AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hello !

Partagez | 
 

 Vive le calme, la tranquillité... Et zut.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Will
Vampire

avatar

Grade hiérarchique :
  • Soldat recrue

Points : 225
Messages : 47
MessageSujet: Re: Vive le calme, la tranquillité... Et zut.    Sam 7 Oct - 15:33

Dieter était définitivement d’une complexité infinie et, alors qu’une myriade d’émotions colorait à nouveau les traits de l’ange, Will se demanda s’il en était la cause directe ou si Dieter incarnait un cas particulier de personne exagérément expressive ou hypersensible. À moins qu’il ne fut la représentation d’une normalité étrangère au vampire ? Car il avait déjà pu observer autant d’animation chez d’autres individus, même vampiriques... N’était-ce pas épuisant d’autant ressentir ?

« Qui tu voudrais qu'on tue ici ? »

Des prisonniers de guerre, des traitres, des sans-abris récupérés à l’extérieur, des déserteurs, des soldats faibles, des têtes fortes... Autant de possibilités qui virent à l’esprit de Will sans qu’il ne les vocalise, distrait par son observation de l’ange en face de lui. Son regard passa de ses ailes (qui, à nouveau, s’étaient enflées) à son visage (à demi caché par un voile de fins cheveux châtains).

« Première Guerre mondiale. », lâcha Dieter, une inflexion étrangère et inidentifiable dans la voix, avant de se taire.

Faisant peu de cas des implications apportées par cette révélation, Will fronça les sourcils en essayant plutôt de comprendre si Dieter en était heureux ou pas, bien que ce soit sans conséquence. Will aimait observer et apprendre et l’ange en face de lui était une gigantesque énigme ailée. De prime abord, essayer de décortiquer les émotions et toute leur complexité l’indifférait, au minimum, voire le rebutait. Cependant, puisqu’il était maintenant prisonnier de cette discussion qu’il avait avec Dieter, sa curiosité versatile était attiré par ce qu’elle n’avait encore jamais exploré.

Le regard de l’ange était fuyant, balayant rapidement tout ce qui l’entourait à la recherche de Dieu seul sait quoi. Un échappatoire ? Il avait, en tout cas, l’attitude d’une victime, d’une proie acculée.

Ce fut au tour de Will de détourner les yeux, incapable de supporter cette vision sans que ne naisse en lui des envies qu’on lui avait expressément demandé de réfréner à la CAT. À sa décharge, celui qui projette l’image de la faiblesse doit raisonnablement s’attendre à attirer celui qui en profitera...


« Je recommencerai s’il le faut, contre la WEF »

Était-ce de la colère ? Il en était presque certain. Quelque chose qui lui était familier, un instinct plus qu’un sentiment. Surpris, Will reporta son attention sur Dieter, seulement pour le voir effacer à deux mains toute expression de son visage. Tout d’un coup, il ne s’y affichait plus rien et l’ange repris un discours plus que professionnel. On aurait dit... quelqu’un d’autre.

Tergiversant pendant quelques nouvelles, mais coutumières, secondes de silence, Will détailla à plusieurs reprises son interlocuteur des pieds à la tête avant de lui faire une offre :


« Je peux les tuer pour toi. »

Réalistement, il ne voyait pas le frêle Dieter survivre à une guerre (et l’histoire soutenait vraisemblablement cette hypothèse, si la Grande Guerre avait eu raison de lui). Néanmoins, s’il voulait que des gens meurent, le vampire pouvait aisément (et avec satisfaction) s’en charger. Ainsi, l’ange ne risquerait pas sa peau. C’était gagnant-gagnant.

_________________
~
Dieter
Ange

avatar

Grade hiérarchique :
  • Caporal

Points : 335
Messages : 68
MessageSujet: Re: Vive le calme, la tranquillité... Et zut.    Dim 29 Oct - 15:54

Will sembla mettre à profit les secondes qui s’écoulèrent pour réfléchir. Mais il omit les dernières paroles de l’ange, remontant plus avant dans la conversation et prenant Dieter de court.

« Je peux les tuer pour toi. »

Uh. Hem. Pardon ? Dieter fronça les sourcils. C’était de l’humour ? …Non. Il commençait tout doucement à assimiler le fait que Will devait être incapable d’humour. Donc il était sérieux. Dieter se mordit la lèvre, puis un sourire apparut sur ses lèvres. Il se décala pour s’asseoir plus confortablement, les fesses sur l’accoudoir du fauteuil. Il savait instinctivement qu’il aurait dû se sentir mal à l’aise à cause des propos du vampire, mais le ton qui était celui de quelqu'un formulant une proposition normale (‘Je peux t’apporter des chips, si tu veux’ ; ‘Je peux t’aider à déménager, si tu veux’). Le décalage était comique… Et puis, il s’accoutumait aux mots violents de Will. Il était bien moins dérangeant que Thomas, en un sens…

« Euh… » Il hésita, souriant toujours légèrement, se frottant le nez. « Merci. Hem. Enfin… Enfin, oui, c’est… généreux de ta part de proposer. » Il l’avait pas déjà dit, ça ou un truc du genre, à Will ? Il ne se souvenait plus à propos de quoi.

Dieter était en réalité vraiment touché. Proposer à quelqu’un de l’aider à tuer ses ennemis, ça pouvait être vu comme extrêmement dérangeant, certes, mais aussi une sacrée preuve d’amitié. Jim avait tué pour lui, Dieter l’avait même vu en action. Sur le coup, il avait trouvé ça horrible, une nouvelle mort à laquelle il assistait, un nouveau choc qui l’avait en quelque sorte fait revenir cent ans en arrière, mais avec un brin de recul, il avait pu voir que ça avait été une nécessité.

Aujourd'hui encore, c’était encore possible que cette nécessité refasse surface. Il voulait être prêt lui aussi à se battre, et tuer si nécessaire, pour défendre la CAT qui l’abritait depuis 2014.

« Je pense quand même que plus on est de bras, mieux ça vaudra… Donc je veux bien qu’on se batte tous les deux, en fait. Enfin, pas entre nous, contre la WEF. » Fallait toujours qu'il s'embrouille. Uh. Oreilles rouge vif.

« Si j’ai bien compris, tu n’as pas encore été voir les cours de combat, en fait ? » reprit-il.  « Tu veux que je te montre où ils ont lieu ? »

_________________
Plop !
Will
Vampire

avatar

Grade hiérarchique :
  • Soldat recrue

Points : 225
Messages : 47
MessageSujet: Re: Vive le calme, la tranquillité... Et zut.    Sam 17 Mar - 0:45

Généreux ? Ah. Voilà un qualificatif dont le vampire ne se rappelait pas avoir un jour été l’objet. C’était d’ailleurs un usage impropre du mot, de l’avis de Will, puisque l’offre qu’il avait faite n’était absolument pas désintéressée.

Dieter souriait, ce qui amena Will a envisager la possibilité que, une fois de plus, le contexte des mots utilisés devait être considéré en lui accordant plus de poids que la signification respective de chacun des termes composant la phrase. Était-ce un trait d’humour ? Du sarcasme, peut-être ? S’il s’agissait d’une tentative de moquerie, Will ne décelait pourtant pas d’attitude belliqueuse chez son interlocuteur. Réalistement, les déductions qu’il pouvait faire étaient cependant loin d’être fiables. Peut-être Dieter était-il amusé par tout autre chose, hors de portée de l’esprit simple du vampire. Plutôt que de se sentir insulter, le buveur de sang choisi donc de laisser couler et suivi l’initiative de l’ange de revenir à un autre sujet.

Lorsque Dieter proposa qu’ils se battent ensemble, Will fronça légèrement les sourcils, se faisant la réflexion que l’ange devait être suicidaire. Heureusement, ce dernier précisa sa pensée, ce qui ne changea néanmoins pas radicalement la première impression de Will. Le jeune homme chétif en face de lui, mollement installé sur l’accoudoir d’un fauteuil, sourire aux lèvres et oreilles cramoisie, ne ressemblait absolument pas à un guerrier. Il se demanda toutefois de quoi il avait l’air dans les cours de combat dont il faisait mention. Peut-être prenait-il de l’assurance... Il avait déjà vu ça, chez des soldats.

Malgré sa soudaine curiosité à ce sujet, il ne répondit pas d’amblée à la question récurrente de Dieter. Tiraillé par l’envie d’avoir une excuse pour se battre, il était tout de même conscient de la mauvaise idée que cela représentait. Il n’était pas dans ses habitudes de ne pas suivre ses désirs, mais les côtés négatifs possibles étaient bien trop importants pour qu’il ne les considère pas. Premièrement, Dieter avait dit qu’il s’agissait de cours par race ou, pire, donnés à plusieurs races à la fois. Combien de gens cela représentait-il ? La perspective d’avoir à se mêler à toutes ces personnes était tout simplement insupportable. Deuxièmement, bien que ce fut un argument de moindre importance, Will ne s’était jamais battu sans que ce soit une question de vie ou de mort. Réalistement, il ne serait pas capable de juste faire semblant.


« Mmm... », grogna-t-il, dans ce qui résumait relativement bien son malaise. Incapable de le structurer avec des mots, il ne pu qu’ajouter un « Non. » applicable en réponse aux deux questions.

Bien qu’il lui était intolérable de participer à un rassemblement (élément indispensable à un cours), il n’était pas opposé à l’aspect purement géographique entendu par la suggestion de Dieter : la possibilité de découvrir un nouvel endroit de la CAT, sa nouvelle demeure. Considérant positivement l’offre de Dieter le temps d’un instant, il ne lui vint pas à l’esprit que, un jeudi après-midi, ils croiseraient inévitablement un grand nombre de gens en chemin. Ouvrant la bouche pour, peut-être, naïvement se raviser et accepter la proposition finale de l’ange, ce fut, en définitif, peut-être une bonne chose que leur échange soit interrompu par un nouvel arrivant avant qu’il n’eut pu dire quoique ce soit.


« ¡Hola! », fit un vampire au teint basané. Vêtu de vêtements légers – dont un t-shirt orné de palmiers qui laissait voir qu’il aimait bien la musculation – ses cheveux longs étaient rassemblés en dizaines de petites tresses et ses canines étaient exposées par le sourire franc qu’il affichait. Néanmoins, le plus marquant était probablement son regard aux iris d’un bleu profond. Will l’avait déjà vu auparavant, mais toujours brièvement et de loin, et de savait donc trop à quoi s’attendre de lui.

L’étranger s’était approché d’eux avec une apparente hésitation et, nonchalant, s’arrêta tout près de Dieter avant de parler.


« Ye ne sais pas trop de quoi vous parlez, mais ye me permets de venir calmer le yeu. », introduisit-il, amical. Marqué d’un fort accent espagnol, son anglais était presque incompréhensible pour Will, déjà peu familier avec l’anglais ‘‘normal’’.

« Il te fait des misères ? », demanda le nouveau venu en désignant Will du pouce tandis qu'il s’adressait à Dieter, posant sur lui un regard doux. Se faisant, il glissa délicatement un doigt le long d’une des plumes de l’ange, appréciant le mouvement du vexille. Il ne laissa pas le temps aux deux Allemands de réagir avant d’aussitôt se tourner vers l’autre vampire.

« Laisse notre ami à plumes tranquille, le yeune. », exigea-t-il de Will, d’un ton cordial. Son attitude avait cependant changée de façon perceptible, même pour Will.

L’ancien nazi ne parvint pas à comprendre la phrase énoncée, mais l’aplomb de l’autre vampire était suffisamment parlant, peut-être même plus que les mots. N’ayant jamais été un meneur, il s’intéressait peu aux disputes d’orgueil fréquentes chez les vampires et n’envisagea donc pas l’idée de se battre pour affirmer sa dominance. Ne voyant pas quel avantage il avait à résister, Will recula docilement de deux pas. L’Espagnol se désintéressa alors presque entièrement de lui pour reposer un regard intéressé sur Dieter.

Vraisemblablement libéré de la discussion qu’il avait avec l’ange, Will songea qu’il valait peut-être mieux qu’il retourne dans sa chambre.

_________________
~
Dieter
Ange

avatar

Grade hiérarchique :
  • Caporal

Points : 335
Messages : 68
MessageSujet: Re: Vive le calme, la tranquillité... Et zut.    Sam 17 Mar - 14:43

Will ne sembla pas enthousiasmé par la proposition de Dieter, c’était le moins qu’on puisse dire. L’ange eut une petite moue de déception quand le vampire refusa sa proposition, même s’il considérait ce refus comme plutôt normal de la part du buveur de sang asocial que semblait être Will. Ce qu’il lui proposait impliquait évidemment d’être au milieu d’autres gens et d’interagir avec eux. Dieter ouvrit la bouche pour dire que ce n’était pas grave, mais fut interrompu par un « ¡Hola! » clairement adressé à eux deux qui lui fit tourner la tête, surpris, vers le vampire qui s’approchait d’eux.

Dieter connaissait l’arrivant, il l’avait déjà vu plusieurs fois à la cantine aux heures habituelles où les vampires venaient chercher leur pitance sanglante. Il lui avait semblé gentil, mais parfois un peu
trop gentil, même s’il n’était pas certain que ce soit l’expression appropriée. Il ne lui avait pas parlé beaucoup, mais avait déjà reçu de sa part des sourires… charmeurs, accompagnés de clins d’œil. Il n’avait pas trop su quoi en penser.

Il s’approcha d’eux et s’arrêta tout prêt de Dieter – un peu trop à son goût, et l’ange allemand se fit brièvement la réflexion que les gens des pays latins avaient vraiment une conception très différente de l’espace personnel par rapport à son pays d’origine.

« Ye ne sais pas trop de quoi vous parlez, mais ye me permets de venir calmer le yeux. »

Son fort accent prit Dieter de court, et il ne comprit pas toute la phrase. Calmer le quoi ? Son ton était amical, et Dieter fit un sourire poli mais un peu incertain, hésitant à lui demander de répéter.

« Il te fait des misères ? » continua le vampire en s’adressant à lui d’un ton protecteur, désignant d’un geste dédaigneux Will, qui resta stoïque ; cette fois, l’ange comprit les mots, mais fronça les sourcils, se demandant de quoi il parlait. De Will ? Ils parlaient tranquillement, là, qu’est-ce qui pouvait faire croire qu’il lui "faisait des misères" ? Dieter sentit soudain sa main caresser ses plumes et celles-ci se gonflèrent instinctivement au contact impromptu et tout à fait importun, alors que l’autre s’était déjà arrêté et retourné vers Will. Attend, euh, c’était quoi son problème ? Ils n’avaient pas élevé les cochons ensemble, non ? Il s’écarta un peu du grand vampire aux muscles de culturiste en fronçant les sourcils. Si le geste de Will tendant la main vers lui, alors qu’ils venaient de se tomber l’un sur l’autre tout à l’heure lui avait semblé potentiellement agressif, celui du nouvel arrivant ne l’était absolument pas mais Dieter lui avait trouvé quelque chose de dérangeant, et plein d’arrières pensées.

« Laisse notre ami à plumes tranquille, le yeune. » Le ton était cordial, mais l’attitude, certainement pas, dégageant une volonté d’intimidation. Will recula docilement, et le vampire basané se tourna vers l’ange, de nouveau charmeur – obséquieux, se dit Dieter. Attend, il serait pas en train d’essayer de… le draguer, là ? Dieter se demanda un instant, vexé, si on le prenait encore pour une fille… Mais c’était peu probable. Du point de vue de Dieter, l'attitude de l'Espagnol lui semblait anormal et déclencha chez lui une réaction épidermique, sans qu’il ne sache trop lui-même pourquoi. En fait, la seule fois où il s’était fait draguer ouvertement par un homme, ça avait été par Thomas… Il y avait mieux, comme expérience. Ça avait même été plutôt flippant, en un sens. Et puis, s'il avait beau ressentir parfois des choses confuses face à un membre de son sexe, il n’aurait jamais pensé l’afficher. D'ailleurs, ce genre de mec n'était absolument pas le type d'homme qui déclenchait ces "choses confuses. Dieter le trouvait juste lourd, présentement.

« Je peux savoir ce que tu veux ? » demanda Dieter, d’un ton qui se voulait poli mais où perçait clairement l’agacement et une certaine agressivité. « Qu’est-ce que Will t’a fait ? » Il s’était inconsciemment déplacé pour se rapprocher de Will (tout en restant à une distance raisonnable, eux non plus n’avaient pas élevé les cochons ensemble), croisant les bras. Sérieux, il se prenait pour qui, celui-là ?

_________________
Plop !
Will
Vampire

avatar

Grade hiérarchique :
  • Soldat recrue

Points : 225
Messages : 47
MessageSujet: Re: Vive le calme, la tranquillité... Et zut.    Sam 17 Mar - 17:12

Question d’instinct de survie, Will ne tourna pas immédiatement le dos à l’autre vampire. Il entreprit plutôt de battre en retraite en reculant, de façon à garder l’individu provocateur dans son champ de vision. Il ne lui faisait évidemment pas confiance, même s’il était en train d’obtempérer à sa demande. Ne s’intéressant absolument pas au contenu de l’échange (en anglais) qui se déroulait entre l’Espagnol et Dieter, il était à presque une dizaine de pas du couple lorsqu’il fut surpris de voir l’ange se lever soudainement pour venir le rejoindre.

Pris de court et mal à l’aise de voir l’ange s’approcher jusqu’à être à peine à trois ou quatre pas de lui, il se figea. Que venait de dire Dieter ? Il avait entendu son nom, mais, considérant que ce n’était pas en allemand, n’avait pas porté attention. Sa mémoire auditive était malheureusement loin de valoir sa mémoire visuelle. C’était une question ? Pour lui ? Non, c’était l’autre vampire que Dieter fixait, bras croisés et lèvres pincées. Pourquoi était-il soudainement impliqué ? Ah, c’était peut-être un verbe au futur en fait, pas son nom..?


« Woo ! », s’exclama l’Espagnol en levant les mains devant lui dans un geste d’apaisement.

« Ye voulait pas te faire peur. », s’excusa-t-il, souriant de plus bel. Il n’accorda même pas un regard à Will, qui se sentait complètement démuni. Pourquoi ne le laissait-on pas partir ? Dieter et l’Espagnol étaient-ils en train de parler de lui ? Et pourtant, ils semblaient tous les deux faire comme s’il n’était pas là. Allait-on encore le rattraper ou pouvait-il réessayer de s’éclipser ? Un coup d’oeil à la ronde lui appris que, quoiqu’il se passait entre Dieter et le vampire hispanophone, ils avaient l’attention de tout le monde.

« Tu sais, c’est pas la meilleure fréquentation. », proclama le vampire à la peau halée et, malgré toute sa concentration, Will ne parvint à comprendre que les deux premiers mots.

L’Espagnol s’avança alors, confiant, avec l’intention de se positionner entre Will et Dieter. Pour ce faire, il allongea un bras afin de repousser Will. La réaction de ce dernier fut purement instinctive, animale. Dès que l’Espagnol le toucha, il lui agrippa le poignet d’une main, appliquant une pression sur l’arrière de son épaule de l’autre main. Son adversaire, qui ne s’y attendait probablement pas, n’offrit pas de résistance immédiate. Suivant le mouvement, il se pencha vers l’avant, mais parvint à pivoter pour faire face à Will. Avec une exclamation gutturale, l’Allemand lui décrocha alors un coup de paume au plexus solaire qui fit reculer l’Espagnol de deux pas.

Will n’avait pas l’habitude de se battre contre d’autres vampires, des êtres capables de lui rendre autant de force qu’il en avait. Son coup aurait probablement été mortel pour un homme, mais, retrouvant son équilibre en une seconde, l’autre buveur de sang se contenta de froncer les sourcils en perdant son sourire. Tout de même rendu incapable d’inspirer pour parler, il planta son regard bleu azure dans celui de Will qui, montrant les dents, se pencha vers l’avant pour abaisser son centre de gravité, galvanisé par l’idée de se battre. L’Espagnol fit un pas vers l’avant.


« Hey ! », s’exclama quelqu’un, quelque part dans le salon.

Comme s’il s’agissait d’un signal, Will fonça en grognant. Son adversaire n’eut cependant, encore une fois, pas la réaction (humaine) espérée. Il parvint à utiliser la force brute de Will contre lui pour le déstabiliser. Sans qu’il ne comprenne comment, l’ex nazi se retrouva propulsé contre Dieter et les deux Allemands s’effondrèrent au sol, l’un par-dessus l’autre, dans une bourrasque de plumes.

_________________
~
Dieter
Ange

avatar

Grade hiérarchique :
  • Caporal

Points : 335
Messages : 68
MessageSujet: Re: Vive le calme, la tranquillité... Et zut.    Sam 17 Mar - 21:31

« Woo ! », fit l’Espagnol, semblant vouloir calmer Dieter. « Ye voulait pas te faire peur. »

Il avait l’air d’avoir peur, là ?! Dieter lui jeta mentalement une insulte. S’il voulait le calmer, il avait plutôt réussi à exaspérer un peu plus l’ange. Celui-ci n’avait plus son visage neutre ou son habituel sourire poli, mais arborait une expression franchement hostile.

« Tu sais, c’est pas la meilleure fréquentation », lança-t-il avec une bienveillance que l’ange trouva insultante.

Alors ça, c’était le coup de grâce. S’il voulait se faire haïr de Dieter, c’était exactement l’expression à ne pas utiliser. La personne qui avait été la plus proche de lui durant sa vie correspondait exactement à une "mauvaise fréquentation". Un vampire avec un air de racaille, qui semblait vivre au jour le jour, et qui devait évidemment tuer régulièrement pour se nourrir. Et puis, la situation lui rappelait très exactement celle d’un livre qu’il avait lu il y a quelques années où l’un des principaux antagonistes invitait le héros à bien choisir ses amis en lui tendant la main… Exactement le même genre de gros narcissique condescendant.

Juste au moment où cette réflexion se faisait jour dans son esprit, et alors que l’ange aurait probablement répondu quelque chose comme
"Je suis parfaitement capable de choisir mes fréquentations, merci", le vampire hispanique s’avança et Dieter se raidit un peu plus, près à reculer d’un pas. Mais ce n’est pas Dieter qu’il toucha mais Will. L’ange décroisa rapidement les bras et il aurait probablement attrapé celui de l’Espagnol sans la réaction immédiate et violente de Will. Les deux vampires en vinrent aux mains dans une explosion de violence propre à leur race, et l’instinct de Dieter – de même que son incapacité évidente à le faire – l’empêcha de s’interposer. Malgré sa révulsion ordinaire pour la violence, il éprouva une sensation de jouissance paradoxale lorsque la main de Will alla s’écraser brutalement sur la poitrine de l’espagnol entreprenant, faisant ravaler son sourire à ce dernier. Ha !

Une voix retentit dans le salon, vraisemblablement pour interrompre l’échange de coup, mais au moment même où Dieter tournait instinctivement la tête vers la voix, Will se jeta sur son adversaire. Celui-ci réagit au quart de tour et Will fut catapulté sur Dieter, sans que celui-ci ne comprenne ce qui lui arrivait.

Les ailes blanc-gris de l’ange amortirent sa chute brutale tandis que ses plumes s’écrasèrent sous le poids de leurs deux corps, mais Dieter parvint immédiatement à rouler sur lui-même et se dégager pour se relever d’un bond, dans une posture combative. Ses deux appendices dorsaux étaient déployés largement sur ses flancs, ébouriffées, et son visage était désormais dur et impassible, à mille lieues du Dieter poli et serviable de d’habitude.

« Tu veux quoi, sérieusement ? » siffla-t-il, ulcéré, à l’adresse du vampire espagnol. « Qu’est-ce que tu as contre Will ? » Il déplaça son corps de manière à se mettre entre les deux buveurs de sang.

Son cerveau se mettait à réfléchir à toute allure et à analyser chaque détail de la posture du vampire en face de lui, cherchant la moindre faiblesse qui pourrait être mise à profit et repassant quelques souvenirs les plus significatifs de combats et entraînements. La soudaine poussée d'adrénaline avait fait disparaître en lui toute volonté de résoudre calmement cette histoire. S’il avait eu une arme coupante à portée, il l’aurait probablement saisi pour s'en servir.

S’il parvenait à lui mettre un coup dans l’entre-jambe, cela pouvait potentiellement le mettre hors d’état, même s’il n’avait que peu de chances d'y parvenir… Il était plus grand et plus fort que Dieter, mais cela n’avait rien d’inhabituel pour le petit Allemand qui avait parfois dû, durant son enfance, faire face à des petits caïds qui n'aimaient juste pas sa tronche ou trouvaient facile de s'en prendre à plus petit qu'eux à l’école, ou plus tard à des soldats plus grands que lui (que ce soit à l’entraînement ou au combat). C’était un vampire, cependant, donc c’était très différent du fait de la force inhérente à sa race. Il savait pertinemment que le moindre coup pouvait être fatal pour lui. Il ne pouvait se permettre d'encaisser quoi que ce soit. Un des avantages liés à sa race, ses ailes, ne lui étaient d'aucune utilité dans cette pièce fermée, à part à la rigueur pour aveugler son adversaire, le surprendre ou l'intimider.

Sa meilleure chance était peut-être la surprise… Une demi-seconde lui suffit à se dématérialiser, ce qui permettrait déjà de ne pas avoir à se concentrer pour éviter un coup, et pourrait de plus surprendre son opposant. La sensation de plaisir qu’il aurait dû ressentir en constatant qu’il s’en tirait très bien malgré la situation fort tendue fut gâchée par, justement, cette situation tendue. Il ne sentit même pas le léger tiraillement interne dû à l'énergie que nécessitait sa dématérialisation.

« Hey, hey, on se calme là ! » fit un vampire qui s’était rapproché d’eux. Après les cinq secondes qu'avaient duré leur face à face, sa voix fit revenir Dieter à une forme de raison, et il s’éloigna un peu plus de l’Espagnol, son visage encore plein d’animosité, sans toutefois le quitter du regard. Abruti, va. Il prit conscience que toute la salle les observait désormais, et le rouge lui monta aux joues sous le feu des regards. Mais il n'avait pas honte, considérant que la responsabilité complète de cet incident incombait à ce crétin insultant qui se trouvait en face de lui.

_________________
Plop !
Will
Vampire

avatar

Grade hiérarchique :
  • Soldat recrue

Points : 225
Messages : 47
MessageSujet: Re: Vive le calme, la tranquillité... Et zut.    Sam 17 Mar - 23:42

Il y avait des plumes partout. Will roula sur le côté, se protégeant le visage d’un bras pour éviter un coup d’aile de Dieter, qui se remis sur pieds en l’espace de deux secondes. Le vampire, lui, choisi de rester au sol. Accroupi, prêt à bondir, il darda sur l’Espagnol un regard haineux en s’apprêtant à s’exécuter, mais Dieter coupa son élan en s’interposant. Sa vision de l’autre vampire se trouva occultée par la vue du dos de l’ange aux ailes déployées. Il n’aperçu donc pas l’Espagnol ouvrir la bouche pour parler, mais la refermer sans rien dire. Son diaphragme encore spasmé par le coup de Will, il n’était pas en mesure de respirer et dû se contenter de sourire faiblement.

« Hey, hey, on se calme là ! », fit une nouvelle voix. Le vampire à qui elle appartenait (le même vampire qui lisait des bandes-dessinées japonaises un peu plus tôt) s’était approché à pas rapides et s’arrêta près de Dieter. L’ange se décala alors, ramenant l’Espagnol dans le champ visuel de Will. Fixé sur son idée première, ce dernier amorça un mouvement pour poursuivre sa rixe avec l’Espagnol, mais le vampire pacificateur se planta directement devant lui.

« J’ai dis : on se calme. », répéta-t-il, fermement. Si cela déstabilisa Will une fraction de seconde, il n’en avait, somme toute, rien à faire. L’ordre du vampire se retrouva cependant tout de suite supporté par un deuxième pacificateur : une femme cette fois. Tout comme le premier intervenant, elle se campa devant Will. La quarantaine, une épaisse chevelure brune frisée encadrant son visage, elle ne dit rien, mais se tient prête à s’interposer physiquement si cela était nécessaire.

Avec ces deux là qui lui bloquaient le chemin, Will dû admettre qu’il ne faisait pas le poids. Il s’efforça donc de se détendre légèrement et détourna le regard, s’avouant vaincu. Ce faisant, il aperçu le faciès écarlate de Dieter, qui affichait une expression qu’il ne lui avait jamais vu. Bien sûr, il n’en compris pas la signification, ce qui le frustra un peu. Il avait l’impression de n’avoir même pas saisi la moitié de ce qui venait de se produire.

L’Espagnol toussa et parvint finalement à s’exprimer, le souffle court :


« C’est bon. », indiqua-t-il à ses deux sauveurs, qui ne bronchèrent pas. « C’est un mal... un mal entendu. »

Se donnant le beau rôle, il s’adressa à Dieter en lui souriant à pleines dents, à nouveau.

« Si y’avais su... Ah. » Il toussa à nouveau avant d’être en mesure de reprendre : « Ye ne savais pas que vous étiez ensemble. », compléta-t-il avec un signe de tête en direction de Will.

Et presque aussitôt, il répéta, à l’adresse des deux vampires qui étaient intervenus :
« C’est bon les gars, merci. C’est réglé. » Il leur donna du même coup à chacun une petite tape dans le dos pour les convaincre du retour d’une ambiance fraternelle.

Il offrit ensuite à Dieter une main tendue, à serrer pour sceller la paix proposée. Will l’observa faire silencieusement. Peut-être finalement convaincu du calme retrouvé de l’Allemand, les deux pacificateurs reculèrent légèrement, sans néanmoins le quitter des yeux. Will les ignora et se laissa basculer un peu vers l’arrière, pour se retrouver assis au sol. Il n’avait pas d’énergie à perdre contre l’Espagnol, de toute façon.

_________________
~
Dieter
Ange

avatar

Grade hiérarchique :
  • Caporal

Points : 335
Messages : 68
MessageSujet: Re: Vive le calme, la tranquillité... Et zut.    Dim 18 Mar - 13:14

« J’ai dit : on se calme. »

Dieter jeta un coup d’œil agacé au vampire qui venait d’intervenir – c’est bon, il était CALME, là – mais il s’adressait à Will, en réalité, qui ne semblait effectivement pas extrêmement paisible, prêt à se jeter sur l’hispanique. Une autre habitante du cinquième sous-sol s’interposa sans un mot entre le vampire allemand et son homologue espagnol, et Will se décrispa un peu.

« C’est bon. C’est un mal... un malentendu », intervint le grand vampire basané, le souffle toujours court. Dieter émit un petit son dédaigneux par le nez. Un mal entendu, c’est ça, ouais. Juste un gros mal élevé qui se prenait pour le roi. « Si y’avais su... Ah. » Dieter ressentit un certain plaisir alors que ce crétin était obligé de s’interrompre pour reprendre sa respiration. Will avait dû frapper fort. « Ye ne savais pas que vous étiez ensemble. »

Dieter fronça les sourcils une seconde sans comprendre, avant d’ouvrir des yeux ronds et que sa bouche n’articule silencieusement
"Attend… Quoi ?" Il été absolument outré. C’était quoi cette conclusion débile ? D'où il déduisait que Will et lui étaient... Uh. Sérieux ? Et donc, du coup, sa conclusion était bonne tout à l’heure, il avait bien essayé de le draguer ?

Et voilà qu’il faisait comme s’il était l’adulte raisonnable, fair-play etc., alors que c’était son attitude et ses mots complétement… déplacés qui avaient déclenché l’altercation. Il lui tendait la main ? Genre, c’était à lui de pardonner aux autres, dans sa grande mansuétude et magnanimité ? Sérieusement, ce type était insupportable.

Dieter croisa les bras, buté, et ne daigna pas avancer sa main d’un pouce. De toute façon, s’il avait tendu la main, le vampire aurait serré le vide, vu qu’il était dématérialisé. Ça aurait pu être amusant, en un sens, mais le petit Allemand n’allait pas en arriver à ce genre de petite vengeance stupide. L’ange ferma quelques secondes les yeux et fit un très, très gros effort pour redevenir maître de lui-même.

« On n’est pas… "ensemble" » lâcha-t-il avec une grimace. Il continua de son ton le plus neutre : « Présente juste tes excuses à Will, s’il te plait. » Et casse-toi, après, pensa-t-il. Ses ailes, toujours gonflées et intimidantes, s’agitèrent avec impatience. « Et puis, ne t'en fait pas, je suis suffisamment âgé pour choisir moi-même mes fréquentations, merci », fit-il avec un sourire dur. "C'est pas la meilleure fréquentation". Tsss. Enflure. Abruti. Crétin.

Il était persuadé que les autres personnes présentes dans la salle, qui avaient certainement assisté à la scène, interviendraient en sa faveur. Son regard passa rapidement sur le vampire-qui-ne-lisait-plus-du-tout à qui il adressa un très bref signe de tête, sans vraiment prendre le temps d'analyser son expression.


_________________
Plop !
Will
Vampire

avatar

Grade hiérarchique :
  • Soldat recrue

Points : 225
Messages : 47
MessageSujet: Re: Vive le calme, la tranquillité... Et zut.    Dim 18 Mar - 15:23

Étrangement, Dieter refusa de serrer la main de l’Espagnol. Will était évidemment la dernière personne à qui on aurait pu demander des conseils sur les relations interpersonnelles, mais, du peu qu’il en savait, n’était-ce pas impoli de refuser une main tendue ?

L’amateur de manga et la femme aux cheveux bruns s’éloignèrent pour de bon, laissant le trio à nouveau seul, quoique toujours épié de toute part. Mal à l’aise d’avoir tous ces yeux rivés dans sa direction, Will se passa une main dans les cheveux, se cachant le visage de son bras en se grattant le cuir chevelu. Il aurait dû être dans un coin ombragé de la pièce à observer un ange et un vampire se disputer, certainement pas se retrouver à faire partie du spectacle qu’ils offraient. L’inconfort qu’il ressentait le cloua sur place, l’empêchant de juste courir en direction du dortoir pour s’y cacher. Parallèlement et bien qu’il n’en conçoive aucun regret, il se demanda quand même vaguement s’il aurait des problèmes pour avoir attaqué un autre vampire. Complètement indifférent à l’échange se déroulant entre l’Espagnol et Dieter, il n’en vit rien.

L’Espagnol ne perdit ni son sourire ni son attitude bon joueur devant l’antipathie évidente de Dieter. Il fini juste par laisser retomber sa main lorsqu’il devint évident que l’ange ne la serrerait pas. Lorsque ce dernier lui réclama des excuses adressées à Will, il jeta un coup d’oeil au vampire allemand recroquevillé au sol et eu une exclamation de dédain.


« Nan. Ye préfère pas. », décida-t-il en balayant la proposition de la main.

« Allez, à plus ! », conclu-t-il joyeusement en décrochant un clin d’oeil à Dieter. L’instant suivant, il tourna les talons et s’éloigna en direction de l’escalier.

Will revient sur Terre à ce moment, observant le balancement des petites tresses de l’Espagnol ainsi que le mouvement de ses épaules carrées tandis qu’il quittait la pièce en lui tournant sans crainte le dos, son t-shirt légèrement étirés par ses trapézoïdes sculptés. Il était sûr de lui, comme c’était souvent le cas des individus de sa stature. Un point faible, de l’avis de Will, qui aurait pu en profiter, mais n’en vit pas l’intérêt. Il n’était même pas comestible.

L’attention de Will, tout comme son regard, se détachèrent de cet adversaire insipide et revinrent à Dieter qui affichait un langage non-verbal qu’il ne lui avait jamais vu. Bien sûr, il aurait été incapable de le décrire, sinon en disant qu’il n’avait pas l’air heureux. Ses ailes étaient encore ébouriffées et le vampire réalisa que, finalement, il avait réussi à les touchées.

Irrité par son incompréhension de la situation et encore exalté de s’être presque battu, Will ne se releva pas et ne dit rien. Il s’écoula un moment ainsi, mais l’attention des autres occupants du salon des vampires passa éventuellement à autre chose qu’eux jusqu’à ce que seul le vampire-qui-ne-lisait-plus-du-tout semble encore attendre la suite. Agacé, Will soutint son regard jusqu’à ce qu’il se détourne. Là. Il n’était pas une bête de foire.

_________________
~
Dieter
Ange

avatar

Grade hiérarchique :
  • Caporal

Points : 335
Messages : 68
MessageSujet: Re: Vive le calme, la tranquillité... Et zut.    Dim 18 Mar - 18:08

Devant le refus total de Dieter de serrer sa main, le vampire au visage basané ne se démonta pas le moins du monde. D’un geste et d’une voix dédaigneuse, il indiqua ne même pas vouloir s’excuser auprès de Will.

« Allez, à plus ! » dit-il, complétement insensible au regard incendiaire du petit ange, osant même lui faire une nouvelle œillade.

« Nan mais sérieux. C’est quoi son problème. Crétin immature », dit-il, reprenant sa langue maternelle. C’était n’importe quoi. « F**k you », marmonna Dieter dans sa barbe, alors que l’autre était déjà loin, grimpant l’escalier. Il était à deux doigts de lui faire un doigt d’honneur. Fier à bras. Abruti. Les grossièretés se bousculaient derrière ses lèvres, mais il parvint à les contenir ensuite. Il se passa les deux mains sur le visage, lentement, repoussant ses cheveux vers l’arrière de son crâne en serrant les mâchoires.

Il profita du fait qu’il était dématérialisé pour traverser le fauteuil au lieu de le contourner, ressentant une maigre victoire en se rendant compte que ça devenait de plus en plus naturel pour lui, puis il se concentra un instant pour se rematérialiser et se laissa tomber dans son fauteuil face à Will en soupirant, ses ailes sur ses flancs formant une sorte de tipi autour de lui, et se mit à jouer brièvement avec les feuilles du
Ken Folett avec ses pouces.

L’interruption grossière de l’Espagnol lui avait fait perdre le fil de leur conversation. Maintenant que l’adrénaline retombait, il se sentait un peu fatigué par cette histoire – et par l’effort qu’il avait fourni en se dématérialisant, qui n’avait d’ailleurs servi à rien, finalement. Restant silencieux, il entreprit machinalement de lisser ses rémiges primaires, recollant les barbes qui se désolidarisaient régulièrement. Le manche à balai qu’il semblait d’ordinaire avoir avalé ne maintenait plus son dos et il semblait encore plus petit que d’habitude, penché entre ses deux grandes ailes qui lui faisaient de l’ombre et qui reprenaient peu à peu leur volume normal.

Après un moment, il releva la tête, timidement, pour regarder Will.

« J’espère qu’ils ne sont pas trop nombreux à être comme ça, à cet étage », fit-il. « Il t’a déjà fait des ennuis, celui-là ? » demanda-t-il, le visage de nouveau dur, tandis que ses doigts massacraient son travail de lissage d’une plume tout juste accompli. Pfff. « Quel abruti, ce mec », lâcha-t-il tout bas, rageur. Dans le genre agaçant, il dépassait largement Shan, qui avait parfois un côté amusant. Lui, il était juste lourd. Crétin.

_________________
Plop !
Will
Vampire

avatar

Grade hiérarchique :
  • Soldat recrue

Points : 225
Messages : 47
MessageSujet: Re: Vive le calme, la tranquillité... Et zut.    Lun 19 Mar - 21:08

Will fut surpris de la vulgarité dont fit preuve Dieter, ce qui lui valu d'ailleurs le retour de toute l'attention du vampire. D'autant qu'il était revenu à l'allemand et était donc bien plus facile à comprendre. L'ange semblait particulièrement agité tandis qu'il fixait l'escalier que l'Espagnol était en train d'emprunter. Balayant ses cheveux vers l'arrière, il... traversa un fauteuil. Le vampire dû en venir à la conclusion qu'il avait mal vu, puisque, l'instant suivant, l'ange se laissa choir normalement dans ce même fauteuil. Étrange.

S'asseoir dignement sur ce genre d’assise avec des ailes n'était probablement pas possible et Dieter semblait maintenant encore plus chétif qu’à l’ordinaire entre ses deux grands appendices dorsaux, coincés par les appui-bras. Will l’observa jouer avec ses plumes sans vraiment le voir. La tension qui habitait le vampire retomba graduellement à un niveau plus habituel, le ramenant à sa coutumière observation passive de ce qui l’entourait.

Il était plongé dans des pensées abstraites et déconstruites lorsque l’ange parla à nouveau, le ramenant à la réalité. Il lui fallu d’ailleurs quelques secondes pour réaliser que c’était à lui que Dieter s’adressait vraisemblablement, puisqu’il le regardait, et non pas au néant, comme un peu plus tôt.


« Il t’a déjà fait des ennuis, celui-là ? »

Des ennuis ? De quel genre ? Pourquoi ‘‘déjà’’ ?

« Quel abruti, ce mec »

L’Espagnol n’avait pas paru moins intelligent qu’un autre, d’après Will, mais, n’ayant pas compris ce qu’il avait dit, il était difficile d’en juger objectivement. Il était également probable qu’il s’agisse d’une insulte sans fondement sur les capacités cognitives réelle de l’hispanophone. Une hyperbole. Dieter s’attendait peut-être à ce que Will surenchérisse, sauf que le vampire n’en fit rien. Il ne s’était pas senti particulièrement concerné par tout ce qui venait de se passer. Pourtant, la précédente question de l’ange suggérait qu’il aurait peut-être dû, ce qui réveilla sa curiosité.

Lâchant finalement ses cheveux, Will se mordit la langue en réfléchissant à la façon de formuler ce qu’il voulait demander. Après quelques secondes, il aboutit à un consensus bien simple résumant son état d’esprit :


« Pourquoi ? »

Il n’était pas certain que Dieter saisisse par ce seul mot l’étendue de son incompréhension de la situation. Il ajouta donc un contexte à sa question :

« J’ai pas compris ce qu’il a demandé. »

Du coup, c’était peut-être lui l’abruti dans l’histoire. Même s’il savait n’être pas d’une intelligence supérieure, c’était une constatation un peu injuste, sachant qu’on le jugeait sur son incapacité à comprendre une langue étrangère. Quoiqu’il en soit, Will réalisa que l’ensemble de ce qui s’était produit découlait peut-être de sa réaction inappropriée à ce que l’Espagnol lui avait dit, au tout début. Son interprétation, comme quoi l’autre vampire avait voulu qu’il parte, avait peut-être été fausse.

_________________
~
Dieter
Ange

avatar

Grade hiérarchique :
  • Caporal

Points : 335
Messages : 68
MessageSujet: Re: Vive le calme, la tranquillité... Et zut.    Mar 20 Mar - 19:02

« Pourquoi ? »

Uh ? Pourquoi il lui aurait fait des ennuis ? Ben parce que c’était un abruti. Ou bien pourquoi c’était un abruti ? Hum… Le sens de la question de Will n’était pas vraiment limpide pour le pauvre Dieter, qui pencha la tête.

« J’ai pas compris ce qu’il a demandé. »

Dieter le regarda, interdit. Puis il fut pris d’un fou-rire silencieux mais incontrôlable, qui lui fit venir les larmes aux yeux. Non mais ça voulait dire qu’il était tout seul à s’être énervé sur ce mec. De son point de vue, il avait pris en partie la défense de Will – en même temps qu’il s’était rebiffé face à une tentative de rapprochement plus qu’indésirée – mais l’intéressé n’avait même pas pigé qu’il aurait dû se sentir insulté.
"Mauvaise fréquentation". Pfff.

Enfin, en y réfléchissant bien, c’était vrai, en un sens… Will était un vampire, déjà, ce qui faisait de lui un tueur très probable (parce que, hors du cadre idyllique de la CAT, c’était certainement une vraie gageure de trouver un moyen de se nourrir sans tuer. Jim lui avait dit qu’il aurait bien aimé, mais que c’était pas possible. Et Thomas… ouais, lui il avait même pas envie d’essayer). Et si on le comparaît aux autres vampires de la CAT, il n’était clairement pas aussi policé, aussi… civilisé. Balayant la pièce du regard, son regard se posant sur les buveurs de sang occupés à lire, à discuter à voix basse etc.

« Pardon, je… » Il se passa le dos de la main sur ses yeux humides. « C’est pas de toi que je rigole, hein », précisa-t-il à voix basse en reprenant une certaine contenance, bien qu’un large sourire demeure sur son visage. « C’est de moi. Je n’ai pas dû bien interpréter ta réaction à toi. »

Il y a quelques minutes, il s’était pourtant fait la réflexion que Will était incapable de tout sous-entendu et de tout implicite dans son discours comme dans ses gestes. Cela le rendait difficile à comprendre, mais l’inverse était vrai, il n’arrivait pas à saisir ce que les autres disaient, très certainement. Alors quand en plus, ils parlaient avec un anglais à la sauce espagnole…

Il pencha la tête, le regard interrogateur.
« Pourquoi tu as réagi comme ça, si tu n’as pas compris ce qu’il a – ah, tu n’as peut-être juste pas aimé qu’il te touche… ? » Il laissa sa phrase en suspens. Dieter aurait simplement reculé, ou repoussé la main du crétin basané, plutôt que de lui envoyer un coup suffisant pour couper le souffle dudit crétin. Il n’était pas mécontent que Will ait réagi comme ça, cela dit.

« Il a dit que tu n’es pas quelqu'un de bien et que je devrais pas te parler », expliqua-t-il en évitant le regard de Will, se passant une main sur la nuque, gêné de s’exprimer aussi franchement. « En fait il voulait juste que tu partes pour me… Pour… rester seul avec moi. »

Il marqua une pause, se demandant s’il avait été assez clair. Non, probablement pas...

« Et, euh, j’avais aucune envie. »

Nouvelle pause.

« Il voulait me draguer », dit finalement Dieter, rouge comme une tomate, encore plus recroquevillé au sein de sa tente en plume. Son expression reflétait son incompréhension totale de pourquoi ce mec avait débarqué comme ça pour lui faire du gringue. Il passa le fait que le type avait déduit d’on ne sait où que Will et Dieter était en couple. Wut. Il avait du guano à la place des yeux ?

Ça faisait déjà quelques années qu’il était entré dans le XXIème siècle, mais il y avait toujours des usages auxquels il n’était pas habitué. Tout ce qui touchait aux relations amoureuses était encore auréolé d’un certain mystère, malgré le fait qu’il ait pu observer certaines interactions dans les divers lieux où il avait travaillé ou s’était baladé. Une des choses qui l’avait sidéré le plus quand il l’avait découverte, c’était la levée du tabou quasi complet sur les relations homosexuelles. Il n’aurait même pas envisagé que ça pourrait être considéré comme normal quand il était en vie. S’il ressentait parfois des choses bizarres pour un homme de son âge, il n’avait même pas eu de mots pour expliquer ces dernières. Et puis de toute façon, il était normal, il était aussi tombé amoureux d’une fille. Ça l’avait carrément choqué qu’on puisse affirmer tout haut – ou même tout bas – aimer quelqu'un de son propre sexe. Sa mentalité avait évolué, mais il n’aurait encore jamais pu parler de ses propres amours.

Enfin de toute façon, si l’on excluait ce problème, ce vampire espagnol était un crétin. Est-ce qu’il faisait exprès d’être aussi insupportable ou bien il ne s’en rendait même pas compte ?

_________________
Plop !
Will
Vampire

avatar

Grade hiérarchique :
  • Soldat recrue

Points : 225
Messages : 47
MessageSujet: Re: Vive le calme, la tranquillité... Et zut.    Dim 25 Mar - 0:34

Ce qu’avait dit Will avait apparemment un côté comique, puisque Dieter passa plusieurs longues secondes à rigoler tout seul. Le vampire aurait pu s’en sentir offusqué, mais ce ne fut pas le cas. Même s’il n’était pas exclu que ce fut de lui directement que l’ange soit occupé à rire, cela n’aurait pas représenté une nouveauté par rapport au temps où il était encore un humain parmi d’autres. Habitué aux réactions incompréhensibles des gens, Will se contenta, flegmatique, d’attendre que son interlocuteur se calme. Ce fut éventuellement le cas. Dieter, les yeux rempli d’eau et souriant à pleines dents, retrouva la capacité de parler :

« C’est pas de toi que je rigole, hein. C’est de moi. Je n’ai pas dû bien interpréter ta réaction à toi. »

Une information qui n’ajouta pas vraiment de clarté à la situation telle que perçue par Will. Se faire rire tout seul, c’était un peu... singulier. Non ? Surtout pour cette raison anodine.

« Pourquoi tu as réagi comme ça, si tu n’as pas compris ce qu’il a – ah, tu n’as peut-être juste pas aimé qu’il te touche… ? », poursuivit l’ange, de plus en plus posé.

Will inclina légèrement la tête sur le côté en tentant de se remémorer rationnellement la scène à laquelle Dieter faisait sans doute référence. Il n’était plus certain si l’Espagnol l’avait touché avant qu’il ne réagisse ou s’il avait déjà entamé sa contre-attaque malgré tout. Par ailleurs, il pouvait difficilement justifier sa réaction, qui n’avait été qu’instinctive. Ce n’était peut-être pas tant le fait d’être touché que la perception d’une menace qui l’avait fait se regimber.

Will, lui-même incertain, choisi de ne pas corriger ou confirmer la présomption de l’ange et le laissa plutôt finalement répondre à sa question à lui. Il ignora par ailleurs le fait que l’Espagnol avait dit de lui (avec raison) qu’il était une personne à ne pas fréquenter.


« Pour… rester seul avec moi. »

Will ressentit une certaine satisfaction à cette validation de son interprétation correcte de l’exigence de l’autre vampire. Il fut donc d’autant plus dubitatif par rapport au fait que Dieter n’ait alors pas voulu coopérer et le laisser partir.

« Et, euh, j’avais aucune envie. »

L’Espagnol lui faisait-il plus peur que Will ? Les impressions de ce dernier pouvait s’avérer inexactes, au mieux, mais l’autre vampire lui avait pourtant paru socialement adapté. Le fait que les deux pacificateurs aient pris son parti en s’opposant à Will semblait supporter cette hypothèse. Pour quelle raison Dieter aurait-il préféré la compagnie d’un ex-nazi sociopathe et ouvertement confortable avec ses instincts vampiriques ?

« Il voulait me draguer. », acheva l’ange après ce long détour.

Will fronça les sourcils en observant Dieter essayer de disparaître dans son fauteuil et derrière sa forteresse de plumes. Cette idée était... dérangeante ? surprenante ? Avec sa capacité profondément déficiente à tisser des liens avec d’autres individus, Will n’était définitivement pas outillé en ce qui avait a trait aux relations amoureuses. Son éducation, où il avait appris à reproduire les comportements et à partager les opinions de ses ainés, était néanmoins celle d’un garçon allemand des années 30. Par conséquent, bien qu’il ne s’était jamais construit lui-même un avis sur le sujet, il savait qu’il n’était pas acceptable pour deux hommes de se fréquenter de cette façon.

Dieter avait effectivement des traits fins, qui pouvaient prêter à confusion si on n’y portait pas attention. Cependant, il suffisait de s’y intéresser une seconde pour voir qu’il n’était pas une femme. À moins d’un sérieux trouble de la vue, l’autre vampire ne pouvait pas avoir été confondu. Par ailleurs, il avait discuté avec Dieter, dont la voix était clairement masculine. L’échange avait donc eu lieu en toute connaissance de cause ?


« Est-ce que tu es homosexuel ? », demanda naïvement Will.

Insensible à la pression exercée par les normes sociales, il ne ressentait pas de gêne à parler de ce genre de chose, même si, dans une autre vie, on lui avait appris à ne pas le faire. En outre, il savait que l’homosexualité était mal, mais, considérant qui il était, il était mal placé pour donner des leçons de morale. Aussi préféra-t-il plutôt céder à la fascination d’avoir possiblement en face de lui l’une de ces personnes qui, vraisemblablement, incarnait un tabou. Dieter ne ressemblait pas à l’image qu’on lui avait décrite des personnes gaies.

_________________
~
Dieter
Ange

avatar

Grade hiérarchique :
  • Caporal

Points : 335
Messages : 68
MessageSujet: Re: Vive le calme, la tranquillité... Et zut.    Lun 26 Mar - 18:47

« Est-ce que tu es homosexuel ? », demanda Will de son ton neutre habituel.

Dieter se raidit, puis se rétracta un peu plus dans son fauteuil tandis que la question de Will faisait ressurgir une foultitude de souvenirs, de pensées et d’émotions positives ou négatives.

Il avait eu cette conversation avec Thomas, déjà, il y avait de ça quelques années. À cette occasion, il avait réfuté avec une certaine véhémence ce qui était pour lui une insulte. Son éducation ne lui aurait jamais permis d’admettre que l’homosexualité étaient quelque chose de normal ; en fait, elle n’était presque pas concevable dans le milieu où il avait grandi. Dieter n’osait même pas imaginer ce son père aurait pensé – et fait – s’il avait soupçonné son second fils d’être coupable de cette orientation inacceptable. Son frère lui en aurait probablement voulu, lui qui détestait être la cible de moquerie ; il supportait déjà mal d’être le fils d’un père alcoolique et violent, et il aurait vu cette révélation comme celle d’une nouvelle tare familiale. Ça aurait certainement été un nouveau choc pour sa mère.

L’ange s’était considéré comme "normal" étant donné qu’il avait aimé une fille de sa bourgade, Hertha. Leur idylle, tenue secrète (Dieter ne parlant que peu avec sa famille de ce genre de chose, puisque tout pouvait être le sujet d’une nouvelle colère paternelle), s’était achevée peu avant le commencement de la Grande Guerre, lorsque Hertha était partie à la ville dans l’optique de mieux gagner sa vie. Aucun nouvel amour n’avait pu apparaître dans le feu et le sang de la Première Guerre mondiale. Les seules femmes qu’il avait vu graviter autour de la zone de combat étaient les
Krankenschwestern – les infirmières – et les filles qui suivaient les troupes, installées dans un camp de fortune où elles assouvissaient les besoins de la soldatesque sous la bénédiction et le contrôle des autorités militaires, qui voyaient en elle un moyen de maintenir un minimum le moral des troupes. Sous la pression sociale d’un camarade de combat, il avait visité ce lieu. Il se souvenait seulement du corps fatigué d’une des filles, et plus de son visage. Cette réminiscence lui donnait la nausée. Il se rappelait avoir imaginé ses sœurs réduites à ce genre d’activité…

Mais outre ces expériences heureuses ou malheureuses avec la gent féminine, le petit Allemand avait depuis son adolescence une attirance pour les hommes aussi. Il avait tout d’abord cru cela normal au moment où des sentiments nouveaux apparaissaient en lui, très brièvement, avant de se rendre rapidement compte que c’était bizarre, et même carrément inavouable dans la société de son époque. Il avait péniblement refoulé et nié cette part de lui-même jusqu’à sa renaissance.

La société avait changé après un siècle, mais une large part d’homophobie subsistait, moins marquée mais toujours latente. Et Dieter, lui, n’avait pas eu l’occasion de changer de mentalité lorsqu’il avait débarqué au XXIème siècle ; on ne supprime pas dix-neuf ans de certitudes en un claquement de doigts. Restait qu’il avait pu découvrir qu’il n’était pas complétement bizarre, que d’autres gens comme ça existaient.

La question très directe du vampire ne pouvait recevoir facilement une réponse de la part de l’ange. Le ton neutre de Will ne l’aidait pas à réagir. Si le moindre mépris ou reproche avait été perceptible dans sa voix, Dieter aurait peut-être opposé un démenti violent et indigné. Mais le vampire semblait simplement vouloir s’informer de quelque chose de normal. Sauf que ça ne l’était pas, normal. C’était pas le genre de chose que Dieter pouvait évoquer de manière nonchalante.

Le visage en feu, l’ange se recroquevilla un peu plus, les genoux collés contre sa poitrine et un bras enserrant ses jambes, plus crispé que jamais.

« Non. Enfin je… Oui. Peut-être. Je – » Il s’interrompit, rouge comme une tomate, cherchant comment expliquer ce qu’il n’avait aucune envie d’expliquer tant cela touchait à quelque chose d’intime, et qu’il n’avait jamais verbalisé.

« J’aime – enfin je, je, je peux être attiré par les deux », bégaya-t-il, les yeux rivés au sol et le visage à demi dissimulé par son bras. « Les filles et les garçons. »

Il avait lu des mots qui décrivait ce qu’il devait être. Bisexuel. Mais même si le mot existait, cela ne lui paraissait pas moins honteux d’affirmer aimer les filles et les garçons, bien au contraire. C'était parfois vu comme une plus grande dépravation, puisque certaines personnes considéraient que ça voulait dire qu'il était attiré par n'importe qui. Est-ce que Will allait le juger ? Est-ce qu’il avait bien fait de dire ça ? Présentement, il avait désormais plus peur du jugement que Will pourrait porter sur lui que de ses dents et son caractère vampiriques. Est-ce qu'à lui aussi, ça lui semblerait... contre-nature ? tabou ? Il releva timidement les yeux vers le vampire, le regard plein d'angoisse et de d'espoir mêlés.

En tout cas, une chose était certaine dans tout ça : il n’était pas le moins du monde attiré par ce crétin de vampire espagnol.


_________________
Plop !
Will
Vampire

avatar

Grade hiérarchique :
  • Soldat recrue

Points : 225
Messages : 47
MessageSujet: Re: Vive le calme, la tranquillité... Et zut.    Ven 30 Mar - 13:02

Nonobstant son inaptitude pathologique à percevoir et comprendre les émotions humaines, Will fut à même de constater le malaise de Dieter tant il était criant. Il n’aurait pu avoir l’air plus mortifié que s’il l’avait exprimé à voix haute. Le visage aussi rouge qu’un coquelicot, le regard particulièrement fuyant, il semblait essayer de se soustraire à l’observation silencieuse de Will en resserrant légèrement ses ailes autour de lui et en protégeant inutilement son visage d’un bras. Néanmoins, alors que quelqu’un d’autre que Will aurait probablement compris le message et obligeamment détourné la conversation vers autre chose, le vampire n’était pas doué d’empathie. Il n’était conséquemment pas en mesure de se mettre à la place de Dieter et de réaliser que la bonne chose à faire était d’essayer d’apaiser l’inconfort de son interlocuteur. Indifférent, il attendit simplement que l’ange sorte de sa tétanisation pour enfin offrir une réponse bégayante à sa question innocente.

La réponse si longuement attendue laissa le vampire un peu perplexe. Était-il vraiment possible d’aimer les deux sexes ? En même temps, Will n’avait jamais vraiment compris ce qu’était l’attirance physique. Humain, il avait pu constater l’attitude macho de ses comparses, qui n’hésitaient pas à vanter les attributs physiques des femmes. Il n’avait cependant jamais ressentit lui-même ce besoin ardent d’explorer certaines parties de leur anatomie (ou d’être l’objet de pareille exploration). À ce sujet, son intérêt était du même niveau que pour tout autre chose : il était curieux, mais cela n’approchait aucune la nécessité et il pouvait donc s’en passer pour vivre. Il n’avait, par ailleurs, jamais vraiment trouvé que le corps humain était une belle chose. Peut-être était-il possible d’aimer les hommes et les femmes tout comme il était possible d’aimer à la fois les légumes et les gâteaux ou de n’aimer aucun des deux.

Les choses ne lui avaient toutefois jamais été présentées ainsi. De son vivant, on lui avait expliqué qu’un homme qui n’aimait pas les femmes était une aberration, que cela allait à l’encontre de la nature. Après tout, il n’y avait que la combinaison homme-femme qui était susceptible d’engendrer une progéniture. C’était rationnel, tout simplement. Et, puisque les homosexuels ne pouvaient être bons pour la nation, on les envoyait logiquement en prison, avec les autres individus qui ne méritaient pas le titre de citoyen. Ce qui advenait d’eux ensuite était sans intérêt. Ils étaient malades et si un malade ne guérit pas il est tout aussi bien de disparaître, pour le bien des gens sains.

Will s’était donc imaginé les homosexuels comme des êtres pervertis, des individus qui étaient au mieux un poids mort pour la société, au pire des anarchistes dangereux, source de contagion potentielle. Mais Dieter ne semblait appartenir à aucune de ces catégories. Était-ce parce qu’il n’était qu’à moitié homosexuel ? Pourtant, il était de toute évidence un élément utile pour la communauté de la CAT. Même l’Espagnol, possiblement entièrement homosexuel, était probablement près du vampire-citoyen modèle. Était-ce plutôt quelque chose qui avait changé par rapport aux années 30 ? L’État était-il parvenu à obtenir quelque chose des gens gays, en dépit de leur anormalité ? Après tout, aucun des vampires présent n’avait semblés choqué de l’attitude de l’Espagnol. Ou bien ils n’avaient pas compris non plus ce qu’il voulait à Dieter...

Sans vraiment réfléchir plus que cela à la question, Will avait naïvement jusqu’alors cru que l’homosexualité était quelque chose de visible, qu’il existait des symptômes, une façon de distinguer ces individus des gens normaux. S’il était vrai que Dieter avait des traits moins virils que la moyenne, ce qui représentait peut-être un indice, cette hypothèse ne tenait pas la route lorsqu’on voyait l’Espagnol. Sa carrure à lui était sans équivoque. En réalité, le seul trait similaire existant entre l’ange et l’Espagnol était la longueur approximativement équivalente de leur cheveux. Existait-il une norme sociale à ce sujet ? Effectivement, en y réfléchissant, les hommes normaux avaient d’ordinaire les cheveux courts...


« Quand j’étais humain, c’était inacceptable. », mentionna finalement Will, au bout de toute cette réflexion.

C’était assurément la première fois qu’il reconnaissait à voix haute avoir déjà été humain. Cette époque, s’achevant à peu près en même temps que la Deuxième Guerre mondiale, ne représentait néanmoins pas juste un état biologique. Il s’y référait plutôt comme à une période où il n’avait pas encore abandonné tout effort d’intégration parmi ses semblables et où il pouvait donc prétendre avoir eu quelques notions sur la vie en communauté. Une référence anthropologique, en quelque sorte.

Son commentaire ne représentait pas une opinion, juste un fait, puisque le silence de Dieter suggérait qu’il devait répondre quelque chose à son aveu. Peut-être l’ange s’attendait-il à autre chose, mais c’était, au final, tout ce que le vampire avait à dire sur le sujet.


« Tu n’as pas peur de dire ça ? », demanda-t-il, encore une fois curieux. Piètre juge, Will était cependant un excellent élève. Et puisque Dieter aimait apparemment jouer les professeurs, répondant souvent à des questions qui n’avaient même pas été soulevées...

_________________
~
Dieter
Ange

avatar

Grade hiérarchique :
  • Caporal

Points : 335
Messages : 68
MessageSujet: Re: Vive le calme, la tranquillité... Et zut.    Mar 3 Avr - 20:38

Le vampire, toujours impénétrable, regarda quelques instants Dieter alors que celui-ci se battait avec sa gêne.

« Quand j’étais humain, c’était inacceptable »
, assena-t-il finalement, sans pitié. Dieter, toujours recroquevillé comme un bernard-l’hermite dans sa coquille, acquiesça d’un léger signe de tête avec un petit « Mmh » angoissé.

« Tu n’as pas peur de dire ça ? »

Dieter, qui avait baissé les yeux, les releva subitement vers Will, subitement affolé. Était-ce un reproche ? Mais non, derrière sa façade impénétrable, le vampire semblait… curieux, tout simplement.

« J’ai… Moi aussi c’était… inacceptable quand j’étais humain », dit-il, déglutissant avec difficulté. Un léger accent d’Allemagne de l’est repointait le bout de son nez, sous l’effet des émotions fortes dont il était la proie. « Je n’ai pas – je, je n’ai pas tellement peur de le dire parce que je sais qu’aujourd'hui on est plus… tolérant. »

Ah ouais ça se voyait carrément qu’il n’avait pas la trouille, hein. Il serra ses genoux contre sa poitrine, et quelques secondes s’égrenèrent, interminables pour le petit ange.

« En fait si j’ai peur », dit-il très rapidement, rassemblant tout son courage. Le fait que Will soit son interlocuteur l’obligeait à une certaine franchise qu’il n’aurait jamais eu si la personne en face de lui n’avait pas démontré son incapacité à interpréter les propos. « J’ai peur de ne pas être accepté par les gens. Parfois je me sens… Je me sens coupable. Je devrais pas être comme ça, je suis bizarre. Mmh. Désolé. Je sais pas pourquoi je suis comme ça. Pardon. » Au summum de l’embarras et de l’angoisse, son visage était désormais presque entièrement caché par ses bras, ses genoux et ses cheveux. Le peu qui demeurait visible montrait clairement son affolement.

L’ange acceptait sans peine les orientations sexuelles des autres, mais ne parvenait pas à avoir la même indulgence envers lui-même. En règle générale, en fait, il était souvent prompt à pardonner à d’autres ce qu’il n’aurait jamais admis de sa propre personne.

_________________
Plop !
Will
Vampire

avatar

Grade hiérarchique :
  • Soldat recrue

Points : 225
Messages : 47
MessageSujet: Re: Vive le calme, la tranquillité... Et zut.    Sam 21 Avr - 23:12

[HS : Tétanisé par cette révélation, Will eut besoin de 3 semaines pour s'en remettre et répondre... Hum. Désolé du délais !]

Dieter n’avait plus trop l’air de savoir où il en était, se révélant même incapable de fournir une réponse claire à la question de Will. Au final, le vampire ne fut pas certain si l’ange avait peur ou non. De ses propos, il retint surtout la mention de culpabilité. Exception faite de la définition de ce mot, c’était un concept étranger pour Will. Il avait toujours agi de la façon qui servait au mieux ses intérêts, et même si cela pouvait nuire à autrui, il n’avait pas honte de faire passer ses propres besoins d’abord. Par ailleurs, il n’accordait pas suffisamment d’importance au regard des autres pour se sentir mal à l’aise de ne pas correspondre à leurs attentes (lorsque celles-ci ne lui étaient pas sibyllines).

Si Dieter était émotionnellement incommodé par l’idée d’aimer quelqu’un du même sexe que lui, il n’avait qu’à ne pas le faire et se contenter des filles. Ce n’était pas un problème, si les deux lui plaisaient. Ça ou bien arrêter de se préoccuper de sauver les apparences, si effectivement le monde d’aujourd’hui était ‘’tolérant’’ par rapport à cette tare. L’ange s’imposait vraisemblablement des choix bien compliqués.

Will ne formula pas ses conseils à voix haute. En partie parce que la vie amoureuse de Dieter ne l’intéressait pas du tout, en partie parce qu’il avait tout de même suffisamment conscience de ses lacunes colossales en relations interpersonnelles pour douter de la justesse du jugement qu’il portait sur celles des autres, mais surtout parce que, vulgairement parlant, ce n’était ‘’pas son genre’’. Will n’éprouvait pas le besoin de distribuer ses avis et ne le faisait donc que lorsqu’on les lui réclamait directement.

De la où il était – n’ayant pratiquement pas bougé depuis que l’Espagnol était parti – et considérant la posture adoptée par Dieter, le vampire ne parvenait presque plus à voir le visage de l’ange qui réclamait pardon. Ce devait être de ça qu’avait l’air la culpabilité... En fait, ça ressemblait un peu à une proie qui supplie pour qu’on l’épargne.

Se mordant la langue, Will détourna le regard pour essayer de se focaliser sur sa curiosité et tenter de chasser de son esprit certains désirs inappropriés dans l’instant. Il n’avait pas vraiment faim et l’ange n’était, de toute façon, pas un repas potentiel. Inconsciemment, tandis qu’il fixait le tapis, il porta sa main gauche à ses lèvres et y fit glisser le dos de ses doigts, signe de sa distraction.


« Pourquoi tu demandes pardon ? », lâcha-t-il soudainement, en laissant retomber sa main et en clignant des yeux à quelques reprises pour sortir de sa transe réflective. « À moi ? »

C’était à un prêtre ou à un magistrat que Dieter aurait dû s’adresser s’il avait des problèmes de conscience...

_________________
~
Dieter
Ange

avatar

Grade hiérarchique :
  • Caporal

Points : 335
Messages : 68
MessageSujet: Re: Vive le calme, la tranquillité... Et zut.    Jeu 24 Mai - 19:27

[HS : Uh. Je ne dirais rien... Silent ]

« Pourquoi tu demandes pardon ? » dit Will, tirant l’ange de ses réflexions angoissées. « À moi ? » ajouta-t-il.

L’ange releva légèrement sa tête de derrière son bras posé sur ses genoux. Ça… ça voulait dire qu’il ne trouvait pas ça dérangeant ? Le petit Allemand sentit le poids qui pesait sur lui s’alléger légèrement. Il savait qu'il n'aurait pas dû, mais il accordait de l'importance aux jugements des autres...

« Je sais pas, déso – hmm », fit Dieter. Il faudrait vraiment qu’il supprime cette tendance à s’excuser systématiquement à chaque phrase qui sortait de sa bouche. Il soupira nerveusement et se força à sortir de sa prostration, se redressant et passant lentement ses mains sur son crâne. Pfff. C’était la faute de ce crétin de vampire espagnol si la conversation avait pris cette direction. « On m’a déjà dit qu’il fallait que j’arrête de m’excuser tout le temps », dit-il, gêné.

« Euh… Dieter ? » L’ange tourna la tête pour découvrir Itzhak, son collègue de la cantine, qui s’était approché par derrière et regardait tour à tour Dieter et Will. « Re-salut. Et bonjour, euh… William ? Non, Will… ? » dit ce dernier, interrogatif, en un allemand hésitant mais très compréhensible. L’ami de Dieter semblait surpris de découvrir l’ange et Will en pleine conversation. « C’est… rare de te voir discuter », fit-il, jaugeant son camarade vampirique.

« Tu parles allemand, toi ? » dit Dieter, interloqué. Ça faisait un bout de temps qu’ils se connaissaient, et c’était la première fois qu’il l’entendait s’exprimer dans la langue maternelle de l’ange. En réalité, Itzhak parlait assez peu de son passé, et l’ange ne s’était jamais enquit de ses origines. Il savait qu’il devait être à la CAT depuis assez longtemps déjà et qu’il s’y plaisait, mais quant à la vie qu’il avait mené auparavant, il n’avait aucune idée de ce qu’elle avait pu être. Dieter avait eu plusieurs fois l’impression qu’il éludait ou changeait le cours de la conversation lorsqu’elle s’orientait vers ce sujet, et il n’avait jamais chercher à insister.

« Surtout je parle yiddish, en fait, d’abord », répondit Itzhak en haussant les épaules. « Mon allemand est vieux et pas pratiqué souvent. L’anglais, c’est plus pratique. C’est rare de te voir discuter », répéta-t-il en s’adressant de nouveau à Will, penchant la tête pour le regarder de ses yeux noirs, curieux. « Peut-être l’anglais c’est difficile ? Ou tu as pas envie de parler d’habitude ? » Il avait une attitude prudente et alerte, bien que dénuée d’agressivité, qu’il n’empruntait jamais avec Dieter, mais que ce dernier avait déjà pu observer chez lui lorsqu’il interagissait avec certains des habitants du cinquième sous-sol. Rien à voir avec sa manière de se vautrer confortablement dans son fauteuil ou contre un mur lorsqu’ils discutaient tous les deux.

_________________
Plop !
Will
Vampire

avatar

Grade hiérarchique :
  • Soldat recrue

Points : 225
Messages : 47
MessageSujet: Re: Vive le calme, la tranquillité... Et zut.    Sam 9 Juin - 0:14

Dieter voulu, à nouveau, demander pardon, mais s’interrompit avant de terminer sa phrase. L’instant suivant, il paru reprendre contenance et se détendre (ou peut-être se forçait-il à sortir de sa prostration). Émergeant du cocon de plus en plus refermé qu’avaient formé ses ailes, son visage revint pleinement dans le champ de vision de Will. L’ange soupira, ses épaules se détendirent, et il adopta une assise plus usuelle. Il paraissait être empli d’une énergie renouvelée, revenu au même état d’esprit qu’avant le passage de l’Espagnol. Était-ce dû à la question du vampire ?

« Euh… Dieter ? »

Will tressaillit, surpris. Il s’étonna, entre autres choses, de ne pas avoir noté l’approche du nouveau venu, qu’il dévisagea avec méfiance. Il s’agissait du vampire que Dieter était venu rejoindre au départ, mais qui l’avait finalement laissé pour aller compléter ses heures de sommeil.

Ses cheveux bouclés et courts, dont la noirceur contrastait fortement avec la pâleur de sa peau (ne laissant pas de doute sur sa race), lui donnait l’air d’un Grec, de l’avis de Will. Visiblement moins confiant que l’Espagnol, il semblait tout de même désireux de s’incruster (ou peut-être de chasser Will pour continuer là où il s’était interrompu avec Dieter ?) et ses prunelles sombres (plus éveillées qu’avant sa sieste) se posèrent alternativement sur l’ange et Will. La prudence de ce dernier fut loin de se relâcher lorsque l’individu lui adressa la parole, en allemand. Mécontent, Will fronça les sourcils lorsque l’autre vampire le renomma accidentellement. William ? Pourquoi ?


« C’est… rare de te voir discuter »

Will retourna à son congénère son regard scrutateur. Cette remarque l’indisposait. Bien sûr, son activité principale (quasi exclusive) était l’observation d’autrui. Toutefois, voir les rôles être inversés, se retrouver le sujet d’étude d’une autre personne... Après avoir passé des décennies à savourer la liberté procurée par l’invisibilité qu’il s’était construite, cette idée était dérangeante. Il ne trouva un peu de réconfort qu’en se remémorant ce qu’il connaissait de ce vampire, jugeant être probablement le plus renseigné des deux.

Il suivait des horaires défiant toute routine et était du genre à connaître un peu tout le monde. Adapté à la CAT, il faisait partie des individus sociaux. Will l’avait déjà vu éclater de rire en discutant avec des amis au milieu du salon des vampires, mais aussi avoir des conversations plus calmes. Il se tenait le plus souvent avec des individus qui, comme Dieter, n’étaient pas de sa race. Ce n’était d’ailleurs pas au salon du cinquième sous-sol qu’il passait le plus clair de son temps. Il était, en outre, ‘rare’ de le voir faire le premier pas pour échanger avec quelqu’un qu’il ne connaissait pas déjà.

Yiddish. Will ne chercha pas à masquer la répulsion instinctive qui passa l’espace d’une fraction de seconde sur ses traits. Juif.

La phrase ‘‘Les Juifs sont notre mauvaise fortune.’’ lui vint immédiatement en tête. Cette maxime, il l’avait lu des centaines de fois dans les publications du Der Stürmer qui circulaient de façon plus ou moins autorisée dans les camps de la Hitlerjugend. Elle restait également marquée dans son esprit pour l’avoir entendue si souvent redite par les autres soldats, la plupart du temps comme une blague cynique, de l’humour qui n’en était pas vraiment, mais aussi, parfois, comme un mantra. Les Juifs sont notre mauvaise fortune. Si on avait demandé à Will ce qu’il pensait du peuple juif, c’est ce qu’il aurait probablement répondu de façon automatique, répétant l’opinion qu’on avait construit à sa place, l’idéologie dont on l’avait imprégné au point où il n’existait aucune alternative à cette vérité. Car même si Will ne se sentait plus Allemand depuis longtemps, Rudolf Wolfram Bärenhaftigkeit avait vécu pour servir une doctrine.

La vraisemblable origine ethnique du nouveau venu joua ainsi peut-être dans la balance lorsque Will décida qu’il ne l’appréciait pas. Néanmoins, c’était surtout son ton qui l’encouragea à rester sur ses gardes. Pourquoi son attitude était-elle si différente de celle qu’il avait eu lorsqu’il avait été seul avec Dieter ? Était-ce une façon d’essayer de l’amadouer ? Qui était ce Juif pour juger de ses capacité et s’intéresser à ses besoins et ses envies ?

Décidé à ne rien répondre, Will pinça les lèvres en dardant un regard venimeux sur l’autre vampire. Un pied à plat sur le sol, son autre jambe repliée près de lui, Will savait être dans une position qui lui permettrait de bondir en un instant et, inconsciemment, chercha quel serait le meilleur angle d’attaque. Le Juif ne montrait aucun signe d’agressivité, ce qui n’empêcha pas Will d’espérer qu’il tente quelque chose. Juste pour voir.

_________________
~
Dieter
Ange

avatar

Grade hiérarchique :
  • Caporal

Points : 335
Messages : 68
MessageSujet: Re: Vive le calme, la tranquillité... Et zut.    Sam 9 Juin - 19:17

Dieter n’avait jamais osé en parler avec Itzhak – ou peut-être que cela n’était jamais venu dans la conversation – mais avait déjà soupçonné l’origine ethnique de son ami catien grâce à son prénom. Même s’il avait vécu, avant sa mort, dans une société déjà marqué par un antisémitisme latent, l’ange n’avait jamais fait sienne cette idéologie ; son père détestait évidemment les Juifs, mais de toute manière, il détestait beaucoup de choses, et Dieter n’avait pas eu la moindre envie de lui ressembler. Il avait pu se forger ses propres opinions après sa renaissance, marquées par une certaine culpabilité [puisqu’il culpabilisait d’à peu près tout] en tant qu’Allemand, d’avoir appartenu au pays qui avait massacré des millions de personnes, les Juifs en premier lieu.

Si Itzhak ne sembla pas apercevoir l’expression de dégoût qui passa brièvement sur le visage de Will, Dieter la remarqua ; il ne la comprit pas cependant. Il constata également que Will s’était tendu, semblant de nouveau parer à toute éventualité. S'il prenait d'ordinaire du temps pour le faire, comme l'ange avait pu le constater, le vampire allemand ne semblait cette fois pas du tout décidé à répondre… Dieter observa la situation avec malaise. Les deux vampires se regardaient en chiens de faïence, prêts à agir.

« Je ne sais pas depuis quel moment tu es à la CAT », dit finalement Itzhak après un moment, « mais tu n’as pas l’air de t’être habitué encore, je crois. » Son ton était mesuré, prudent et maîtrisé – à mille lieues du Itzhak franc du collier que Dieter connaissait – et son corps était dans une posture alerte, les bras légèrement détachés du corps, toujours sans agressivité mais près à l’action. « Je n’ai pas envie de me battre, c’est plus trop mon truc, les disputes de vampires pour domination. Ou bien tu as un autre problème avec moi et dans ce cas il faut dire. »

Wowowo. Doucement, personne n’avait parlé de se battre. Enfin, la situation semblait plutôt électrique à Dieter, il est vrai. Ses ailes se gonflèrent de nouveau sous l’effet du stress, et l’ange se releva après une brève hésitation. Autant tout à l’heure, il était prêt à l’action pour défendre Will contre l’abruti espagnol, autant là, il n’avait pas envie de prendre parti pour lui, ne comprenant rien à l’attitude pleine d’animosité qu’il avait adoptée. Itzhak n'avait rien fait pour s'attirer la colère de son camarade vampire... Était-ce, comme le sous-entendait son ami, une affaire de domination, d'orgueil vampirique ? L'habitant du quatrième sous-sol n'y connaissait rien, à ces histoires d'ego, mais il avait cru comprendre que ça arrivait de temps en temps que des vampires jouent à savoir qui était le plus fort, que ce soit à l'extérieur ou bien dans la base de la CAT. Dieter leva une main en un geste d’apaisement et ouvrit la bouche, mais il ne trouva rien à dire, regardant alternativement les visages des deux vampires.


_________________
Plop !
Will
Vampire

avatar

Grade hiérarchique :
  • Soldat recrue

Points : 225
Messages : 47
MessageSujet: Re: Vive le calme, la tranquillité... Et zut.    Lun 11 Juin - 22:07

Les traits de Will reflétaient de façon évidente son mécontentement, mais il resta relativement stoïque tandis que le nouveau venu parlait. Eusse-t-il encore été humain, il aurait probablement exprimé son agacement par une exclamation de dédain et un roulement d’yeux.

S’il voulait parler à Dieter, qu’il le fasse. Ne s’était-il donc immiscé que pour exprimer sa désapprobation par rapport à l’attitude de Will ? Qui lui avait refilé une couronne pour qu’il se sente le besoin de jouer les autocrates ? Will aurait préféré avoir encore une fois affaire à un non-germanophone et n’avoir que ses gestes à observer, plutôt que d’être distrait par tout ce qu’il pouvait raconter. Prêchant la paix, la posture alerte de l’autre vampire ne semblait pourtant pas indiquer qu’il se contenterait de ‘‘tendre l’autre joue’’ si la situation s’envenimait.

Du coin de l’oeil, Will vit Dieter quitter son fauteuil et, même s’il ne s’interposa pas littéralement, lever une main, prêt à prendre la parole. Néanmoins, l’ange n’était peut-être pas aimable et serviable au point de risquer sa vie pour physiquement empêcher deux vampires d’en venir aux mains. En définitif, il ne dit rien et se cantonna dans son rôle de spectateur.

À deux debout contre un au sol, l’échange ne penchait pas en faveur de Will qui, en une vive impulsion de sa jambe au sol, se mit lui-aussi sur pieds, sans toutefois briser la distance qui le séparait du Juif. Il n’était pas dans ses habitudes de mettre à profit sa taille, mais il ressentit tout de même une certaine satisfaction en constatant qu’il dépassait l’autre vampire de quelques centimètres.

Inconsciemment, Will sera le poing gauche. Bougeant les doigts, il fit distraitement varier la pression légèrement douloureuse de ses ongles dans la paume de sa main. Son autre main, elle, resta inerte à son côté. Nul besoin de vérifier pour savoir qu’il se donnait encore une fois en spectacle, une pensée qu’il tenta d’ignorer. Le regard de Will resta vrillé sur l’autre vampire et il inclina légèrement la tête sur le côté, tout autant interrogatif que belliqueux.


« Pourquoi t’es là ? », demanda-t-il pour la seconde fois de la journée. Son ton, tranchant, n’avait toutefois rien à voir avec celui qu’il avait utilisé lorsque la question avait été adressée à Dieter.

Il changea son poids de jambe, hésitant à bouger. Il n’aimait pas rester immobile, ainsi exposé. Son regard glissa une seconde sur Dieter, puis se porta sur le-vampire-qui-se-servait-définitivement-de-son-livre-comme-d’une-façade-pour-épier-les-gens, avant de revenir sur le Juif. Même s’il apprécierait la chose, Will ne ressentait pas de nécessité à se battre. Ce n’était pas une question de domination, mais de laissez-vivre. Si le Juif se décidait enfin à se désintéresser de lui, Will battrait en retraite dans sa chambre.

_________________
~
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vive le calme, la tranquillité... Et zut.    

 

Vive le calme, la tranquillité... Et zut.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» vive Chavez, vive Castro
» Le 30 mai 1431... Jeanne d'Arc est brulée vive à Rouen...
» Qui ose troubler ma tranquillité ? {Pour Illusion}
» Vive stupéfaction de Danielle Mitterrand
» ABA LA JUSTICE, VIVE IMPUNITÉ ET VIVE MARTELLY !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
C.A.T. - Créatures Anonymes de la Terre :: Aire des Vampires (5e Sous-Sol) :: Salon-