AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hello !

Partagez | 
 

 Mille quatre-vingt-quinzième jour de Will à la CAT

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Will
Vampire

avatar

Grade hiérarchique :
  • Soldat recrue

Points : 310
Messages : 63
MessageSujet: Mille quatre-vingt-quinzième jour de Will à la CAT   Mer 18 Juil - 22:40

Il faisait gris dans le cloître extérieur de la CAT, un phénomène qui était devenu rare dans les dernières semaines. En effet, presque l’entièreté du mois d’août avait été marquée par une chaleur radiante continue. Si les gens en avaient d’abord allègrement profité, l’atmosphère climatisé du coeur de la base avait fini par être plus attirant pour beaucoup. Dans les treize derniers jours tout particulièrement, le soleil artificiel avait asséché l’herbe et mis à mal les jardins de la base.

Ayant vécu parmi les déserts de glace, les dunes de sable et les forêts tropicales, Will avait connu son lot de climats difficiles. Il observa les membres de la CAT réagir à cette petite canicule avec curiosité, mais ne partagea pas leur décontenancement. Bravant la chaleur, il s’était rendu chaque jour dans le cloître extérieur. Depuis quelques mois, il s’agissait de son nouveau centre d’intérêt, tout particulièrement la forêt des Elfes. Il aimait s’y enfoncer pour trouver un coin qui lui permettait de croire qu’il était vraiment à l’air libre, tout en offrant une pénombre que n’importe quel vampire savait apprécier. Il choisissait également, quelquefois, de rester moins en retrait. Grimpé dans un arbre, tout de même camouflé, il épiait les citoyens de la CAT qui allait et venait autour du lac ou dans le parc. Aujourd’hui était l’une de ces journées.

Will était installé parmi les branchages d’un gros chêne, à la limite entre la forêt et le parc. Il pouvait sentir que la pluie viendrait sous peu, un sentiment qui le porta à lever les yeux vers le faux ciel. Il s’en détourna cependant avec une grimace, dégoûté, comme à chaque fois, de ce rappel qu’il n’était pas vraiment dehors.

Malgré le thermomètre dépassant les trente degrés, l’ancien Allemand portait une veste, des pantalons longs et de lourdes bottes, comme à son habitude. Toutefois, fait nouveau, il avait glissé sur son nez une grosse paire de lunettes miroirs avec une armature de métal. Le temps n’était pas suffisamment gris à son goût, ses yeux vampiriques étant particulièrement sensibles à la lumière naturelle. Il avait trouvé l’objet abandonné sur un banc du parc, une nuit où il avait ignoré le couvre-feu, et avait décidé de s’en saisir. Une acquisition qui s’était avérée particulièrement utile.

Les quelques coins d’ombre du parc de la CAT étaient tous occupés. L’orée de la forêt devenait donc une option de choix et c’est certainement la conclusion à laquelle parvint Dieter, que Will aperçu se diriger dans sa direction. Il cru un instant que l’ange l’avait remarqué, mais, si tel était le cas, il ne le montra pas. L’assistant de cuisine s’installa juste au pied de l’arbre que Will occupait et ouvrit un livre (encore).

Ne s’intéressant pas plus que ça à l’ange, le regard de Will se porta au loin, à l’opposé du parc, sur une zone de terre battue où de minuscules silhouettes s’agitaient. Il y en avait dix, réparties en groupes de deux. À cette distance, il était difficile d’en être certain, mais Will soupçonna qu’il s’agissait d’elfes, disciplinés dans leur entraînement en dépit des conditions climatiques peu favorables aux efforts physiques.

Malgré cet acharnement à la tâche, leurs mouvements étaient difficiles à déchiffrer et Will n’était pas certain d’en comprendre le but. À un moment, un elfe en renversa un autre et leva les bras en l’air en signe de victoire. Ils pratiquaient donc les projections ?

Curieux, Will opta pour la façon la plus simple d’obtenir des réponses. Il se laissa tomber au sol, atterrissant lourdement à environ un mètre de Dieter. Restant accroupi, sans aucune considération quant à l’effet sur les nerfs de l’ange que pouvait avoir eu sa soudaine arrivée, il pointa en direction des silhouettes.


« C’est ça, le cours de combat ? », demanda-t-il, observant la silhouette victorieuse essayer de reproduire son exploit.

_________________
~
Dieter
Ange

avatar

Grade hiérarchique :
  • Caporal

Points : 450
Messages : 91
MessageSujet: Re: Mille quatre-vingt-quinzième jour de Will à la CAT   Sam 21 Juil - 19:10

Dieter n'avait jamais particulièrement aimé la chaleur, de son vivant comme après sa renaissance. Il préférait largement avoir la possibilité de multiplier les couches de vêtements comme des pelures d'oignons plutôt que de crever de chaud et n'avoir qu'une envie, celle d'enlever sa peau. En plus, quand il y avait trop de soleil, ça faisait mal aux yeux.

Ça faisait des jours que le temps était au beau fixe dans la base souterraine de la CAT, et autant il avait pu trouver ça agréable quelques jours, autant ça commençait à suffire. Lorsqu'il sortit en milieu de journée, il accueillit avec contentement l'atmosphère grise du cloître extérieur. Ça promettait enfin un peu de pluie ! Ouf. Il se demandait comment ceux en charge de la météo choisissait le temps qu’il allait faire…

Il marcha distraitement vers l'orée de la forêt des Elfes, regardant vaguement la quatrième de couverture du livre qu'il avait emprunté sur une étagère du salon des anges. Il avisa un gros chêne en bordure de la forêt dont le feuillage le protégerait d'une trop grande luminosité, prit son temps pour trouver la posture la plus confortable possible contre le tronc rugueux et ouvrit enfin son bouquin avec un soupir d'aise.

Il avait pris ce livre par curiosité. Celui-ci n'était pas destiné à sa tranche d'âge – il avait beau être figé dans un corps de dix-neuf ans (qui paraissait plus jeune), il avait quand même vingt-huit ans désormais – mais il avait vu plusieurs enfants le lire avec grand intérêt. Et c'est vrai que dès les premières lignes, par ailleurs très bien écrite, le lecteur était captivé. L'héroïne allait tuer un homme dans quelques instants ? OK. La personnalité qui se dégageait d'elle sur ces premières pages ne laissait pas entrevoir comment cela se pouvait. Et effectivement, elle tua un homme... en le faisant mourir de peur, en prononçant un mot qu'elle croyait sans conséquence. Okay… ? Pourquoi ?

Alors que le suspense était à son comble, Dieter fut très brutalement ramené au monde réelpar la chute d'une masse à un mètre de lui.

Il ne cria pas, mais sursauta violemment en laissant son livre lui échapper des mains.
*Ma paaage*. Il se releva d'un bond et fut alors en mesure d'identifier Will, qui venait de tomber du ciel.

« C'est ça, le cours de combat ? » fit le vampire, sans s'émouvoir de l'effet qu'il avait eu sur le pauvre Dieter, qui pressait une main sur la poitrine. Son pauvre petit cœur… Pour un peu plus, il se serait remis à battre. Si on pouvait plus s'installer dans un coin de la base sans qu'un vampire manque vous tomber littéralement dessus… Et en plus, pas n’importe quel vampire, mais Will, quoi. Les lunettes de soleil qu’il avait adopté rendait ses expressions encore plus difficiles à entrevoir que d’habitude, mais ce n’était pas forcément une mauvaise chose ; ses traits paraissaient moins durs que d’ordinaire, cachées par les grands verres qui lui donnaient un air un peu "cool".

L’ange avait eu plusieurs fois l’occasion de revoir Will, que ce soit à la cantine où le vampire venait chercher sa pitance ou dans les couloirs de la base, où il avait toujours l’air d’un rodeur observant les autres. Dieter avait bien compris après plusieurs rencontres avec lui que Will n’était pas particulièrement doué pour communiquer avec les autres, et l’ange ne se formalisait jamais quand ses salutations n’étaient pas réciproquées. Le vampire continuait d’être un peu effrayant par certains aspects, mais une situation comme leur rencontre il y avait plusieurs années déjà dans la cuisine de la base ne s’était jamais reproduite, et il s’était lentement accoutumé à ses bizarreries de caractère au gré de leurs brèves rencontres.

« Faut pas me faire une peur pareille, enfin », dit Dieter, d'une voix surprise plutôt qu'en colère. Se remettant lentement de ses émotions, il regarda dans la direction indiquée par Will, passant la tête sur le côté du tronc en tournant le dos au vampire. « Mmh, oui, je crois que c’est un cours de combat pour les elfes. » Il ne passa pas par les salutations d'usage que Will avait purement et simplement omis et choisis de lui répondre tout de suite. « Vus d’ici, ça ne peut pas être des fées, et pour nous et les sorciers, ça se passe à l’intérieur… Tu n’as toujours pas essayé d’y aller, au fait ? » ajouta-t-il en se penchant pour ramasser le livre dont quelques pages s’étaient un peu abîmées en tombant.

_________________
Pauvre Dieter.
Will
Vampire

avatar

Grade hiérarchique :
  • Soldat recrue

Points : 310
Messages : 63
MessageSujet: Re: Mille quatre-vingt-quinzième jour de Will à la CAT   Lun 23 Juil - 22:37

Indifférent vis à vis de l’émoi qu’il avait causé chez l’ange, Will lui jeta à peine une oeillade lorsqu’il sauta sur ses pieds, une main sur le coeur. Son attention était toute dirigée vers les petites silhouettes et il ne montra pas signe d’avoir entendu le reproche de Dieter. La peur était une bonne chose. Ça permettait de rester en vie.

« Vus d’ici, ça ne peut pas être des fées, et pour nous et les sorciers, ça se passe à l’intérieur… »

Et les vampires ? Dieter incluait-il à la fois les anges et les vampires dans ce ‘‘nous’’ ? Will trouva par ailleurs étrange que les anges apprennent à se battre enfermés entre quatre murs. Leurs ailes ne leur était donc d’aucune utilité en combat ? Ils ne pouvaient vraiment rien en tirer d’avantageux ? Voilà qui était décevant.

« Tu n’as toujours pas essayé d’y aller, au fait ? »

Le regard toujours rivé sur l’horizon, Will fronça les sourcils derrière ses lunettes et serra la mâchoire. Non, bien sûr que non. Néanmoins, l’ecchymose (masquée par ses lunettes) qu’il avait présentement sous l’oeil gauche, entre autres choses, pouvait témoigner que l’absence d’encadrement ne l’empêchait pas de pratiquer, pour dire les choses joliment. Il avait du mal à cohabiter pacifiquement avec autant de gens que ce que contenait la CAT. C’était particulièrement vrai par rapport aux autres vampires, sans doute parce que les représentants d’autres races savaient rester à distance de lui.

Au loin, les silhouettes s’étaient regroupées, assises par terre. Sauf une, qui devait être l’enseignant. L’entraînement tirait-il à sa fin ou était-ce un intermède entre deux techniques ?


« Toi tu y vas. », remarqua Will. Il tourna ensuite la tête vers l’ange pour demander d’un ton égal :

« Tu accepterais de te battre avec moi ? »

Ce n’était pas une requête réelle. Il n’avait pas nécessairement envie de tabasser Dieter. Cependant, s’ils devaient en venir aux mains, il réduirait assurément l’ange en bouillie. Ses cours de combat, encadrés et factices, ne pouvaient pas l’avoir vraiment préparé à affronter un vampire. Will n’était pas quelqu’un qui faisait les choses à moitié et, s’il devait se battre, alors il y mettait toute son énergie, toute sa hargne. Il n’avait ni la capacité, ni le désir de juguler la force qu’il avait acquise en devenant vampire. Il pouvait sans mal imaginer que les os de Dieter n’offriraient pas grande résistance...

Avant que ses pensées ne l’entraînent vers une pente glissante, Will reporta son regard sur le cours des elfes, encore en pause. Continueraient-ils à se battre sous la pluie ? Eux aussi devaient la sentir approcher. Will aimait bien la pluie...

_________________
~
Dieter
Ange

avatar

Grade hiérarchique :
  • Caporal

Points : 450
Messages : 91
MessageSujet: Re: Mille quatre-vingt-quinzième jour de Will à la CAT   Jeu 26 Juil - 17:48

Will contracta sa mâchoire à la question de Dieter – était-ce parce qu'il avait effectivement continué à éviter les cours de combat et n'aimait pas qu'on le lui fasse remarquer, ou parce qu'il y était allé et que ce n'était pas sa tasse de thé ? Son visage restait toujours impénétrable...

« Toi tu y vas. » Dieter acquiesça avec un sourire poli à cette affirmation.

« Tu accepterais de te battre avec moi ? »

Euh... La question pouvait avoir plusieurs sens et Dieter, incertain sur celui que voulait y mettre le vampire, fit une moue indécise et bien peu enthousiaste.

« Hem... Tu veux dire, là, tout de suite, ou bien dans l'absolu ? » Il n'attendit pas la réponse et reprit sans conviction, répondant aux deux hypothèses en une fois : « Il fait un peu trop chaud, je trouve, mais pourquoi pas... Peut-être que ce serait mieux avec un instructeur pour superviser ? » Pour superviser... ou empêcher un certain ange de se retrouver avec des crocs de vampires dans la gorge. Ahem.

Il n'était pas vraiment transporté à l'idée de s'agiter par cette chaleur, d'autant que l'air était sacrément lourd ; la pluie ne semblait pas loin, et elle serait tout à fait bienvenue. Le groupe d'elfes avait bien du mérite. Et puis, se battre contre un vampire, ça paraissait déjà risqué ; contre Will, le niveau de difficulté lui semblait très, très élevé.

« En tout cas, je n'ai pas une grande force de frappe, je pense, par rapport à un vampire », s'excusa-t-il, se passant une main derrière la nuque. Même contre un autre ange ou humain, il n'aurait pas souvent gagné de bras de fer... « Je compense avec d'autres trucs. » Il hésita deux secondes, puis reprit avec bien plus d'entrain : « Tiens, regarde ! »

Il se mit à reculer, et traversa rapidement le tronc du gros arbre qui lui avait servi de dossier, puis le recontourna pour revenir vers Will, souriant, les joues rouges de fierté et de gêne de s'être ainsi donné en spectacle.

Il n’avait désormais plus besoin que d'une demi-seconde pour atteindre l'état d'esprit qui lui permettait de se matérialiser et inversement. Ce n'était pas coutumier pour Dieter de faire ainsi une démonstration de ses talents, mais il y avait deux jours de cela, un camarade angélique l'avait félicité pour son aptitude et s'était senti pousser des ailes – okay, il n'en avait toujours qu'une paire – et se sentait beaucoup plus confiant en lui-même.


_________________
Pauvre Dieter.
Will
Vampire

avatar

Grade hiérarchique :
  • Soldat recrue

Points : 310
Messages : 63
MessageSujet: Re: Mille quatre-vingt-quinzième jour de Will à la CAT   Dim 12 Aoû - 1:24

Après trois ans à fureter au sein de la CAT, Will avait pu améliorer son vocabulaire et observer un grand nombre d’échanges variés, allant au-delà de la simple signification des mots prononcés. Quantités des comportements qu’il avait vus demeuraient profondément énigmatiques et il en désapprouvait un grand nombre d’autres. Malgré tout, il avait également appris suffisamment pour que les efforts mentaux qu’il avait à faire pour mettre en mots ses idées soient moindres (sans toutefois qu’il ne cherche à pratiquer la chose). C’était cette nouvelle facilité (toute relative) à s’exprimer qui avait donné naissance à cette question, adressée à Dieter.

Certes, le vampire était curieux, mais son interrogation n’avait, cette fois, pas été entièrement ingénue, car il se doutait bien de la réponse. En fait, peut-être aurait-il été moins sournois de simplement déclarer « Et pourtant, tu n’accepterais pas de te battre avec moi, car tu sais que je suis trop dangereux pour ces cours. ». Will fut donc surpris de ce qui suivis.

« pourquoi pas » ? « peut-être » ? Vraiment ? L’ancien nazi porta son regard sur l’ange en fronçant les sourcils derrière ses lunettes fumées. Était-ce le genre de répartie incompréhensible de laquelle il était censé tirer un sens caché ? Car il semblait fort improbable que Dieter considère réellement cette option... à moins qu’il ne cache quelque chose, des talents autres que le fait d’être déjà mort ?


« Je compense avec d'autres trucs. » Ah. Voilà.

« Tiens, regarde ! »

Et Will regarda donc. C’est avec une aisance apparente et affichée que Dieter traversa le tronc du chêne à leur côté, laissant l’arbre parfaitement intact. Le vampire se mit aussitôt debout et recula d’un pas, le regard rivé sur le tronc. Il resta stupéfait une seconde avant de s’avancer pour poser la main sur l’écorce, rugueuse et bien tangible, du feuillu. L’arbre était réel. Sachant qu’il venait d’y passer plusieurs heures perché, il était un peu ridicule d’en douter.

Sans hésiter (et donc sans laisser la possibilité à Dieter de se défiler), il posa ensuite une main sur la poitrine de l’ange et la retira l’instant suivant. L’ange aussi était bien là. Encore une fois, c’était attendu. Will, dont la mémoire était infaillible, gardait un souvenir clair de cette fois, plus d’un an plus tôt, où un vampire espagnol (prénommé Juan, comme il l’avait appris plus tard) l’avait projeté sur Dieter. La giclée de plumes dont il avait dû se protéger le visage n’avait rien eu d’immatérielle. Toutefois, en y réfléchissant, il avait également cru voir Dieter traverser un fauteuil, pas longtemps après. Jugeant avoir mal vu, il ne s’y était pas intéressé, mais maintenant...


« C’est un truc d’ange ? Ou c’est seulement toi ? », demanda-t-il, en reprenant le titre que Dieter avait utilisé : un ‘‘truc’’.

Au fond, dans un monde où les fées et les elfes existent, il était tout autant plausible que cette étrange capacité soit raciale que personnelle. À moins qu’il ne s’agisse que d’un tour, comme pour les magiciens. D’ailleurs, pleins de détails taraudaient l’esprit du vampire. Comment Dieter pouvait-il passer au travers des choses, mais garder ses vêtements ? S’il lui balançait son livre dessus, le toucherait-il ? Pouvait-il aussi traverser les gens ? Après tout, si ce ‘‘truc’’ lui permettait de compenser la faiblesse de ses frappes, c’est qu’il devait avoir une utilité avérée en combat. En fin de compte, peut-être Dieter était-il effectivement capable de survivre à une attaque de vampire...

_________________
~
Dieter
Ange

avatar

Grade hiérarchique :
  • Caporal

Points : 450
Messages : 91
MessageSujet: Re: Mille quatre-vingt-quinzième jour de Will à la CAT   Dim 2 Sep - 18:57

Dieter avait, semblait-il, fait son petit effet sur Will. Celui-ci, stupéfait, recula, puis vint poser une main sur l’arbre pour vérifier que celui-ci était bien tangible. Son expression était en partie masquée par ses lunettes noires qui réfléchissaient la lumière, mais il était certainement fort ébaubi. Soudain, il posa la main sur le torse de l’ange dont les muscles se crispèrent par réflexe – certes l’ange était très fier de lui, mais il n’était pas devenu complétement imprudent au point d’oublier que Will était une créature des plus dangereuse – puis se relâchèrent lorsqu’il fut clair qu’il n’y avait aucune violence dans le geste du vampire. Un an auparavant, il aurait peut-être réagi de façon brusque à ce toucher soudain, mais il avait moins peur de Will maintenant (possiblement à tort).

Ce dernier réfléchit un instant, prenant apparemment le temps de digérer ce qu’il venait de voir, puis demanda :
« C’est un truc d’ange ? Ou c’est seulement toi ? »

Dieter en déduisit qu’il n’était très certainement jamais allé au moindre cours général sur les races qui peuplaient la CAT. En fait, s’il y pensait bien, il n’arrivait pas à imaginer Will dans le grand amphithéâtre où se déroulaient les cours…

« C’est tous les anges qui peuvent le faire », répondit-il avec un sourire, acceptant son rôle de professeur particulier. « Enfin, avec de l’entraînement. Je n’avais jamais appris avant d’arriver à la CAT. En tout cas, c’est bien utile. Ça permet de se déplacer plus rapidement sans se soucier des obstacles, ou bien de se défendre sans même avoir à bouger. »

Il se laissa glisser le long du tronc pour se rasseoir contre le gros chêne, les jambes serrées entre ses bras. La réaction de Will lui avait fait plutôt plaisir ; il avait eu l’air impressionné par sa performance, et l’ange arborait maintenant une expression fort satisfaite, ses joues toujours un peu rouges.

« Y a toujours trop de lumière pour toi aujourd'hui ? » demanda-t-il tout à coup à Will d’un ton prévenant, changeant de sujet. « T’as encore besoin de lunettes ? » dit-il, précisant sa question. Certes, ces derniers jours caniculaires, le cloître extérieur avait été baigné par une lumière estivale plutôt violente, de l’avis de Dieter, et la plupart des gens portaient des lunettes de soleil (surtout les vampires, pour qui ça devait être sacrément agressif). Mais là, la base s’était obscurcie comme si le ciel avait été couvert de nuages noirs, prêts à faire tomber un orage qui apporterait enfin un peu de fraîcheur. La tenue de Will paraissait étrange dans ce cadre…

_________________
Pauvre Dieter.
Will
Vampire

avatar

Grade hiérarchique :
  • Soldat recrue

Points : 310
Messages : 63
MessageSujet: Re: Mille quatre-vingt-quinzième jour de Will à la CAT   Lun 3 Sep - 2:07

Will se demanda pourquoi il n’avait jamais vu d’autres anges utiliser ce ‘‘truc’’, si effectivement il s’agissait d’un de leurs pouvoirs. Évidemment, il ne s’était pas spécialement intéressé à cette race. Ce qu’il en avait observé se résumait principalement à leurs exercices de vol dans le cloître extérieur... Peut-être que, comme pour leurs cours de combats, c’était à leur étage qu’ils pratiquaient la... fantômisation ? Et s’ils devaient s’entraîner pour y parvenir, ça impliquait que ce devait être coûteux, en terme de concentration ou d’énergie. Ils ne devaient donc pas être portés à s’en servir naturellement. Était-ce l’effort déployé qui était la cause des joues soudainement rougies de Dieter ?

« Ça permet de se déplacer plus rapidement sans se soucier des obstacles, ou bien de se défendre sans même avoir à bouger. », ajouta Dieter.

De l’avis du vampire, la meilleure des défenses était l’attaque. Il faut dire qu’encaisser des coups ne lui faisait pas peur. Certes, à ce niveau, la capacité de guérison très rapide des gens de sa race jouait en sa faveur. De la même façon, la force qu’il parvenait à déployer lui assurait d’avoir toujours le dessus. Prendre des précautions n’était donc pas nécessaire, dans son cas. Peut-être aurait-il vu les choses différemment s’il avait eu la carrure de Dieter.

Quant au fait de se déplacer rapidement... Will se demanda si c’était avec ce truc que la CAT avait réussi à le rattraper dans la forêt afghane. Il y avait eu au moins une fée parmi ses poursuivants, mais il ne savait pas ce qu’étaient les autres, sinon qu’ils n’étaient pas vampires.


« Y a toujours trop de lumière pour toi aujourd'hui ? T’as encore besoin de lunettes ? »

À cette question, Will leva la tête vers le ciel de béton. Dans les derniers instants, la luminosité avait effectivement encore diminuée, mimant possiblement le passage de gros nuages orageux. Malgré les verres fumés sur son nez, ça ne l’empêchait pas de bien voir, lui dont les yeux pâles étaient particulièrement sensibles au soleil (même du temps où il était vivant). Il retira néanmoins la paire de lunettes, admettant silencieusement qu’il pouvait survivre sans.

S’accroupissant à nouveau, il abandonna sans grande délicatesse les lunettes dans l’herbe jaunie par le manque d’eau. Il jeta un coup d’oeil neutre à l’ange souriant et à son livre, puis reporta son attention au loin, vers le cours de combat des elfes. Leur pause était terminée. Ils s’étaient tous relevés, mis en rang, et s’apprêtait apparemment à faire un jogging autour du parc, pluie ou pas. Les entraînements militaires se ressemblaient décidément tous.

_________________
~
Dieter
Ange

avatar

Grade hiérarchique :
  • Caporal

Points : 450
Messages : 91
MessageSujet: Re: Mille quatre-vingt-quinzième jour de Will à la CAT   Lun 3 Sep - 14:53

A la remarque de Dieter, Will leva le nez et sembla constater que non, il n’avait plus besoin de lunettes. Il retira la paire, puis s’accroupit, se mettant au niveau de Dieter, en la lâchant négligemment sur le sol. Leurs regards se croisèrent et le sourire de Dieter se figea lorsqu’il constata l’œil au beurre noir qui ornait la figure de Will. Les lunettes lui servaient-elles jusque-là à cacher ce fait plutôt qu’à se protéger contre la lumière ambiante ? Pourtant, il n’avait pas l’air du tout de se soucier de ce que pouvait en penser l’ange.

« Il… Il t’es arrivé quoi ? Tu t’es battu ? » demanda Dieter, circonspect. « Ça te fait mal, ton œil ? », dit-il en pointant le sien.

Si l’on prenait en compte la super-cicatrisation vampirique, il avait dû recevoir un coup violent il y avait peu de temps. Le petit allemand était partagé entre empathie et alarme. Il compatissait certes à sa blessure, mais il voyait mal Will se faire martyriser par d’autres vampires – il ne voyait pas un membre d’une autre race infliger un tel bleu à un solide gaillard comme Will – et on pouvait raisonnablement penser que le vampire avait pu le chercher un peu, ou tout au moins n’avait pas essayé de résoudre les choses pacifiquement, s’il avait eu une altercation.

« Tu es allé à l’infirmerie ? » Dieter voyait mal Will faire la démarche. « Une fée pourrait aider à soigner ça, tu sais. »

Bon, ok, c’était qu’un œil au beurre noir, et l'ange avait déjà vu bien pire. Il avait carrément eu un œil crevé, une fois, depuis sa renaissance. Et puis, il avait assisté à des démembrements en direct et avait eu l'occasion de voir des
gueules cassées. N'empêche, ça n'était pas une raison pour ne rien faire... que Will mérite ce qui lui était arrivé ou pas. Le frère de Dieter était rentré plusieurs fois dans cet état à la maison, pendant son adolescence, et il l'avait probablement un peu cherché certaines fois – il avait certainement besoin de se défouler, mais de l'avis de son petit frère, il n'avait pas choisi les bonnes méthodes – il n'empêche que sa sœur Elke et lui-même, occasionnellement, s'était occupé de le soigner ; ils n'allaient pas le laisser tomber sous prétexte qu'il allait chercher la bagarre comme un crétin.

_________________
Pauvre Dieter.
Will
Vampire

avatar

Grade hiérarchique :
  • Soldat recrue

Points : 310
Messages : 63
MessageSujet: Re: Mille quatre-vingt-quinzième jour de Will à la CAT   Lun 3 Sep - 16:39

Will fut surpris du brusque changement de ton de Dieter. Se détournant des elfes, il reposa son attention sur l’ange, dont le sourire avait disparu. Son oeil ? Ah, oui, ça... Il avait effectivement eu mal lorsque la blessure était fraîche, mais ce n’était plus le cas et il n’y pensait donc plus. Qui plus est, la douleur physique n’était pas toujours entièrement désagréable. Elle lui rappelait qu’il était en vie en plus de donner un aspect concret à des choses qu’il ne parvenait pas à exprimer.

Cette ecchymose en particulier, il la tenait d’un vampire à la peau noire et dont le nom lui était totalement étranger. Il avait été dans son chemin et Will n’était pas du genre à demander poliment, surtout qu’à cet instant là il avait été particulièrement à cran pour d’autres raisons. Il y avait juste eu trop de monde dans le salon des vampires et Will avait eu
besoin de rejoindre sa chambre. Bref, il s’était avéré que le vampire en question n’était pas du genre à se faire bousculer poliment. Il avait voulu retenir Will et ce dernier avait refusé. Mais pas en mots. Et puis voilà. Au final, il avait quand même gagné, même s’il en ressortait avec un souvenir temporaire. Encore une fois. Quand il s’emportait, il avait tendance à oublier que les gens qu’il affrontait n’étaient pas de simples humains.

Les fées avaient-elles des pouvoirs de guérison ou étaient-elles simplement plus douées que les membres des autres races pour nouer des pansements ? Il ne posa pas la question, puisqu’il s’en fichait pas mal, en fait. La dernière fois qu’il avait été dans ce qu’il supposait être l’infirmerie de la CAT, ça avait été attaché à une civière, après son enlèvement. Il n’en gardait pas spécialement un bon souvenir et n’avait, par ailleurs, pas l’intention d’aller discuter avec des fées. Ou qui que ce soit. Dieter était, étrangement, un peu une exception, par moments.

Will n’avait pas d’idée concrète sur la façon de caractériser les occasionnels échanges qu’il pouvait avoir avec Dieter. Il n’aimait pas discuter et appréciait d’être seul. Néanmoins, la présence de l’ange ne lui pesait pas nécessairement. Il était d’ailleurs probablement la seule personne que Will parvenait à tolérer aussi près de lui, presque à portée de main. Dire qu’ils étaient amis aurait été largement exagéré. Will ne recherchait pas la compagnie de l’ange et pouvait aisément vivre sans elle (et sans même noter son absence). Il n’était pas quelqu’un qui avait des amis. Malgré tout (entre deux moments où il s’imaginait le saigner à blanc, juste parce que), il aurait probablement laissé Dieter prétendre le contraire s’il l’avait voulu. Bizarrement, Will était indulgent à ce point envers l’ange. Peut-être avait-il un pouvoir qui lui permettait d’apaiser les bêtes sauvages...


« Il sera guérit dans moins de deux jours. », commenta simplement le vampire.

Il laissa son regard dévier vers le livre que Dieter n’avait pas recommencé à lire. Il aurait pu, pourtant. Will ne l’obligeait pas à s’inquiéter de son état.


« Je crois que l’autre a eu une dent brisée. » Et peut-être quelques côtes fêlées.

Un coup d’oeil aux jointures de sa main droite lui appris qu’ils n’y subsistait aucune trace de l’éraflure causée par la dentition du type. Le vampire noir participait-il aux cours de combat ? Clairement, il avait encore besoin de pratiquer...

_________________
~
Dieter
Ange

avatar

Grade hiérarchique :
  • Caporal

Points : 450
Messages : 91
MessageSujet: Re: Mille quatre-vingt-quinzième jour de Will à la CAT   Mar 4 Sep - 17:26

« Il sera guéri dans moins de deux jours », dit le vampire, balayant sa proposition. Dieter fit une moue franchement pas convaincue. Certes, mais avec un petit accélérateur de guérison, ça pourrait disparaître avant ce soir… Et Will n’aurait plus à cacher son œil au beurre noir derrière ses lunettes. Ou bien il s’en foutait effectivement et s’il les avait mis sur son nez, c’était vraiment juste à cause de la lumière trop forte des derniers jours.

« Je crois que l’autre a eu une dent brisée », ajouta-t-il.

« Uh… » fit Dieter. Okay. Est-ce que Will était en train de se vanter ? Ou d’essayer de lui faire peur ? Difficile à dire, il gardait un ton neutre et son expression demeurait inchangée. Il était probablement juste en train d’énoncer un fait.

Très franchement, Dieter compatissait avec la personne qui s’était trouvé en face d’un Will suffisamment hors de lui pour lui mettre son poing dans la mâchoire. Il avait pu le voir une fois dans cet état alors qu’il voulait casser la figure de Juan le Crétin, mais à ce moment là, Dieter n’avait rien eu à redire à Will. L’ange n’aurait pas résolu le différend de cette manière, mais il s’était dit que si Will l’avait assommé, ça n’aurait pas été une si grande perte…

Enfin bon. Encore heureux que son récent opposant avait été un vampire, parce que si ça n’avait pas été le cas, ni Will ni son adversaire ne s’en seraient tirés à si bon compte. Il y aurait probablement eu un mort, et le grand blond se serait retrouvé sévèrement sanctionné – de quelle manière, Dieter n’en avait pas vraiment idée.

L’ange avait du mal à saisir pourquoi certaines personnes – dont Will faisait partie, à l’évidence – ne pouvaient s’empêcher de régler leurs disputes en se tapant les uns sur les autres. La violence était la dernière choses à laquelle il aurait eu recourt (en partie parce qu’il n’en était pas suffisamment capable, physiquement). Il était conscient que sa tactique d’évitement, pratiquée depuis sa tendre jeunesse, n’était pas la stratégie adoptée par tout le monde, et il convenait que parfois, c’était bien plus efficace de recourir aux menaces – à la manière de Jim, par exemple, dont la carrure en imposait immédiatement et qui résolvait souvent les disputes face à une population interlope en haussant simplement le ton ou avait juste à attraper son opposant au collet pour que ce dernier s’écrase – ou bien de mettre un bon coup dans la tronche pour imposer sa suprématie. Certes, ça devait fonctionner plutôt pas mal sur le court terme, mais le règne par la terreur, c’était pas une bonne solution sur la durée. Qui avait encore du respect pour le géniteur de Dieter, lorsqu’il qu’il était au fond de son lit, impotent, continuant d’éructer ses menaces et ses bêtises ?

Comme chaque fois qu’il pensait à son père, le visage de Dieter s’assombrit et il resserra son étreinte autour de ses genoux. Il soupira, se passant une main sur le visage et posant son menton sur ses genoux. Bon, Will n’était pas son père et il avait peut-être été en face d’un Juan Allalone bis. Dans ce cas, il n’avait pas besoin d’une excuse. En face d’une telle tête à claque, même Dieter avait des pulsions violentes.

« Ça repousse, vos dents ? » s’enquit-il avec curiosité en relevant la tête, se posant soudainement la question. Il ne se souvenait pas que Jim ou Thomas lui aient parlé de ce détail. Certes, ils guérissaient très vite, mais l’ange ne se souvenait plus si leur pouvoir leur permettait de faire carrément repousser les dents.

_________________
Pauvre Dieter.
Will
Vampire

avatar

Grade hiérarchique :
  • Soldat recrue

Points : 310
Messages : 63
MessageSujet: Re: Mille quatre-vingt-quinzième jour de Will à la CAT   Mar 11 Sep - 22:21

« Ça repousse, vos dents ? »

Will, les yeux toujours posés sur sa main, considéra silencieusement l’interrogation émise par Dieter pendant un moment. Il ne s’était jamais lui-même retrouvé dans une situation ou la réponse à cette question lui aurait été d’un quelconque intérêt. Laissant inconsciemment sa langue glisser sur ses dents (intactes comme au premier jour) alors qu’elles occupaient son esprit, il fit rapidement le constat qu’il ne pouvait pas davantage tirer d’informations à ce sujet des quelques rares rencontres qu’il avait pu avoir avec d’autres vampires avant son arrivée à la CAT. Il n’avait parlé à aucun d’eux, ni ne s’était retrouvé suffisamment près pour constater l’état de leur dentition.

En vérité, si l’ange ne l’avait pas formulée, Will n’aurait même jamais considéré l’option soulevée par Dieter. Les vampires guérissaient certes plus vite que des hommes, mais ils n’en étaient pas moins faits de chair et d’os. Il était difficile d’imaginer qu’ils puissent reconstruire des tissus qui auraient été excisés en entier. Les dents d’un vampire étaient si caractéristiques de cette race qu’il était peut-être difficile de croire qu’un vampire édenté puisse exister. Avaient-ils pour autant le pouvoir de remplacer une dent en cas de besoin ? Il était également possible que les vampires aux dents endommagées ne fassent simplement pas le poids face à la sélection naturelle, cause de leur rareté.

Il était un peu surprenant que l’ange n’ait pas réponse à sa propre question. Jusqu’ici, Dieter avait donné l’impression d’être grandement instruit quant aux rouages de la CAT et aux races qui la composaient. Ce genre de cas de figure, où un vampire se retrouve blessé à la mâchoire, était peut être trop peu commun pour être documenté.


« Je ne sais pas. », avoua finalement Will.

Il tressaillit en prenant soudainement conscience de bruits de pas à l’approche. Redressant brusquement la tête, il demeura accroupit, mais eu un mouvement de recule afin de s’assurer d’être à l’abris des regards, derrière le tronc du chêne. Ce faisant, il se rapprocha de Dieter, effleurant presque l’ange assis à la base des racines. Will ne lui accorda toutefois pas la moindre attention, ne le considérant pas comme une menace. L’avant de l’épaule appuyé contre l’écorce de l’arbre, la vigilance du vampire était toute allouée au groupe d’elfes qui s’approchait au trot. Eux non plus ne représentaient logiquement pas une menace et il n’était donc pas certain de ce qui le poussait à vouloir demeurer dissimulé, mais suivre son instinct avait toujours été la bonne option.

_________________
~
Dieter
Ange

avatar

Grade hiérarchique :
  • Caporal

Points : 450
Messages : 91
MessageSujet: Re: Mille quatre-vingt-quinzième jour de Will à la CAT   Mer 12 Sep - 18:27

Dieter observa Will qui, regardant ses mains, semblait réfléchir à l’interrogation qu’il avait formulé. L’ange avait l’impression que chaque fois qu’il posait une question que lui trouvait banale et sans importance, Will la considérait avec une grande concentration. C’était déconcertant, mais somme toute plutôt agréable. Comme si chaque mot qu'il prononçait était digne d'être écouté avec une grande attention.

Au bout d’un moment, le vampire lâcha :
« Je ne sais pas. »

« Ah. » fit Dieter en réponse, baissant les yeux vers la terre et posant son menton sur ses genoux. À l’occasion, il faudrait qu’il demande à un autre résident du cinquième sous-sol. Peut-être qu’Augustine saurait… Ou Itzhak. D’après ce que Dieter avait retenu de ses rares évocations de sa vie avant la CAT, il avait pas mal vécu, beaucoup bourlingué, et avait mené une vie plutôt… mouvementée ? violente ? Enfin, il était fort possible qu’il ait fait sauter une dent à un de ses congénères vampires, un jour. Même si aujourd’hui, il paraissait très civilisé.

Tout à coup, il sentit Will se tendre et se mouvoir vers lui brusquement. Une infime fraction de seconde, il crut que le vampire voulait lui sauter dessus, mais en fait, non, il lui tournait carrément le dos en se rapprochant du tronc, comme s’il voulait se cacher derrière. Instinctivement, Dieter réagit d’une façon similaire, bloquant sa respiration et se collant un peu plus le dos à l'arbre, posant les mains à terre de manière à pouvoir se relever rapidement et faire face à la menace que Will avait détecté. Ce n'est qu'ensuite qu'il entendit les bruits d'un groupe qui se rapprochaient au pas de course.

Ah mais c’était juste ça qui avait troublé Will ? Dieter se détendit, s’accroupissant dos à lui, et attendit que la troupe d'élèves du cours de combat passe en trombe, leurs pieds elfiques alourdis par leurs grosses chaussures militaires. Il n’osa regarder les coureurs que lorsqu’ils eurent complètement dépassé l’arbre, tournant désormais le dos à l’ange et au vampire.

Après quelques secondes à les regarder s'éloigner, le petit ange tourna la tête vers le dos musclé de Will, toujours immobile et tendu.

« Tu n’aimes pas qu’on te voit », dit-il à voix plus basse qu’avant l'interruption de leur conversation. « T'as peur qu’ils viennent nous parler ? » demanda-t-il sans trace d'humour.

Est-ce que Will faisait son timide ? Ahem. L'expression ne convenait pas trop au grand buveur de sang.

_________________
Pauvre Dieter.
Will
Vampire

avatar

Grade hiérarchique :
  • Soldat recrue

Points : 310
Messages : 63
MessageSujet: Re: Mille quatre-vingt-quinzième jour de Will à la CAT   Jeu 13 Sep - 22:17

Que ce soit vis-à-vis d’une proie ou face à un prédateur, la discrétion était indispensable. Ce n’était donc pas sans raison que furtivité et prudence marquaient constamment la vie de Will, lui pour qui le monde ne se définissait plus que par cette dichotomie de prédation. Les elfes, comme n’importe quels individus, étaient soit une menace, soit un repas potentiel. Il n’avait pas encore décidé, mais dans un cas comme dans l’autre, le vampire se devait de rester hors du champ de leurs perceptions.

Will se crispa progressivement au fur et à mesure de l’approche des elfes vêtus de noir. Haletants et transpirants, ils passèrent tout près, leurs lourdes bottes brunes donnant à leur démarche quelque chose de très humain. Ils ne remarquèrent vraisemblablement pas l’ange et le vampire qui les observaient ou, s’ils le notèrent, n’eurent pas l’intérêt ou l’énergie nécessaire pour dévier de leur objectif, même juste d’un regard. Will les regarda silencieusement s’éloigner tout comme ils étaient venus. Six hommes et quatre femmes suffisamment coriaces pour braver une température ressentie dépassant les trente-cinq degrés. L’une d’elle avait tressé ses cheveux blonds, si longs qu’ils touchaient presque ses fesses, et Will fut un moment absorbé par le balancement de sa natte dorée dans son dos.


« Tu n’aimes pas qu’on te voit. », affirma Dieter. Toujours appuyé contre l’écorce du chêne et dos à l’ange, Will ne répondit rien et ne bougea pas non plus pour montrer qu’il avait entendu. Il s’agissait, à son avis, d’une constatation évidente qu’il était totalement inutile de formuler à voix haute. Toujours à son observation, il fronça les sourcils en voyant l’elfe le plus petit du groupe sourire à son collègue. L’entraînement ne l’avait donc pas complètement éreinté ?

« T'as peur qu’ils viennent nous parler ? », ajouta ensuite Dieter. Nonobstant la syntaxe, le ton employé, avec cette inflexion vers le haut à la fin, laissait penser qu’il s’agissait peut-être d’une question et non d’une affirmation.

Encore une fois, Will ne savait pas trop quoi répondre à ça, ni même s’il avait une réponse à donner. Ayant l’assurance que les elfes étaient désormais rendus bien trop loin pour soudainement revenir par surprise, il s’en détourna nonchalamment pour offrir de nouveau son attention à Dieter et ses remarques compliquées. Le vampire pu alors constater à quel point l’ange était proche. Trop proche. Stupéfait, Will se figea et retint son souffle (dont il n’avait de toute façon pas besoin). À quel moment Dieter s’était-il rapproché ?

Son instinct lui conseillait l’immobilisme, la sécurité du statu quo, l’absence du risque de causer une réaction violente chez Dieter, ou de se retrouver dans une position où il ne pourrait physiquement y réagir adéquatement. Néanmoins, dans le même temps, tout son être réclamait qu’il recule, qu’il recouvre la quiétude d’un espace personnel vaste et manoeuvrable. Tiraillé, Will subit la première option plus qu’il ne la choisit, ses muscles de toute façon trop tendus pour lui obéir. Pétrifié, il soutint le regard de Dieter sans rien dire.

_________________
~
Dieter
Ange

avatar

Grade hiérarchique :
  • Caporal

Points : 450
Messages : 91
MessageSujet: Re: Mille quatre-vingt-quinzième jour de Will à la CAT   Ven 14 Sep - 15:41

Will se retourna vers Dieter et planta ses yeux dans les siens. Dieter soutint quelques secondes son regard, puis se détourna, rendu mal à l’aise par l’attitude intense du vampire. C’était lui ou Will s’était crispé, là, tout à coup ? C’était un peu difficile à dire, puisque son allure coutumière était toujours tendue et en alerte. L’ange reposa le menton sur ses genoux et occupa une de ses mains en faisant rouler distraitement la tige d’une feuille de chêne, jetant des regards de biais à Will en attendant que ce dernier réponde à sa question – ce qui, il l’avait bien compris avec l’expérience, prenait toujours du temps – ou qu’il se remette à bouger, parce que son immobilité était un peu flippante. Il se prenait pour un arbre ?

Bon, par contre, la répartie de Will prenait encore plus de temps que d’habitude. Les pensées de Dieter, qui erraient au début de manière vague entre ses activités de la veille et le groupe d'elfe qui venait de passer et la discussion qu'il avait actuellement avec le vampire, se firent de plus en plus angoissées au fil des secondes, puis des minutes qui s’égrenaient. Au bout d’un moment, Dieter ne put s’empêcher de rouvrir la bouche pour rompre le pesant silence qui s’était installé entre eux, troublé seulement par quelques cris d’oiseaux un peu plus loin dans la forêt.

« Désolé, c’était peut-être pas une question à laquelle tu avais envie de répondre. » La feuille se déchira dans sa main rendue maladroite par la tension qui s’était accumulée, et il la jeta devant lui avant de resserrer ses deux bras autour de ses jambes. Juste après qu’il ait parlé, un pivert lança son cri d’alerte en s’envolant de l’arbre d’à côté, le faisant sursauter et relever brusquement la tête vers Will.

_________________
Pauvre Dieter.
Will
Vampire

avatar

Grade hiérarchique :
  • Soldat recrue

Points : 310
Messages : 63
MessageSujet: Re: Mille quatre-vingt-quinzième jour de Will à la CAT   Ven 14 Sep - 17:52

Les traits de Dieter n’avaient pas tout à fait la même définition que ceux d’un adulte et Will supposa qu’il devait être un peu plus jeune que lui quand il était mort. Ses cheveux fins, qu’il portait longs, contribuaient à le rajeunir. Ils lui donnaient également un air quelque peu féminin, ce qui était peut-être l’effet recherché, puisque Dieter n’aimait pas que les femmes. De cette observation à distance rapprochée, l’attention de Will était cependant majoritairement accordée aux prunelles gris foncé de l’ange, desquelles il espérait peut-être tirer un indice sur les intentions de l’autre garçon. Il n’y trouva toutefois rien d’aidant avant que, seulement quelques secondes plus tard, les iris ardoises ne se détournent de lui.

Une partie de la tension dans les épaules de Will s’effaça en même temps que le regard de Dieter sur lui. Dans une posture rappelant celle d’un enfant qui boude, l’ange ne dit plus rien et s’intéressa vraisemblablement au paysage devant lui, laissant le vampire gérer ses propres angoisses.

Reprenant peu à peu le contrôle de son corps, Will osa finalement lentement reculer un pied, faisant crisser de petits cailloux sous sa botte, pour tenter de remettre une distance plus raisonnable entre Dieter lui. Il n’y était toujours pas, n’ayant même pas encore changé son poids de jambe, lorsque Dieter repris finalement la parole :


« Désolé, c’était peut-être pas une question à laquelle tu avais envie de répondre. »

Le ton était calme et discret, évitant au vampire de sursauter. Malgré cela, noyé dans le tumulte de son inconfort, son esprit ne parvint pas à donner grande cohésion aux paroles prononcées et il se demanda vaguement à quelle question précédente Dieter faisait référence, tout en notant qu’il s’agissait, encore cette fois, d’une affirmation et qu’aucune répartie n’était donc requise de sa part.

La seconde suivante, un cri fort, aigüe et saccadé se fit brièvement entendre, et une vague de panique traversa Will. En un instant, il grogna et tourna sur ses pieds en direction du son, propulsant violemment une main derrière lui pour s’aider dans son mouvement en prenant appui sur le tronc du chêne. Il s’avéra qu’au lieu de bois, ce fut dans l’épaule de Dieter que ses ongles virent brutalement s’enfoncer.

Surpris, le vampire retira aussitôt sa main, comme s’il s’était brûlé, et tourna la tête en direction de Dieter. Il se mis immédiatement debout et recula de trois pas, les mains levées devant lui dans une posture défensive. Entre l’étrange cri, potentiellement attribuable à un oiseau (c’était l’hypothèse qui semblait la plus logique), et l’ange qu’il venait de blesser, Will ne savait plus où donner de la tête.

_________________
~
Dieter
Ange

avatar

Grade hiérarchique :
  • Caporal

Points : 450
Messages : 91
MessageSujet: Re: Mille quatre-vingt-quinzième jour de Will à la CAT   Sam 15 Sep - 10:22

Alors qu’il levait la tête en direction du pivert, son épaule droite se retrouva soudainement broyée par la main de Will. Dieter se leva d’un bond et sauta en arrière, se mettant immédiatement en garde. Ses ailes jaillirent instinctivement et se déployèrent, à moitié pour protéger son côté droit, à moitié par réflexe pour paraître plus intimidant.

Immobile, il détailla le vampire qui lui faisait face pendant quelques instants, lui aussi dans une position de défense.

« T’as pas fait exprès ? » demanda Dieter d’une voix un peu essoufflée et soupçonneuse, baissant progressivement sa garde et laissant retomber son bras droit.  Au vu de son attitude, non. Il avait semblé surpris de trouver Dieter sous sa main, et l’avait lâché immédiatement. « Hmm. Moi aussi il m’a surpris, cet oiseau. » Levant une main en signe d’apaisement, il reprit, d’une voix qui se voulait désinvolte mais n’aurait trompé personne : « T’en fait pas, ça va aller. » Oui, bon, si ça se trouve le buveur de sang s’en fichait carrément, que ça aille. Et puis c’était un peu une bravade, et c’était fort probable que ça s’entendait.

L’ange recula de deux pas, de manière à laisser un espace suffisant entre eux pour réagir s’il prenait l’envie à Will de réitérer son geste, avant de carrément s’accroupir en faisant bruisser les feuilles mortes au sol avec ses rémiges, tout en gardant le vampire dans son champ de vision. La proximité physique qu’il avait pu conserver pour la première fois avec Will n’était soudainement plus de mise. Si le vampire avait réussi à gagner petit à petit sa confiance jusque-là, cet incident venait de prouver qu’il ne la méritait peut-être pas. Enfin, c’était certainement un accident, mais bon.

« Scheiße », jura-t-il à voix basse, relevant la manche courte de son t-shirt pour voir les marques qu’avaient laissé les doigts de Will. A priori, il avait rien de cassé. C'était déjà ça. Mais le vampire avait dû serrer tellement fort qu'il avait froissé un muscle. « Ça fait super mal. » Ça lui était rarement arrivé qu’un vampire le blesse (par accident ou intentionnellement). Une fois, il s’était retrouvé projeté contre un mur par Jim qui avait trop bu – le jour où il avait découvert sa véritable nature – et il avait pu mesurer à quel point c’était inutile de s’opposer frontalement à un vampire. Même s’il avait été grand et baraqué, n’importe quel vampire aurait probablement pu le porter d’un bras… En tout cas, ça prouvait bien qu'il avait encore besoin d'entraînement. Il n'était pas assez réactif. Enfin, cette blessure venait de quelqu'un qu'il considérait comme un camarade, alors c'était un peu plus normal de ne pas avoir de réflexes face à celui-ci, à sa décharge.

« Ça fait mal, quand même », répéta-t-il en frictionnant sa peau nue, alors que son épaule était envahie par les picotements qui montraient que son énergie angélique était déjà à l’œuvre pour guérir la zone. « Enfin ça n’a pas l’air d’un truc qui prendra trop de temps à guérir… » marmonna-t-il pour lui-même, frissonnant en repensant à la fois où il avait dû attendre que son œil guérisse, alors même qu’il avait l’impression d’avoir de nouveau tout perdu dans sa vie. 2013… ça faisait déjà cinq ans, mine de rien.

_________________
Pauvre Dieter.
Will
Vampire

avatar

Grade hiérarchique :
  • Soldat recrue

Points : 310
Messages : 63
MessageSujet: Re: Mille quatre-vingt-quinzième jour de Will à la CAT   Dim 16 Sep - 1:15

En un instant, Dieter lui fit face. Ses ailes se déployèrent et, avec elles, une impression de majesté entoura le jeune ange. La première remarque qu’il formula fut une hypothèse pouvant expliquer le geste de Will. Ainsi donc, dans tout l’univers des possibles, Dieter envisageait vraiment le hasard comme cause la plus probable de sa blessure ? Étonné par cette crédulité, Will s’interrogea sincèrement sur ce qu’il avait pu dire ou faire qui aurait donné, malgré lui, l’impression qu’il était digne confiance. L’ange était peut-être niais, trop gentil. Comment pouvait-il faire partie d’une force militaire ? S’excusait-il chaque fois qu’il faisait feu en direction des lignes ennemies, peiné par l’infortune qui les amenait à s’affronter ? Ce n’était pas tellement surprenant qu’il n’ait pas survécu à la Grande guerre, dans ce cas.

« T’en fait pas, ça va aller. »

La douleur était perceptible dans la voix de l’ange, mais laissa le vampire indifférent. Tout juste se demanda-t-il, curieux, si Dieter aurait à quérir l’aide d’une fée...

Dieter recula, puis s’accroupit. Will l’imita et ses doigts virent lâchement effleurer les brins d’herbes devant lui, desséchés par le manque de pluie, tandis qu’il se détendait, abandonnant l’attitude défensive qu’il avait affichée. Dieter n’était pas une menace. Le cri avait été celui d’un oiseau.

Will était encore suffisamment près pour avoir un aperçu de l’état de l’épaule de Dieter, lorsque ce dernier y jeta un oeil. Le vampire ne fut cependant pas en mesure d’évaluer les dégâts, n’y connaissant pas grand chose en médecine et encore moins en médecine angélique. Le diagnostic de Dieter se limita à un « Ça fait super mal. », presque immédiatement remplacé par un « Ça fait mal, quand même ». Entre un ‘‘super’’ et un ‘‘quand même’’, il y avait une grande différence, de l’avis de Will, mais il ne commenta pas. Ce que l’ange marmonna ensuite était à voix trop basse pour qu’il n’entende.

Il s’écoula un moment de silence que Will passa à observer l’automassage de Dieter sur son épaule violacée. Pris d’une impulsion, il demanda soudainement :


« Et si j’ai fait exprès ? »

Son ton était neutre, pas un aveu, mais pas non plus une proposition totalement fantaisiste. Will voyait beaucoup plus de raisons pour blesser volontairement l’ange que pour expliquer une blessure accidentelle. Qu’arriverait-il le jour où il blesserait volontairement un Catien non-vampire ? Serait-il aussi facilement pardonné ?

_________________
~
Dieter
Ange

avatar

Grade hiérarchique :
  • Caporal

Points : 450
Messages : 91
MessageSujet: Re: Mille quatre-vingt-quinzième jour de Will à la CAT   Dim 16 Sep - 12:33

Les doigts de Will avaient laissé des marques blanches qui avaient déjà eu le temps de rougir. C’était douloureux, surtout quand Dieter levait le bras… Pfff. Comme s’il avait besoin de ça. Il continua de frotter la zone avant que le vampire ne prenne la parole :

« Et si j’ai fait exprès ? »

Dieter interrompit son geste et darda sur Will un regard soupçonneux. Le vampire ne semblait plus agressif du tout, accroupi comme lui à quelques mètres. Rien n’indiquait qu’il avait envie de voir s’il pouvait encore faire mal à l’ange. Il se releva, la main gauche toujours posée sur son épaule droite.

« …Pourquoi tu demandes ça ? C’est vrai ? » La scène repassa dans l’esprit de Dieter, mais rien ne semblait montrer que le vampire avait voulu lui faire mal. L’épaule de l’ange s’était trouvée devant le tronc de l’arbre, et c’était probablement contre celui-ci que Will avait voulu s’appuyer. Mais qu’est-ce qu’il avait à la fin ? Pourquoi il disait des trucs comme ça ?

« Sérieusement, tu cherches à te faire détester ou quoi ? Je ne te comprends pas », reprit Dieter avec une certaine véhémence, croisant les bras – ce qui lui arracha une légère grimace – en penchant la tête. Ses ailes s’agitèrent dans son dos. « C’est bon, j’ai bien vu que t’as pas fait exprès », continua-t-il, énervé. « Ou tu veux juste savoir ce qui se passerait si tu arrachais le bras de quelqu’un ? » Il avait qu’à pas le faire.

Le petit ange laissa échapper un gros soupir en se passant la main sur les yeux, laissant tomber son bras droit sur le côté. Il s’accroupit de nouveau et reprit d’un ton un peu plus calme, relevant la tête vers Will en fronçant les sourcils :
« Tu fais exprès de dire des choses pareilles pour empêcher les autres d’avoir confiance en toi ou quoi ? Je comprends pas. »

_________________
Pauvre Dieter.
Will
Vampire

avatar

Grade hiérarchique :
  • Soldat recrue

Points : 310
Messages : 63
MessageSujet: Re: Mille quatre-vingt-quinzième jour de Will à la CAT   Dim 16 Sep - 17:24

Par le passé, Will avait rarement blessé quelqu’un par accident, tout simplement parce qu’il ne s’était que très peu fréquemment retrouvé dans une situation où ce genre de risque existait. Au cours des 70 années suivant sa transformation, mais précédant sa capture par la CAT, les individus qu’il avait pu croiser n’avaient tous été que des proies potentielles qu’il avait tuées ou choisi de ne pas approcher. Il n’y avait que quelques exceptions, au tout début de sa nouvelle vie, où, n’ayant pas compris le mal qui l’affligeait, il avait eu le réflexe de chercher refuge dans un campement allié. Sans savoir ce qu’il était devenu, sans connaissance de la nouvelle force qui l’habitait, les choses avaient évidemment mal tournées. Néanmoins, depuis cette époque, toutes les blessures qu’il avait infligées avaient été volontaires. Y compris celles contre d’autres Catiens. Sauf celle contre Dieter.

L’ange se redressa, mais Will demeura accroupi, aucunement inquiété de ce que Dieter allait bien pouvoir dire ou faire.


« Sérieusement, tu cherches à te faire détester ou quoi ? Je ne te comprends pas. »

Will naviguait lui aussi dans l’ignorance, ne comprenant pas pourquoi l’ange paraissait soudainement s’emporter, ni le raisonnement derrière l’hypothèse soulevée. Le vampire ne cherchait pas plus à se faire détester qu’il ne cherchait à se faire apprécier. Il estimait mériter d’être craint – il était un tueur après tout – mais n’avait jamais considéré avoir besoin de faire un effort pour générer cette aversion. L’inimitié d’autrui lui était naturellement acquise, d’ordinaire. Par ailleurs, ce fait n’aurait pas dû déranger Dieter. Les deux garçons n’étaient pas amis.

« Tu fais exprès de dire des choses pareilles pour empêcher les autres d’avoir confiance en toi ou quoi ? Je comprends pas. », interrogea éventuellement Dieter, sa colère disparue dans un soupir.

Sans répondre immédiatement, Will fronça les sourcils. Il ne voyait pas en quoi sa question était choquante, ni pourquoi elle était censée ébranler l’hypothétique et déraisonnable confiance que l’ange lui portait, ni comment elle pouvait causer quelque heurt psychologique que ce soit, justifiant l’emportement passager de Dieter. Les relations interpersonnelles étaient définitivement bien trop compliquées. L’idée, alléchante, de simplement se lever et partir lui traversa l’esprit. Serait-il libéré ou Dieter le poursuivrait-il pour l’obliger à répondre ? Mais comment était-il supposé trouver une réponse à une question qu’il ne comprenait pas ?

Laissant son poids basculer légèrement vers l’arrière, le vampire se retrouva assis dans l’herbe, un genou relevé pour pouvoir y appuyer son coude. Choisissant de rester sans trop savoir pourquoi, il se passa une main dans les cheveux, ferma les yeux pendant une seconde pour apprécier le passage de ses ongles sur son cuir chevelu, puis darda un regard scrutateur sur Dieter. Il avait du mal à rester concentré avec la chaleur ambiante, étouffante. Le fait qu’il portait des vêtements longs n’aidait probablement pas.

Il fit un effort pour recentrer ses pensées sur ce que Dieter venait de dire, se focalisant sur la seule idée de confiance, le reste de la phrase étant trop abscons. Peut-être pouvait-il faire remarquer à Dieter qu’il était le seul à lui faire confiance. Grand Dieu, il ne se faisait même pas lui-même confiance pour demeurer docile au sein de la CAT ! Il avait souvent l’impression d’être une bombe à retardement, prêt à exploser dû à la pression d’autant de gens autour de lui... Peut-être devait-il mentionner que la confiance devait être gagnée. À quel moment l’ange avait-il sérieusement mis à l’épreuve la probité du vampire, pour déclarer qu’il en avait une ? Certes leurs échanges s’étaient, jusqu’à maintenant, toujours bien terminés, mais ce n’était pas en soi une preuve de la bonne foi de Will. Il n’avait pas systématiquement tué tous les gens qu’il avait croisé dans sa vie parce qu’il avait mieux à faire, mais il n’aurait pas éprouvé de remords s’il l’avait fait.


« Moi j’ai pas confiance en toi. », avoua finalement le vampire, flegmatique. S’il avait dû mettre sa vie entre les mains de Dieter, il aurait refusé sans hésiter.

« Tu n’es pas très méfiant. » C’était le genre de remarque inutile que Will ne se donnait généralement pas la peine de formuler. À quoi bon énoncer des évidences ? Mais il émis quand même celle-ci, en soutien à sa phrase précédente. Il ne cherchait pas à repousser Dieter ; il ne comprenait juste pas pourquoi ce n’était pas déjà fait.

_________________
~
Dieter
Ange

avatar

Grade hiérarchique :
  • Caporal

Points : 450
Messages : 91
MessageSujet: Re: Mille quatre-vingt-quinzième jour de Will à la CAT   Lun 17 Sep - 14:50

« Moi j’ai pas confiance en toi », asséna finalement Will de son ton éternellement neutre. Dieter leva la tête pour le regarder, estomaqué. Qu'est ce qu'il avait fait pour mériter la défiance du vampire ? Il aurait pu chercher des heures, il n’aurait certainement rien trouvé. « Tu n’es pas très méfiant. » ajouta-t-il ce dernier.

Dieter rumina ses pensées quelques instants, massant son épaule endolorie.

« Au moins ça a le mérite d'être clair », dit-il finalement d'un ton acerbe, blessé. Il remarqua toutefois que le vampire s'était assis pour la première fois de façon complètement décontractée. Il n'était pas cohérent entre ce qu'il disait et ce qu'il faisait... Aujourd'hui, Will était à s'arracher les cheveux.

« Enfin, je ne pense pas pouvoir encore te faire confiance non plus », lança-t-il avec un regard noir. « Ne t'en fais pas, je suis suffisamment méfiant pour voir que tu es capable de m'arracher un bras si je – ou tu – ne fais pas attention. » C'était un peu méchant de sa part, alors qu'il venait de dire au vampire qu'il avait bien vu qu'il n'avait pas fait exprès, que ça allait etc. Et puis, ce n'était pas tout à fait vrai, puisque justement, il ne l'avait pas du tout prévu et n’avait pas pu réagir pour empêcher le vampire de lui bousiller l’épaule. Son énervement lui ôtait un peu de sa cohérence.

Sérieusement, c'était la première fois que quelqu'un lui disait qu'il n'était pas très méfiant. D'ordinaire, il avait plutôt droit à des remarques sur le thème de "décoince toi, je vais pas te manger". Enfin, maintenant qu'il y pensait un peu plus, ça ne lui était plus trop arrivé à la CAT. Évidement, puisqu'il n'était plus ni sur un champ de bataille, ni traqué, ni seul ange perdu au milieu d'humains. Il s'était un peu fait à la sérénité de la base. De là à dire qu'il n'était pas assez méfiant...

« En tout cas, c'est promis, je ne vais pas te manger, moi », dit-il avec un sourire crispé des lèvres. Dieter ne comprenait pas en quoi Will pouvait croire qu'il pourrait lui faire du mal. Ça le dépassait, et ça le heurtait, même.  « Tu peux me faire confiance là dessus, toi. »

Il se releva d'un air digne pour aller récupérer son livre resté en plan au pied de l’arbre.

_________________
Pauvre Dieter.
Will
Vampire

avatar

Grade hiérarchique :
  • Soldat recrue

Points : 310
Messages : 63
MessageSujet: Re: Mille quatre-vingt-quinzième jour de Will à la CAT   Mer 26 Sep - 23:07

L’air était lourd et collant, chargé d’une humidité étouffante. Pourquoi ne pleuvait-il toujours pas ? Will observa distraitement le plafond du cloître extérieur en s’interrogeant sur le bien fondé du choix d’un tel climat par les dirigeants de la CAT. Cela lui rappelait l’Asie du sud en été, quand la pluie refusait de tomber et que les montagnes empêchaient toute brise de souffler. Peut-être la CAT souffrait-elle d’une pénurie d’eau... Comme tous les morts, le vampire ne transpirait pas et parvenait à s’accommoder de cette chaleur, du moment que la lumière demeurait ténue. Il n’était néanmoins pas dupe quant à l’effet insidieux qu’une telle atmosphère pouvait avoir sur les vivants et ressentait tout de même une certaine torpeur le gagner. Si Dieter n’avait pas été là, Will aurait probablement opté pour s’enfoncer dans la forêt, trouver un coin tranquille et dormir.

Il fut tiré de ses réflexions abstraites par Dieter, qui répliqua finalement quelque chose :


« Au moins ça a le mérite d'être clair »

... Évidemment ? Il avait formulé des phrases simples et, de toute façon, l’ange parlait un allemand excellent. Dieter semblait agité, ce qui laissa Will perplexe. Devait-il décoder un sens caché derrière sa remarque ?

« Ne t'en fais pas, je suis suffisamment méfiant pour voir que tu es capable de m'arracher un bras si je – ou tu – ne fais pas attention. »

Méfiant ? Il s’agissait plutôt de bon sens. Même le vampire le plus probe, crédible et déférent du monde aurait été en mesure d’arracher un bras à l’ange. Confiance ou méfiance ne conférait aucune forme de protection en la matière et, par ailleurs, ce n’était certainement pas quelque chose qui inquiétait le vampire (qui avait le beau rôle dans l’histoire). Les paroles de l’ange faisaient décidément de moins en moins de sens. Il culmina d’ailleurs dans l’incompréhensibilité en ajoutant :

« En tout cas, c'est promis, je ne vais pas te manger, moi. Tu peux me faire confiance là dessus, toi. »

Pourquoi diable Dieter aurait-il voulu le manger ? Pourquoi quiconque aurait-il voulu manger un vampire ? Will était à peu près certain que son corps à moitié mort n’offrirait aucune viande très palatable. De même, il n’aurait pas touché aux chairs de l’ange, outre pour les faire saigner. Il n’était pas une goule.

Perdu par le discours de l’autre Allemand, Will posa sur lui un regard scrutateur, tentant d’analyser ce que les mots ne traduisaient pas. Il n’avait aucun talent pour la chose, mais ce ne pouvait raisonnablement pas être moins inintelligible que ce qui sortait de la bouche de l’ange, ce qui le porta à tout de même essayer.

Dieter souriait. Était-ce une blague ? Par contre, sa démarche, lorsqu’il alla pour récupérer son livre par terre, avait quelque chose qui manquait de décontraction. Elle était... mesurée ? calculée ? L’attitude actuelle de l’ange lui rappelait un peu celle qu’il avait eu devant Juan. Son dos droit, son menton relevé. Il n’avait pas gonflé ses ailes, ne cherchait donc probablement pas à être intimidant, mais il était moins... affable ? Devait-il détecter un regain de méfiance, qui le portait à être plus réfléchi dans ses gestes ? Ou bien s’agissait-il d’autre chose ? De l’irritation ? De la honte ? Toutes ses émotions se ressemblaient tellement aux yeux du vampire...


« Tu es... contrarié ? », tenta finalement Will, optant pour un qualificatif assez vague.

Il n’avait pas bougé, toujours assis dans l’herbe à environ trois mètres de l’ange et, comme à l’habitude, son ton ne laissait pas transparaitre ce qu’il pensait de l’idée d’avoir probablement contrarié son interlocuteur. Il avait cependant légèrement incliné la tête sur le côté et froncé les sourcils, étudiant Dieter avec attention, traduisant tout du moins un intérêt à confirmer la justesse de son analyse.

_________________
~
Dieter
Ange

avatar

Grade hiérarchique :
  • Caporal

Points : 450
Messages : 91
MessageSujet: Re: Mille quatre-vingt-quinzième jour de Will à la CAT   Dim 30 Sep - 18:48

Dieter, courroucé, se pencha avec raideur pour ramasser son livre. Son épaule le lança violemment lorsqu’il se baissa, mais seule une grimace exprima sa douleur alors qu’il tournait le dos à Will. Il entreprit de lisser entre ses doigts les pages qui s’étaient un peu abimées précédemment, tout en pliant et dépliant les doigts de son autre bras.

« Tu es… contrarié ? » demanda Will. L’ange se retourna vers lui, surpris par ses paroles. Le vampire était assis, la tête inclinée comme un animal qui essaye de comprendre quelque chose de compliqué. Ce n’était pas la première fois qu’il prenait cette attitude, et à nouveau, cela fit revenir à lui des souvenirs du berger allemand de ses voisins, quand il était petit. Aucun autre point commun entre eux, encore une fois. Le chien était une adorable boule de poil qui n’aurait pas croqué une poule malgré ses grandes dents ; Will était… Will.

Dieter soupira en se massant les yeux du pouce et de l’index avant de se laisser choir sur son postérieur pour s’asseoir en face de son camarade allemand, cachant à moitié son visage derrière son bras gauche et posant sur lui ses yeux gris foncé. Sa colère s’estompait. Comment rester en colère face à quelqu’un qui pose ce genre de question avec sincérité ?

« Oui », répondit Dieter. Enfin, dans l’instant, ce n’était plus vrai, et sa voix était redevenue calme, presque timide. Will semblait n’avoir aucune maturité émotionnelle, et ça servait à rien qu’il s’énerve, le vampire ne comprenait pas pourquoi. L’ange resta silencieux quelques instants, faisant jouer les muscles de ses ailes dont les plumes balayaient le sol sur quelques centimètres avec un bruissement régulier de feuilles mortes et d’herbes sèches.

« Si tu dis à quelqu’un qu’il n’est pas digne de confiance, évidemment qu’il va se sentir blessé », expliqua Dieter, les joues rouges, évitant le regard de son camarade allemand en se cachant toujours à moitié derrière son bras. Uh. C’était comme d’avoir une conversation avec une de ses petites sœurs qui ne comprenait rien aux émotions des autres et qui venait de dire un truc méchant à sa jumelle, laquelle serai – une fois de plus – venue chouiner dans les pattes de grand-frère Dieter. Et paf, il aurait encore été obligé de faire le médiateur et de consoler l’une et d’expliquer à l’autre que c’était paaas bien de dire des méchancetés comme ça et blablabla… Sauf que là, Dieter était un grand garçon et n’aurait pas dû réagir comme une mioche en s’énervant pour rien. Et Will était un grand garçon et n’aurait pas dû parler comme ça, mais apparemment il n’avait pas acquis certaines compétences sociales.

« Enfin, c’est pas grave, je vais pas t’en vouloir », reprit le petit allemand, sa main gauche pressant machinalement la zone douloureuse de son épaule droite. « Je suppose que tu as le droit de garder tes distances avec tout le monde… » Même si ça rendait Dieter triste de savoir que quelqu’un de la CAT pensait qu’il puisse lui faire du mal. Et qu’il ne comprenait vraiment pas comment quelqu’un pouvait supporter de vivre comme ça, en se méfiant de tous. « Tu ne parles jamais avec les autres vampires ? Itzhak m’avait dit un truc de ce genre, une fois… » Le vampire avait abordé une ou deux fois le sujet, il y avait longtemps de ça. Il lui avait dit avoir été super surpris de voir Will et Dieter discuter, et surtout de discuter calmement. Apparemment que les rares interactions du vampire allemand avec ses congénères étaient explosives, comme le rappelaient son œil ce jour-là. D'ailleurs, Dieter avait assisté à une de ses interactions, justement, et vu ce que ça pouvait donner.

_________________
Pauvre Dieter.
Will
Vampire

avatar

Grade hiérarchique :
  • Soldat recrue

Points : 310
Messages : 63
MessageSujet: Re: Mille quatre-vingt-quinzième jour de Will à la CAT   Lun 1 Oct - 23:46

Après qu’il eut récupéré son livre et suivant la question de Will, la tension dans les épaules de Dieter se relâcha visiblement, peut-être parce qu’il se sentait soudainement lui aussi fatigué par l’atmosphère étouffante du cloître extérieur. Il se frotta les yeux, comme pour rester éveillé, avant de se rasseoir (à une distance du vampire tout de même beaucoup plus marquée qu’au début de leur rencontre). Il ressemblait désormais beaucoup plus au Dieter calme auquel Will était habitué. Le vampire en fut légèrement apaisé ; non pas qu’il s’inquiétait de la santé émotionnelle de l’ange, mais plutôt parce que ce qui était familier était de facto rassurant.

L’ange confirma l’hypothèse du vampire. Ne sachant cependant que faire de cette information, Will demeura silencieux, observant le mouvement des rémiges de Dieter qui effleuraient le sol. Il aurait pu s’enorgueillir de la justesse de sa déduction, mais n’en retirait, au final, pas moins de confusion. Il n’y avait donc là aucune victoire. Will envisagea éventuellement de demander à Dieter pourquoi il éprouvait de la contrariété, mais l’explication lui fut fournie avant qu’il n’ait besoin de la réclamer.


« Si tu dis à quelqu’un qu’il n’est pas digne de confiance, évidemment qu’il va se sentir blessé. »

Will ne voyait pas ce que cela avait d’évident, contrairement à ce que son interlocuteur prétendait. De son point de vue, c’était, au contraire, relativement illogique. Bien sûr, l’illogisme était pratiquement toujours de mise lorsqu’il était question d’émotions... Dans le cas présent, il était absurde d’être blessé par les dires d’une personne dont on n’estime pas l’opinion (et, assurément, Dieter ne pouvait pas accorder de valeur aux jugements inhabiles de Will, pour qui il ne pouvait raisonnablement pas avoir développer une quelconque forme d’attachement). Cela était d’autant plus incohérent si cette opinion était sans conséquence, contrairement à celle d’un supérieur hiérarchique, par exemple (et Will n’avait définitivement aucune chance d’impacter la vie de Dieter par la seule impression qu’il se faisait de l’ange). En outre, Dieter jouait un peu dans l’interprétation, car Will n’avait pas décrété que l’ange n’était pas susceptible de mériter sa confiance, juste qu’il ne l’avait pas (encore ?) obtenue. Comment aurait-il pu, alors qu’aucune occasion ne s’était présentée pour le mettre à l’épreuve ? Cela n’avait rien de blessant. C’était factuel, tout simplement.

Pour le vampire, toute cette analyse était complexe à mettre en mots. Il fut cependant tiré de cet exercice mental par Dieter, qui, le regard fuyant et visiblement incommodé par son épaule meurtrie, repris la parole :


« Enfin, c’est pas grave, je vais pas t’en vouloir. Je suppose que tu as le droit de garder tes distances avec tout le monde… »

C’était la troisième fois en moins de cinq minutes que Dieter faisait savoir à Will qu’il n’avait pas à s’en faire ou, comme là, que ce n’était ‘pas grave’ et Will en vint à se demander, encore une fois, pourquoi Dieter accordait, étrangement, autant d’importance à ce que le vampire pouvait ressentir (en plus d’être heurté par ce qu’il pouvait dire). Sans parler du fait que c’était inutile (car Will ne concevait pas d’inquiétude pour autrui), il ne se souvenait pas que qui que ce soit d’autre ait un jour eu ce genre d’attitude complaisante avec lui. Sauf sa mère. Dieter cherchait-il à le materner ? Dans quel but ? Car les gens n’étaient aimables les uns avec les autres que parce que cela leur était profitable... Si Dieter voulait quelque chose, il pouvait simplement le demander, plutôt que de faire croire que la psyché brisée de Will avait de la valeur.

« Tu ne parles jamais avec les autres vampires ? Itzhak m’avait dit un truc de ce genre, une fois… »

Itzhak... Un rictus de colère déforma les traits de Will l’instant d’une seconde et sa main droite, posée à côté de lui, se referma brusquement sur les brins d’herbe desséchés situés dessous. Les relâchant, il se releva, agité, ses ongles raclant la terre aride au passage. Il tourna le dos à Dieter, balayant le parc du regard sans le voir, puis fit de nouveau face à l’ange, sans toutefois approcher. Il serra les dents, le regard dur, mais s’efforça de garder ses mains détendues, de chaque côté de lui.

La dernière (et seule) fois où il avait ‘‘discuté’’ avec Itzhak (alors qu’il ne savait d’ailleurs pas comment il s’appelait), l’autre vampire n’avait fait que le patroniser, condescendant et doucereux. Et maintenant, il discutait de son cas avec Dieter ? En quoi était-ce plus acceptable que l’attitude arrogante de Juan, que Dieter ne supportait pourtant pas ? Will détestait l’autre vampire et aurait bien aimé ne même jamais connaître son nom. Sauf qu’il l’avait entendu, une fois, et il ne pouvait donc plus l’ignorer. ‘‘Itzhak’’ était un nom et un visage gravé dans sa mémoire pour toujours, à son grand désespoir.


« Ton... Ah. » Il avait du mal à trouver les mots. C’était toujours le cas, mais ça s’avérait encore plus difficile alors que la colère le gagnait. « Ton Juif. Il espionne ? Pour toi ? »

Son ton était tranchant, à la fois une question et une accusation. Il pouvait vivre avec l’idée que Dieter s’intéresse à lui. Cependant, il abhorrait l’idée d’être un objet de distraction pour un Juif, et tout particulièrement CE Juif.

_________________
~
Dieter
Ange

avatar

Grade hiérarchique :
  • Caporal

Points : 450
Messages : 91
MessageSujet: Re: Mille quatre-vingt-quinzième jour de Will à la CAT   Mer 3 Oct - 18:20

Dieter ne pensait pas que ses mots pourraient provoquer une telle réaction chez Will, dont les traits se déformèrent un instant. Le vampire se mit debout et Dieter se redressa, près à faire pareil pour se mettre en garde, mais Will lui tournait le dos et ne semblait pas vouloir l'agresser subitement pour une raison obscure. Malgré tout, l'ange s'accroupit de manière à avoir plus de liberté de mouvement, inquiété par le brusque changement d'humeur du vampire. Pas la peine de risquer de se faire broyer sa deuxième épaule.

Ce dernier se retourna vers lui, et pour une fois son visage était un peu expressif, dévoilant sa tension et sa... colère? Euh, franchement, qu'est ce que Dieter avait encore pu dire de mal... L'ange regarda le vampire avec incompréhension, intimidé par son attitude ombrageuse.

« Ton... Ah. Ton Juif. Il espionne ? Pour toi ? »

Dieter ouvrit des yeux ronds comme des soucoupes, stupéfait, avant de se relever lentement  en fronçant les sourcils. Ses ailes se gonflèrent dans son dos et il serra les poings. Il avait bien entendu ? Les mots et le ton accusateur ?

« N'importe quoi », dit Dieter d'une voix basse et glacée, serrant et desserrant les mains. Peu importait qu'il ait en face de lui quelqu'un qui pouvait lui broyer une épaule comme on écrase une canette vide. Il y avait des choses que Dieter ne pouvait pas supporter.

« Premièrement, c'est pas mon juif », reprit-il d'un ton accusateur, rendu plus aigu, rapide et enfantin sous l’effet de son indignation, pointant un doigt vers le vampire. Ses ailes, étendues largement comme deux voiles dans son dos, étaient agitées par la colère. « Deuxièmement, à part son nom, je vois même pas ce qu'il a de juif. Troisièmement, ça fait quoi qu'il le soit ? C'est quoi ton problème ? Il est né, et ça te suffit pour décider que tu l'aimes pas ? Quatrièmement, on a pas le droit de discuter de toi ou de te regarder ? Mais toi, espionner les autres dans ton coin, c'est pas grave? Figure-toi que c'est arrivé une ou deux fois qu'on te mentionne dans une conversation mais non, ne t'en fais pas, on ne fait pas que parler de toi. Nan mais c'est quoi ton problème ? »

Dieter laissa retomber ses poings serrés le long de son corps et reprit son souffle après sa longue tirade, braquant ses yeux sur le visage de Will. La figure de l'ange, les mâchoires contractées, exprimait une intense concentration mêlée à la fois de colère et de crainte.

Itzhak n'était pas un ami aussi proche de lui que l'avait été Jim, mais de toute façon personne ne le serait jamais plus. C'était malgré tout une personne qu'il appréciait beaucoup. Et si Dieter n'était pas un modèle de courage, il avait suffisamment de loyauté pour ne pas supporter que l'on s'attaque de manière aussi injuste à quelqu'un qu'il respectait. Il avait conscience que c'était suicidaire de s'attaquer de manière frontale à un vampire, mais de toute façon il n'avait aucune intention de se jeter sur lui. Il était en revanche prêt à se défendre contre Will si ce dernier décidait de l'agresser – même si c'était probablement aussi suicidaire – et son corps était prêt à réagir, soit en lui mettant un bon coup de pied dans les parties, soit en se dématérialisant, sachant que ça risquait d’être plus facile à dire qu’à faire, avec l’énergie qu’il dépensait malgré lui pour guérir son épaule. Est-ce que c’était envisageable de réagir à temps pour éviter un coup ? Dieter était doué pour l'esquive, il avait eu l'occasion de pratiquer (un peu trop souvent à son goût) étant jeune, mais celui en face de lui était un prédateur qui devait avoir en outre une expérience de combat qui n'était pas comparable à celle de l'ange. Il ne savait pas son âge, mais il n'était certainement pas le jeune adulte qu'il paraissait.

D'où sortaient les idées de Will ? On était au XXIème siècle. D’où venaient ces propos haineux ? Avant la mort de Dieter, l’antisémitisme existait, bien sûr, et faisait partie de ces choses qui coulaient de source et qu’on ne questionnait pas vraiment, en tout cas certainement pas dans son milieu. Depuis qu’il était revenu à la vie, les choses avaient bien changé. Le simple fait de savoir que des êtres humains avaient pu être tués comme des animaux envoyés à l’abattoir, juste parce qu’ils étaient nés au mauvais endroit, lui avaient fait prendre conscience de l’absurdité de certaines pensées. Les hommes n’aimaient juste pas ce qui était différent d’eux. Ils ne supportaient pas l’idée que des créatures comme les anges, les elfes et autres puissent vivre sur leur planète, et étaient prêts à les éradiquer – comme l’avait montré le génocide des fées, dont Dieter avait entendu parler. S’ils n’avaient pas de bouc émissaire, ils décidaient que d’autres humains étaient l’adversaire, le mal.

Comment est-ce qu'un de ses camarades de la CAT pouvait penser ainsi ?

_________________
Pauvre Dieter.
Will
Vampire

avatar

Grade hiérarchique :
  • Soldat recrue

Points : 310
Messages : 63
MessageSujet: Re: Mille quatre-vingt-quinzième jour de Will à la CAT   Jeu 4 Oct - 0:24

Will n’était pas en colère contre Dieter. L’ange ne représentait pas une menace. Le courroux du vampire était entièrement pour Itzhak. Parce qu’il était Juif. Parce qu’il était lui aussi vampire. Parce qu’il était un crétin imbu de lui-même qui disait aux autres quoi faire et comment être. Les paroles de Will avaient été pour Dieter, mais l’acerbité qui les imprégnait était toute dirigée vers Itzhak. L’ex-nazi ne comprit donc pas pourquoi, soudainement, Dieter se mis sur la défensive, lui qui était épargné par sa hargne.

Dieter s’était relevé et ses ailes déployées lui conféraient un aplomb inaccoutumé. Animé d’une indignation grandissante, Will ne céda toutefois pas de terrain. Il marcha de droite à gauche, sans s’approcher ni reculer et sans quitter l’ange des yeux, tel un fauve dans une cage. Il serra son poing gauche jusqu’à en faire blanchir ses jointures tandis que Dieter parlait. Il n’écouta pas tout. Il n’était pas intéressé par des reproches.


« Nan mais c'est quoi ton problème ? », assena finalement l’ange avant de s’arrêter de discourir. Dieter s’était à nouveau crispé, prêt à défendre son point de vue ou sa vie.

Will avança brusquement de deux grandes enjambées, l’amenant à distance telle de l’ange qu’il aurait pu aisément l’agripper, bien qu’il n’en fit rien (laissant plutôt ses bras pendre de chaque côté de son corps). C’était un déplacement stratégiquement risqué, puisque la pareille pouvait lui être rendue, mais le vampire était trop agité pour s’en préoccuper. De toute façon, il ne doutait aucunement de sa supériorité en combat face à l’ange, ni de l’inaptitude de Dieter à porter le premier coup. Dieter était une proie. Les proies n’attaquaient que pour se défendre.


« Le Juif utilisera tous les moyens possibles pour saper les fondements raciaux d'un peuple assujetti. »

Il prononça ces mots qui n’étaient pas les siens sans avoir besoin d’y réfléchir. Son ton était neutre, indifférent, alors qu’il fournissait l’explication absolue, cette phrase qui justifiait tout et excusait n’importe quoi. Il avait été entraîné pour endiguer ce problème, pour purifier et consolider la puissance allemande... peu importe ce que ça pouvait bien vouloir dire. Dominant le petit Dieter, il lui répéta simplement ce qu’on lui avait lui-même répété trop de fois.

Will ne savait pas s’il détestait les Juifs, mais il assumait que oui, puisque c’était ce qui était convenable. Se conformer permettait d’intégrer la société humaine. La société assurait la sécurité de ses individus.

Sauf que Will n’était plus humain. Il ne s’était jamais posé la question, depuis. Il n’en avait jamais eu besoin ; les monstres ne font pas de discrimination. Peut-être qu’il ne détestait pas les Juifs...

Il sonda le visage de Dieter pendant une seconde ou deux, comme si l’ange avait été en mesure de l’éclairé, puis il détourna finalement les yeux. Il recula d’un demi pas et son regard resta accroché aux grands appendices dorsaux de Dieter. Il était majestueux. Et Will n’avait pas envie de le blesser. L’assurance dont faisait preuve Dieter, étrangement, l’incitait à conserver un calme relatif. Intérieurement, il était furieux. Et si Itzhak avait été là...


« Itzhak... » Will grimaça en énonçant ce nom qu’il détestait, et hésita avant de poursuivre, ne sachant comment mettre en mots ce qui devait être dit. Et c’était probablement incohérent avec ce qu’il venait de dire, mais il ne savait pas comment organiser ses idées.

« Il est fourbe. », conclu-t-il en serrant les dents.

Ça allait au-delà du fait d’être Juif ou pas. D’être un autre vampire à supporter. Itzhak était détestable.

_________________
~
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mille quatre-vingt-quinzième jour de Will à la CAT   

 

Mille quatre-vingt-quinzième jour de Will à la CAT

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» son haera ζ quatre-vingt-dix macaques qui sautaient sur la couette...
» C’est facile d’arrêter de fumer, j’arrête 20 fois par jour. le vingt-six janvier à 11h
» L'automne en mille morceaux!
» A TOUS CEUX QUI PENSE CHAQUE JOUR EN BIEN POUR CE PAYS
» HOROSCOPES DU JOUR

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
C.A.T. - Créatures Anonymes de la Terre :: Cloître Extérieur (2e Sous-Sol) :: Forêt des Elfes-