se recroquevilla de nouveau sans y prendre garde, ramenant ses jambes contre lui et se frottant le nez  – un geste qu’il faisait souvent lorsqu’il était embarrassé ou nerveux. Il n’osait pas tourner la tête pour faire face à Will, mais lui adressait de petits coups d’œil en biais, juste histoire de voir si le vampire était toujours bien là.

_________________
Pauvre Dieter.
Will
Vampire

avatar

Grade hiérarchique :
  • Soldat recrue

Points : 355
Messages : 73
MessageSujet: Re: Je veux et j'exige d'exquises excuses   Mar 13 Nov - 23:27

Suivant l’ordre de sa mère, Aliya s’exécuta et adressa un ‘‘bonne nuit’’ à Dieter (abîmant son nom au passage). Elle n’eut probablement pas le courage de formuler le même souhait à l’égard de Will, bien qu’elle lui fit tout de même signe de la main, au grand étonnement du vampire. Il ne retourna évidemment pas le geste, prostré dans son immobilisme sécurisant, mais la suivit du regard jusqu’à ce qu’elle quitte la pièce.

Pourquoi Dieter la remerciait-il ? Pourquoi Aliya avait-elle offert une accolade à un homme qu’elle ne connaissait pas ? Pourquoi était-ce gentil ? Pourquoi s’était-elle inquiété de lui ? « Il a quoi, ton ami ? », avait-elle demandé. Même s’il ne voyait pas, dans le contexte, qui d’autre aurait pu se voir dénommé ainsi, Will avait du mal à concevoir que ce puisse être lui, ‘‘l’ami’’.

Le départ de la petite fille, et donc le retrait de la curiosité affichée qu’avait cette enfant inconnue à son égard, retira une tension non négligeable chez Will. Il ne se détendit pas entièrement (c’était impensable, avec tous les gens qui demeuraient encore dans le salon), mais c’était déjà ça de gagner. Il ne pouvait faire autrement que de surveiller les alentours, malgré que ce se fut calmé depuis le départ du groupe turbulent. Néanmoins, ne recevoir en retour que l’attention de Dieter (et de personne d’autre) rendait les choses presque gérables.

L’ange, à nouveau replié sur lui-même, lui jetait des regards en biais et Will (dont l’incompréhension n’avait fait qu’être alimentée depuis qu’il avait mis les pieds dans le salon) se demanda, encore une fois, ce qu’il était supposé faire. Dieter ne pleurait plus, ce qui était probablement bon signe, mais est-ce que ça signifiait qu’ils pouvaient maintenant faire comme si de rien n’était ? Will en était assurément capable (il en aurait été capable dès le premier jour), mais il n’avait aucune idée de ce qui en était de son interlocuteur. L’ange n’avait pas clairement exprimé qu’il acceptait (ou pas) les excuses. Or, d’après monsieur Anderson, tout dépendait de ça.

Will accrocha son regard à celui de Dieter une seconde, peut-être pour lui signifier qu’il avait remarqué ses oeillades peu discrètes, puis laissa à nouveau son attention être détournée vers le plumage de l’ange. Dieter n’avait pas éloigné son aile. Était-il vraiment permis de la toucher ? Pourquoi aujourd’hui et pas un autre jour, Will n’aurait su le dire, mais il voulu tester l’hypothèse. Doucement (pour être prêt à se rétracter si l’ange regimbait), il leva à nouveau une main. Cette fois, il se fit plus aventureux et posa sa paume sur les rémiges. Elles étaient décidément bien plus grandes que celles de n’importe quel oiseau et, les doigts écartés, il ne parvenait même pas à couvrir la largeur de trois d’entre elles.

Le bout de son majeur s’étant posé sur le rachis de l’une des rémiges, Will fit délicatement glisser son doigt sur cette tige rigide en remontant la plume en direction des tectrices. Il avait des dizaines de questions en tête.


« Pourquoi tu n’as pas nié ? Elle a dit qu’on était amis. »

Son ton ne laissait bien sûr pas d’indice sur ce qu’il pensait de cette idée. Deux semaines plus tôt, Will avait conclu que, même s’il était incapable d’être l’ami de qui que ce soit, il n’était pas opposé à ce que Dieter fasse semblant du contraire. C’était, bien sûr, avant qu’il ne lui massacre l’épaule et le poignet. Si l’ange refusait de le lui pardonner, ne devait-il pas s’insurger qu’on le croit lié d’une quelconque façon à son bourreau ? L’importance de catégoriser correctement les relations interpersonnelles était quelque chose que Will avait constaté, même chez les vampires. Cela avait une certaine logique, puisqu’il s’agissait de hiérarchiser les individus entre eux, un concept auquel, comme n’importe quel soldat, il avait été habitué.

De toutes les questions qui lui étaient venues, celle-là n’était pas la plus cruciale. En vérité, il s’agissait probablement d’un détail insignifiant, au vu de tout le reste. Sauf que Will avait toujours attaché beaucoup d’attention aux détails. C’était plus fort que lui. Le verni à ongles multicolore de la femme qui lisait, vautrée dans un fauteuil ; la carte à jouter égarée sous la table par le groupe d’adolescents qui s’affrontaient en rigolant ; la barrette à cheveux violette oubliée sur une table basse, près de l’aire de jeux des enfants... Cette façon qu’avait Dieter de se cacher le visage (ou, comme là, de se frotter le bout du nez) quand il était troublé et que les mots semblaient ne plus lui venir aussi abondamment.

_________________
~
Dieter
Ange

avatar

Grade hiérarchique :
  • Caporal

Points : 515
Messages : 103
MessageSujet: Re: Je veux et j'exige d'exquises excuses   Mer 14 Nov - 16:48

Le vampire lui rendit une brève seconde son regard, ce qui suffit pour que Dieter se remette à regarder droit devant lui, intimidé. Quelques instants plus tard, il sentit de nouveau un contact sur ses ailes et tourna la tête. Will caressait doucement ses plumes, à pleine main cette fois, ses yeux à nouveau ancrés dessus. Punaise. Dieter ne comprenait toujours pas ce qui se passait. Ce geste était-il vraiment, comme il l'avait envisagé, une tentative de Will de le consoler ? Ou bien, ce qui semblait de plus en plus probable, vu qu'il réitérait maintenant, était-ce juste de la curiosité ? Dieter comprenait un peu, lui aussi avait été fasciné par ses ailes quand il était réapparu sur terre. Il aimait parfois s'amuser à les toucher, à sentir les barbes se détacher et se rattacher, à sentir leur douceur. Mais bon, c'était les siennes. Lui n'aurait jamais osé toucher les ailes d'un ange sans son consentement. Il n'était pas une elfe écervelée.

Il n’osait en revanche pas s’insurger contre ce contact tactile de la part de Will. D’une part, parce qu’il n’avait pas envie de l’énerver de nouveau – pour le moment, Dieter était prêt à prendre sur lui et à faire des concessions pour éviter tout accès de violence de la part du vampire. D’autre part, parce que c’était… limite agréable ? Bon, en vérité, c’était un peu comme s’il caressait le bout de ses cheveux ; l’ange ne sentait pas grand-chose, mais ce léger contact n’était somme toute pas déplaisant (il n’allait pas se mettre à ronronner pour autant, tout de même). Et puis, c’était toujours mieux que de se faire arracher le bras. C’était rassurant, de savoir que Will était capable d’autant de délicatesse dans ses gestes.

« Pourquoi tu n’as pas nié ? » fit le vampire, interrompant le fil des pensées de Dieter. « Elle a dit qu’on était amis. »

Dieter le regarda d'un air inexpressif au possible (si l'on exceptait son nez et ses yeux encore rougis). Sérieusement, son compatriote ne comprenait rien de rien à tout ce qui touchait les relations entre les gens. Maintenant qu'il connaissait la raison de cette ignorance, le petit allemand était d'autant plus prompt à la remarquer.

Il se détourna, abandonnant ses plumes aux bons soins de Will, et soupira en posant un instant le front sur ses bras, cherchant ses mots pour répondre au vampire asocial. Uh, c’était mouillé. Il redressa rapidement la tête, gêné par ce rappel qu’il avait chialé comme un gosse quelques minutes plus tôt.

« Mmh… Je pense qu’aux yeux de beaucoup d’enfants, deux personnes qui sont assises l'une à côté de l'autre comme on l'est et qui discutent comme ça sont probablement deux copains. » expliqua-t-il patiemment. Et puis, si Will se mettait à lui caresser les plumes comme il le faisait, ça donnait plutôt l'impression qu'ils étaient amis. « Je n'ai pas nié parce que ça ne me semblait pas super important ? De toute façon », ajouta-t-il, « je n'aurais pas eu le temps. » La maman d'Aliya était intervenue trop vite. « Et puis… » Il hésita, fixant ses mains. « Ça ne me dérangerait pas trop d'être considéré comme ton… ami. Si… si tu me promettais d'essayer de, de, de plus me faire mal. » Uuuuuh. Dieter la tomate, le retour. Ses joues étaient de la même couleur que son nez.

Dieter attribuait deux sens au mot “ami” : cela pouvait signifier un simple copain, un camarade avec qui il s'entendait bien et pouvait discuter et partager des moments relativement plaisants ; ou bien une personne à qui il confierait sa vie. Il comptait les personnes entrant dans cette dernière catégorie sur les doigts d'une main, et Will n'était pas prêt de faire son entrée dans ce club restreint ; mais entrer dans la première était assez facile, parce que Dieter était plutôt prêt à y faire rentrer tous ceux qui semblaient ne pas y voir d’inconvénient. Même un vampire tueur qui avait manqué lui arracher un bras ? Même un vampire tueur qui avait manqué lui arracher un bras. L’ange allemand était le genre de personne qui offrait perpétuellement aux autres une chance de se racheter à ses yeux. S’il décidait de pardonner à Will – ce qui n’était pas encore complètement acté mais qui ne devrait pas tarder, probablement, si le vampire ne faisait pas un nouveau faux-pas – cela voulait dire qu’il ne mettait pas d’objection à ce dernier devienne son ami.

_________________
Pauvre Dieter.
Will
Vampire

avatar

Grade hiérarchique :
  • Soldat recrue

Points : 355
Messages : 73
MessageSujet: Re: Je veux et j'exige d'exquises excuses   Hier à 17:50

Finalement, peut-être que son constat avait été erroné. Dieter était possiblement troublé, ou pas (Will n’étant définitivement pas un bon juge de ce genre de chose), mais dans tous les cas cela ne se refléta pas dans l’abondance de ses paroles. Fidèle à lui-même, la réponse qu’il donna au vampire fut longue et détaillée.

« Je pense qu’aux yeux de beaucoup d’enfants, deux personnes qui sont assises l'une à côté de l'autre comme on l'est et qui discutent comme ça sont probablement deux copains. » Will était nullissime en relation interpersonnelles, mais il n’était pas un extraterrestre non plus. Même lui savait ça.

« Je n'ai pas nié parce que ça ne me semblait pas super important ? » Pas super... Qu’était-ce donc, alors ? Beaucoup ? Moyennement ? Un peu ? Les phrases négatives étaient particulièrement désagréable à déchiffrer. Will laissa passer l’intonation légèrement interrogative sur la fin, qui ne faisait qu’empirer les choses. Peut-être que Dieter était juste quelqu’un de bizarre, qui ne prenait pas le temps de catégoriser les gens qu’il rencontrait.

« De toute façon, je n'aurais pas eu le temps. » Techniquement ‘‘Il n’est pas mon ami.’’ semblait tout aussi court à dire que ‘‘Bonne nuit, Aliya. Et merci.’’, voire plus... N’était-ce donc pas juste une question d’importance ? Pour Dieter, saluer les gens devait être plus essentiel que de les définir.

La dernière partie de la réponse de l’ange fut celle qui lui vint le moins fluidement et amena Will à s’interroger le plus. Il retira sa main et son attention de l’aile du jeune homme pour porter, le temps de quelques secondes, son regard sur son visage d’un rouge évident. Croisant les bras, le vampire détourna ensuite la tête, observant distraitement les alentours en réfléchissant.

Il n’était pas question de ce qu’il considérait lui (parce qu’il apparaissait évident qu’il n’envisagerait jamais Dieter comme étant son ami) ou de ce que les gens en général déduiraient (ce dont Will se contrefoutait, et qui, ultimement, dépendrait des affirmations de Dieter), mais de ce que l’ange pensait. Peut-être la phrase de Dieter était-elle simplement maladroite, puisque c’était de Will qu’un effort était exigé dans la condition qu’il posa ensuite. Essayer de ne plus faire mal à Dieter... Essayer, ça, oui, il pouvait le faire. C’était ce qu’il faisait depuis trois ans, avec toute la population de la CAT. Sauf qu’il échouait souvent, chaque fois qu’il se rappelait le ridicule de cet objectif dérisoire.

Fronçant les sourcils et serrant les poings, Will fixa son regard sur un homme qui s’amusait à plier des bouts de papier colorés de façon inutilement complexe. Il ne l’observa pas vraiment, cela dit. Le vampire était plutôt concentré à rester calme. Parce qu’il étouffait dans cette pièce trop pleine de gens. Parce que, malgré cette idée de valeur décrite par monsieur Anderson, Dieter exigeait beaucoup et que Will restait perplexe face à ce qu’il pourrait bien obtenir en échange. Il n’avait pas accepté ce défi par besoin, après tout.

Will avait toujours été solitaire. Même humain, même enfant, il avait été celui qu’on accepte dans le groupe, mais juste parce qu’il manque un joueur ou parce qu’il peut être utile d’une façon bien spécifique. Ce n’était jamais pour la personne qu’il était. Il était trop attentif à certaines choses et trop ignorant face à d’autres. Trop pointilleux, trop critique, trop intéressé, trop individualiste... Il n’aurait pas été étonné d’apprendre que, derrière les beaux discours du chef des vampires, se cachait en fait un désir de l’utiliser. Il pouvait être un outil pratique, après tout. Mais un ami ? Idée idiote.


« Ils te trouveraient bizarre... » ‘‘d’être mon ami.’’ Will ne termina pas sa phrase, énoncée à demi-voix et sans regarder l’ange. Il n’avait pas envie de prononcer les mots ‘‘mon ami’’ côte-à-côte dans une phrase. Lui qui, d’ordinaire, ne s’embarrassait jamais à donner son opinion sans qu’il ne lui soit explicitement demandé, il n’était même pas certain de savoir pourquoi il venait de parler.

Il se souvenait de Dieter, qui avait dit se sentir effrayé, coupable et bizarre, en admettant sa bisexualité. Si l’avis général l’indisposait, se lier d’amitié avec un vampire ex-nazi demeuré tueur de sang froid n’allait, selon toute vraisemblance, pas améliorer son inconfort. Même si Will s’en fichait, il avait conscience du jugement que les gens faisaient de lui. Dieter était-il totalement naïf ?

C’était sans importance...


« Est-ce que tu veux te venger ? », demanda le vampire, à nouveau curieux, en revenant à cette préoccupation plus immédiate de faire accepter les excuses qu’il avait présentées.

Il ne s’agissait pas d’une offre réelle, même s’il aurait été facile de le penser. Will était avant tout un survivant et, s’il avait survécu près d’un siècle, ce n’était pas parce qu’il s’était laissé volontairement mutiler par plus faible que lui. Il n’était pas spécialement revanchard. Néanmoins, il pouvait comprendre le concept de la vengeance : l’idée de protéger ses acquis en infligeant à autrui ce qui nous a été infligé, pour gagner en force en affaiblissant l’adversaire d’une lutte non terminée. Peut-être, pour pardonner, Dieter désirait-il se donner l’impression de ne pas être l’unique perdant dans l’histoire.

_________________
~
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Je veux et j'exige d'exquises excuses   

 

Je veux et j'exige d'exquises excuses

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Je veux et j'exige
» Je veux et exige des extases exquises - Euphrasie.
» j' ai déjà la rolex, je veux le gronavionkivanavex
» "Je veux qu'on rie...Je veux qu'on danse...Je veux qu'on s'amuse comme des fous !" [Julia]
» Veux tu de moi ? [Crystal Noir & Pépite d'Or]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
C.A.T. - Créatures Anonymes de la Terre :: Aire de Relaxation (2e Sous-Sol) :: Salon et Aire de Jeu-