AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hello !

Partagez | 
 

 Elfes - Cours 2 : Culture et Histoire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
PNJ Admin
Personnage Non Joueur

avatar

Points : 173
Messages : 90
MessageSujet: Elfes - Cours 2 : Culture et Histoire   Lun 19 Fév - 20:24

Ce cours est donné par Gustave


Afin d’optimiser son temps, Gustave avait, ce matin-là, décidé de travailler dans l’auditorium. Il évitait ainsi de perdre plusieurs secondes pour ranger ses dossiers et se déplacer de son bureau jusqu’au lieu où il devait donner son cours. À leur arrivée, les Catiens trouvèrent donc le chef des Elfes installé derrière le bureau trônant sur l’estrade, une pile de dossiers devant lui. Il ne prit pas la peine de les saluer. S’il l’avait fait, puisqu’ils n’arrivaient pas tous en même temps, il aurait constamment dû interrompre son travail et cela aurait été à l’encontre de son objectif d’efficacité.

Le deuxième cours des Elfes – celui qu’il s’apprêtait à donner ce jour-là – était le plus important aux yeux de Gustave. Pareillement à toute autre espèce vivante, les Elfes faisaient partie du grand cercle de la vie, naissant, vivant et mourant. Cependant, leur état de conscience leur imposait une responsabilité : celle de veiller au maintient de l’ordre naturel des choses. Cette structure irréprochable honteusement violée par l’existence d’aberrations comme les Anges et, surtout, les Vampires ! Mais soit. Là n’était pas la question. En tant qu’espèce sentiente supérieure, les Elfes possédaient une culture riche, des traditions qu’il était primordial de transmettre aux nouvelles générations d’Elfes, car cela les définissait au même titre que leurs traits physiques. Un Elfe qui n’agissait pas comme un Elfe en était-il vraiment un ? Gustave aurait, sans hésitation, répondu que non. Et en tant que chef de cette race, son rôle était de faire en sorte que ce cas de figure ne se présente jamais.

Il ne releva la tête de sa paperasse (des rapports d’observation sur le dernier entraînement du groupe des recrues) qu’au moment précis où son cours devait débuter. À son arrivée, deux heures plus tôt, il avait écrit au tableau les objectifs de cette portion du cursus :


Les Elfes
Cours 2 – Culture et Histoire

– Connaître l'Histoire et les Traditions du peuple des Elfes
– Comment doit se comporter un Elfe bien élevé

Il ne jugea pas utile de les énumérer à voix haute. De même, il ne se présenta pas, l’ayant fait lors du cours précédent. Il n’était pas inhabituel que le premier cours auquel assiste un Catien ne soit pas le premier de la série – après tout, la C.A.T. accueillait de nouveaux membres à n’importe quel moment de l’année (c’était l’une des raisons pour lesquelles chaque cours était répété une fois par mois). Néanmoins, en rejoignant un groupe qui en était déjà à son deuxième cours, un retardataire devait logiquement s’attendre à avoir un retard à rattraper. C’était son devoir, pas celui de l’enseignant.

« Notre race est, avec celle des Fées, l’une des plus anciennes peuplant cette Terre. Les débuts de notre Histoire remontent à avant ceux des Hommes et elle ne pourrait vous être entièrement enseignée dans l’unique heure et demi qui m’est allouée. Par conséquent, il est important que vous sachiez que nous nous réunissons tous les soirs dans l’Arbre des Anciens, dans le Cloître Extérieur de la base, afin de maintenir vivant le savoir de nos ancêtres. Ces rencontres ne sont pas obligatoires, mais peuvent être grandement enrichissantes, particulièrement pour les plus jeunes d’entre vous. Vous y apprendrez bien plus sur votre héritage que le bref aperçu que je vous en ferez aujourd’hui, dans ce cours d’introduction. »

Sans plus de préambule, Gustave entreprit ensuite de présenter à son auditoire quelques uns des personnages les plus importants ayant marqué l’Histoire des Elfes, mais également l’éventail des sous-cultures elfiques. En effet, puisqu’il y avait des regroupement d’Elfes un peu partout dans le monde, il existait des nuances historiques ou culturelles au sein de cette race. Les Elfes du nord du Canada, par exemple, révéraient la mer, car elle subvenait à la majorité de leurs besoins en nourriture. L’un de leurs héros était Kiviuq (et son Totem-lemming, Net), un merveilleux diplomate qui avait réussi à tisser des liens avec les Inuits de la région, protégeant, avec leur aide, son peuple des conquérants humains pendant des décennies. Au contraire, les Elfes des déserts australiens étaient des chasseurs autarciques farouches. Kajura (et Yuwa, son Totem-bilby) avait été leur chef pendant près de mille ans et on racontait qu’elle connaissait le remède à tous les venins existants.

De façon générale cependant, tous les Elfes avaient en commun de vivre en communautés structurées, en cohésion avec la nature. Au contraire des Hommes, qui façonnaient le monde à leurs besoins, les Elfes s’intégraient à l’environnement en y conservant l’harmonie, utilisant strictement ce qui leur était nécessaire, redonnant toujours ce qui ne l’était plus. Il semblait naturellement acquis que leur destin commun était de protéger la Vie sous toutes ses formes, d’assurer l’équilibre du monde.

Gustave parla pendant près d’une heure sans en être encore arrivé au second point du plan de cours. (Il n’était, d’ailleurs, évidemment pas responsable de la façon enfantine dont était formulé ce deuxième objectif.) Lorsqu’il y arriva enfin, considérant le peu de temps restant, il ne fit malheureusement qu’une mention de l’importance qu’accordaient les Elfes à la politesse et à la morale. Il passa également rapidement sur les rites funéraires de son peuple. L’une des règles elfiques qu’il tint toutefois à détailler un peu plus fut celle touchant à l’alimentation :


« Par respect envers la nature, il est attendu d’un Elfe qu’il ne consomme que ce qu’il a lui-même récolté, pêché ou chassé. Si vous êtes incapable de tuer un animal, comment pourriez-vous prétendre avoir le droit d’en consommer la chair ? Ôter la vie n’est pas quelque chose de facile et banal. Vous êtes tenus de ne pas l’oublier, de ne pas dévaloriser l’animal sacrifié pour que vous puissiez vivre. Lui assurer vous-mêmes une mort rapide et sans douleur est le moins que vous puissiez faire. Par ailleurs, bien qu’elle n’exprime pas de douleur apparente, le sacrifice n’est pas moins conséquent pour une plante que vous mutilez pour vous nourrir. Nous appliquons donc la même loi aux végétaux. »

Une main se leva, mais Gustave se doutait déjà de la question et fit donc signe à l’étudiant d’attendre tandis qu’il poursuivait son discours, certain que la réponse s’y trouverait de toute façon :

« Cette règle ne peut évidemment pas être appliquée par des Elfes n’étant pas en mesure de subvenir à leurs propres besoins. Il va donc sans dire que les enfants et les malades peuvent bénéficier des soins de leurs proches. C’est généralement à l’âge de 12 ans qu’on juge qu’un jeune Elfe est capable à la fois de comprendre et d’appliquer notre loi. »

Il jeta un coup d’oeil à l’étudiant qui, d’un hochement de tête, confirma silencieusement qu’il avait la réponse à sa question. Satisfait, Gustave rappela à la classe l’existence des réunions en soirée dans l’Arbre des Anciens avant d’annoncer la fin du cours.
Cours écrit par Ajartiel.
_________________

 

Elfes - Cours 2 : Culture et Histoire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
C.A.T. - Créatures Anonymes de la Terre :: Aire Commune (1er Sous-Sol) :: Classe Théorique (Auditorium) :: Cours-