AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hello !

Partagez | 
 

 Plus ça change, plus c'est pareil

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Ajartiel
Chef des Anges

avatar

Grade hiérarchique :
  • Général de Division

Points : 1000166
Messages : 409
MessageSujet: Plus ça change, plus c'est pareil   Dim 17 Aoû - 15:33

[Message posté le Lun 23 Déc 2013, 01:35]
[Ce topic fait suite à celui-ci. Je n'attends personne en particulier. Vient qui veut ! ^^]

Ajartiel arriva dans la salle de classe de l’étage des Anges en passant par le plafond. Aussitôt rematérialisé, il déploya ses ailes afin de ne pas aller s’écraser par terre. L’élan qu’il s’était donné pour passer le sol de l’étage des Sorciers lui permit en outre de se retourner dans les airs et il pu donc, dans un grand bruit de bourrasque, atterrir sur ses pieds. Il se redressa ensuite, les poings et la mâchoire crispée, ses ailes agitées de tics, furax.

Il avait peut-être clôt la discussion en disparaissant, mais il n’avait définitivement pas eu le dernier mot. Sarah-Ève l’avait pris de haut, comme s’il avait été un gamin. Elle avait voulu le manipuler, le forcer. Pourquoi est-ce qu’elle avait besoin de creuser ainsi ? Jamais satisfaite, toujours à vouloir plus... Elle voulait le juger ? Le comparer, le jauger, le critiquer et, finalement, le condamner. Pourquoi ? Parce qu’elle valait mieux que lui, peut-être ? Elle était une mioche et elle voulait jouer les grandes personnes... Mais qu’est-ce qu’elle savait de la vie ? Elle avait passé la majorité de la sienne entre les murs de la CAT, dorlotée par Joëlann. Et ça veut jouer les grands sages...

Clairement trop plein d’énergie négative tournée en agressivité, le Magyar agrippa l’une des armoires en métal où du matériel de pratique était rangé et tira jusqu’à la renverser. Elle bascula dans un grand boum très peu satisfaisant qui n’aida en rien l’Ange à extérioriser sa hargne. Alors il empoigna un tabouret en bois qui avait le malheur de se trouver là et le balança contre le mur du fond. Le craquement sonore qui résultat du bris de deux des pattes du pauvre meuble fut tout de suite plus jouissif.

Ce son, surprenamment, eut aussi pour effet de stopper ses élans destructeurs alors qu’il réalisait plus ou moins ce qu’il venait de faire. Le regard vaguement posé sur les éclats de bois, il dut admettre que, à cet instant précis, il était devenu son père. Au lieu de se cantonner à se ficher de tout (la meilleure résolution qu’il avait prise dans sa vie !), il s’était tourné vers la colère. Il avait fait comme Thomàs...

Tout ça à cause d’une fille qui ne savait pas ce qu’elle disait. Elle lui avait rappelé des choses qu’il pensait enfouies suffisamment loin pour ne jamais revenir. Elle lui avait fait oublier Ajartiel et, pendant un instant, il était redevenir Siegl, l’enfant perdu... Il n’était peut-être pas le meilleur des hommes maintenant, mais il était assurément mieux que dans ce temps là. Le passé devait rester là où il était.

Un léger grincement le sortit de ses pensées en le faisant sursauter. Se retournant vivement, il fut tout aussi étonné qu’embarrassé de trouver quelqu’un qui se tenait dans l’encadrement de la porte.

_________________
Ajartiel, Le Plus Meilleur
Louna
Ange

avatar

Grade hiérarchique :
  • Sergent

Points : 393
Messages : 66
MessageSujet: Re: Plus ça change, plus c'est pareil   Dim 17 Aoû - 15:37

[Message posté le Ven 3 Jan 2014, 07]
[Bon, il est moins bien que l'autre que j'avais écrit… J'ai pas réussi à me souvenir exactement de ce que j'avais écrit… Triste ]

Louna soupira pour la deuxième, non, troisième, fois de la journée. Un long soupir d'ennui. Et aussitôt après, elle secoua la tête avec énergie. Trois soupirs en moins de deux heures, c'était vraiment trop. Il y avait une époque de sa vie où elle ne s'ennuyait jamais, où elle avait toujours quelque chose à faire, qu'il pleuve, qu'il vente, qu'il neige, qu'il y ait du monde ou pas. Et aujourd'hui, il faisait un grand soleil "dehors" et elle s'ennuyait comme jamais. Elle savait à quoi c'était dû, bien sûr. Depuis qu'elle était arrivé à la CAT, elle avait commencé à s'ouvrir aux autres et à se faire des amis, des gens auxquels elle tenait et qui l'acceptait telle qu'elle était. Et aujourd'hui, elle ne trouvait personne et, pour la première fois depuis bien longtemps, elle se sentait seule, à errer dans les couloirs de l'étage des Anges.

Elle avait passé un long moment à lire dans la bibliothèque, jusqu'à en avoir mal à la tête. Sachant que l'air frais était le meilleur moyen pour remédier à cet état, elle était d'abord aller dans le parc mais il y avait tellement de gens (qu'elle ne connaissait pas, bien sûr) qu'elle s'était enfuie dans le bois. Mais là aussi, pas moyen de faire un pas sans rencontrer quelqu'un (particulièrement des elfes). À croire que tous les être vivants de la CAT s'étaient mis d'accord pour sortir le même jour. Elle avait tenté de trouver refuge dans sa chambre, mais sa camarade de chambre avait invité quelqu'un et elle se sentait de trop. Elle avait alors chercher Aryss, mais elle ne l'avait pas trouvé, même après avoir parcouru la CAT en tous sens (sauf l'étage des vampires, bien sûr). Elle avait réaterri à l'étage des Anges, où elle avait poussé son troisième soupir. Heureusement, il n'y avait personne dans les couloirs, au moins, elle était tranquille.

Elle s'apprêtait à pousser son quatrième soupir de la journée quand un énorme fracas la fit sursauter. Cela venait de la salle de classe, non? Tous ses sens en alertes, elle s'avança vers la porte, les muscles tendus, prête à réagir au quart de tour, maintenant que son instinct de défense s'était éveillé. Une attaque de la WEF? Une bagarre? Un élève qui était tombé? Mais vu le fracas, il devait être tombé de vraiment très haut… Elle hésita et… Un énorme craquement se fit entendre. À pas de loup, sans cesser de jeter des regards furtifs à droite et à gauche, elle s'avança jusqu'à la porte et posa sa main sur la poignée, tout en regrettant de ne pas pouvoir se dématérialiser suffisamment bien pour passer le mur. Cela aurait quand même été plus discret. Enfin, tant pis…

Elle abaissa doucement la poignée de la porte. Discretion, discrétion. Son cerveau tournait à cent à l'heure. Elle sentait dans chacun de ces nerfs l'impression de danger. C'était sûrement une attaque de la WEF. On entendait plus rien. Elle entrouvrit la porte. Mais elle ne voyait à rien: l'ouverture était trop petite. Elle poussa la porte encore plus. Puis encore plus. Puis encore plus. Jusqu'à que la porte en question fasse entendre un long grincement de protestation. Louna se figea. Oh non! Si c'était vraiment la WEF, elle allait… Puis elle découvrit la seule personne qui se tenait là.

"Ajartiel?!!" Personne d'autre. Mais une armoire renversée et un tabouret renversé. Les battements de son cœur se calmèrent peu à peu. Mais que s'était-il donc passé?Elle hésita. Son instinct de défense une fois enclenché ne disparaissait pas comme ça et elle était encore sur ses gardes. Elle hésita. "Euh… Il y a une attaque ou…?" demanda-t-elle, incapable d'imaginer la véritable raison de tout ce bazar. Elle continuait à fixer son chef, attendant sa réponse, prête à faire face à toutes les éventualités.

_________________
Ajartiel
Chef des Anges

avatar

Grade hiérarchique :
  • Général de Division

Points : 1000166
Messages : 409
MessageSujet: Re: Plus ça change, plus c'est pareil   Dim 17 Aoû - 15:39

[Message posté le Ven 3 Jan 2014, 10:20]
Profondément surpris d’être pris en flagrant délit de quelque soit le nom qu’on puisse donner à ce qui venait de se passer, le cerveau d’Ajartiel enregistra néanmoins l’information qu’il fallait un peu s’y attendre, hein ! Massacrer du mobilier, même si ça n’avait pas été un mercredi en fin d’après-midi, ça ne passait pas trop inaperçu. Et peut-être même que les gens étaient plus à l’affût maintenant, depuis le coup de la bibliothèque... *Merci Mister Brain de ne le faire remarquer que maintenant...* Toujours est-il que, face à Louna, malgré la logique de la situation, il restait pris de court.

" Il y a eu une attaque ou…? "


« Euh... »

Son hésitation laissa rapidement place à de l’incompréhension, ce qui parut très certainement sur son visage alors qu’il dévisageait la jeune Ange. Une attaque ? Hein ? Comme un gamin pris en faute, il resta stupéfait de ne pas être directement accusé du méfait, au point de ne pas réagir assez vite pour saisir la belle opportunité en or servie sur plateau d’argent que lui offrait son interlocutrice de s’en tirer par un habile mensonge. Mais bon, franchement, même à ses yeux, le coup de l’attaque, c’était bien trop gros pour être crédible.

Il avait la très nette impression que ses neurones tournaient au ralentie et se retrouvait donc abandonné de tous, même son propre intellect, face à une situation pour le moins compromettante. Il regarda à la ronde, s’arrêta une seconde sur l’armoire renversée, puis sur le tabouret explosé et revint sur Louna qui attendait certainement quelque chose de plus éloquent qu’un ‘‘euh’’.


« J’ai détruit un tabouret. »

AH OUI ! Que de loquacité, que de volubilité ! Du grand art ! À l’instant, tout son arbre généalogique était probablement partit se cacher sous terre de honte... Heureusement qu’il était déjà un enfant renié, ça sauvait un peu le truc pour eux. N’empêche, en repensant plus tard à cette brillante réplique, Ajartiel allait très certainement avoir envie de se mettre des baffes lui aussi.

Il lui fallait ajouter quelque chose. Une explication, un détournement de sujet, n’importe quoi... comme il savait si bien le faire normalement ! La surprise était passée. Maintenant, il pouvait redevenir lui-même. Il était Ajartiel, diantre ! Un peu de tenue ! Cette dispute ne pouvait pas l’avoir reprogrammé, quand même. Il toussota un petit peu, ramena sagement ses mains derrière son dos. Voilààà.


« Et toi, ça va ? »

Okay, non, oui, c’était pourris. Sans commentaire.

_________________
Ajartiel, Le Plus Meilleur
Louna
Ange

avatar

Grade hiérarchique :
  • Sergent

Points : 393
Messages : 66
MessageSujet: Re: Plus ça change, plus c'est pareil   Dim 17 Aoû - 15:41

[Message posté le Mer 8 Jan 2014, 14:54]
[Bon bah voilà! Je t'ai enfin répondu! ^^ ]

« J’ai détruit un tabouret. »
Alors, c'était lui qui l'avait détruit? Louna n'arrivait pas à perdre totalement son attitude défensive. Parce qu'elle n'arrivait pas vraiment à le croire. Méfiante, elle lui jeta un regard surpris et interrogateur qui voulait dire "Vraiment?" Elle n'avait pas eu l'impression que le chef des Anges était suffisamment fort ou violent pour casser un tabouret. Quoique… Après tout, elle le connaissait très peu. Toutefois, il y avait encore quelque chose qu'il n'avait pas expliqué. Elle jeta un coup d'œil à l'armoire et se demanda qui ou quoi l'avait fait atterrir là. Ça avait l'air assez lourd. Elle jeta un coup d'œil, à l'ange, cette fois. Elle se demandait s'il était assez fort pour la mettre par terre. En même temps, à quoi cela lui aurait servi? Elle en était là de ces réflexions quand l'ange ajouta quelque chose.

« Et toi, ça va ? » Cette fois, Louna fut si surprise que ça se vit très, très bien. Au moins, tout à l'heure, elle avait eu l'air à peu près impassible (enfin, elle l'espérait), mais là, elle sentit les muscles de sa mâchoire se détendre tandis que sa bouche s'ouvrait sur un "Heiiiiiin?" silencieux. Alors, c'était normal, pour lui, d'exploser un tabouret? Parce que sinon, est-ce qu'il n'aurait pas essayer de se justifier un peu? À moins qu'il essaye simplement de changer de sujet. Mais c'était si gros que cela lui semblait improbable. Elle hésita un peu. Mais bon, après tout, si Ajartiel ne voulait pas expliquer ce qui c'était passé, c'était son droit. Et, apparemment, pas d'attaque ou quelque chose du genre, sinon il l'aurait dit. Non?

Elle se reprit juste à temps pour ne pas avoir l'air trop stupide. Bon, répondre quelque chose. "Euh… Oui, ça va…" Elle hésita de nouveau. Elle se tenait toujours un peu sur ses gardes et ne savait pas trop comment réagir. Elle avait voulu voir des gens qu'elle connaissait? Elle avait voulu arrêter de s'ennuyer? Eh bien, c'était fait. Maintenant, il fallait trouver un sujet de conversation. Elle se demanda si elle devait pousser un peu l'interrogatoire. Elle était quand même curieuse, mais elle se retint parce qu'elle savait très bien que, elle, elle aurait détesté qu'on insiste de cette manière.

Elle perdit un peu de son attitude défensive. Tant pis, au fond. Elle était capable d'oublier cette énigme, de faire taire sa curiosité. Elle aurait détester mettre quelqu'un mal à l'aise, qui que ce soit. Elle baissa les yeux à terre. Que dire, que dire? Elle rougit un peu, de honte, songeant qu'elle n'arrivait jamais à détendre l'atmosphère comme certains le faisaient parfois. Puis, brusquement, une idée lui vint, avec la rapidité de l'éclair, et elle se redressa. Pour un peu, elle aurait eu la petite ampoule allumée au-dessus de la tête. Elle se mit à fouiller dans ses poches. Est-ce qu'elle l'avait ou pas? Si elle l'avait oublié… Non, il était là!

"Ajartiel!" s'écria-t-elle en se précipitant vers lui. Elle tendit sa main fermée et déclara en rougissant de plus belle:
"Tiens! Je voulais te le rendre…"
Elle ouvrit la main. Elle tenait le bracelet que l'ange lui avait donné pour s'entraîner à la dématérialisation. "Je n'en ai plus besoin, je crois" murmura-t-elle avec une fierté inhabituelle. Elle sourit à l'ange. C'était un beau sourire, malgré les joues écarlates, le sourire de quelqu'un qui a réussit à faire quelque chose dont il est heureux. Cela faisait si longtemps que cela ne lui était pas arrivé! Et elle savait fort bien que c'était grâce à Ajartiel. Elle était trop timide pour le remercier en bonne et due forme, mais elle était contente de pouvoir dire fièrement: "Je te le rends, parce que je n'en ai plus besoin, vu que je sais parfaitement le faire passer à travers ma main, maintenant. Je le fais en très peu de temps et j'y arrive vraiment bien. Certes, j'ai toujours besoin de me concentrer mais c'est quand même un progrès, non?". Bien qu'elle n'est pas dit tout ça, bien sûr. En fait, elle n'avait rien dit du tout, mais c'était le sous-texte. Ajartiel comprendrait, n'est-ce-pas?

_________________
Ajartiel
Chef des Anges

avatar

Grade hiérarchique :
  • Général de Division

Points : 1000166
Messages : 409
MessageSujet: Re: Plus ça change, plus c'est pareil   Dim 17 Aoû - 15:43

[Message posté le Jeu 8 Jan 2014, 18:51]
Louna était sur ses gardes et ne semblait pas le croire. Son regard passa sur les meubles saccagés avant de revenir se poser sur son chef, alors qu’elle était clairement incertaine de la conduite à tenir. Non, mais, pour une fois qu’il disait la vérité ! Il avait un peu violemment réaménagé les lieux, c’était si dur à croire ? Ou bien c’était que ça lui faisait peur ? En tout cas, ça ne l’encourageait pas à être honnête. Beuh.

La réaction de la brunette quand son aîné tenta maladroitement de changer de sujet n’était guère mieux, voire pire. C’était donc un échec lamentable. Peut-être qu’elle le prenait pour un fou... Vu la tête qu’elle faisait, il n’aurait même pas été spécialement étonné qu’elle lui retourne la question, avec commisération et un peu de crainte dans la voix. De la même façon qu’on tombe subitement d’accord avec tout ce qu’un mec dit juste parce qu’il tient une bombe dans ses mains... Cependant, elle se contenta de répondre poliment, hésitante, mais pas avec un air terrorisé, quand même.

Elle reprit finalement un peu de contenance après ça. Elle due accepter l’explication qui n’en était pas tellement une, parce qu’elle semblait soudain plus détendue... à sa façon. C'est-à-dire qu’elle avait tout de même l’air de ne pas savoir où se mettre, mais pas spécialement à cause de lui. Juste parce que c’était Louna, quoi. Elle était timide de nature, de ce qu’Ajartiel avait pu constater. Bref, il lui aurait bien sourit pour lui montrer que ça allait, mais pour l’une des très rares fois dans sa vie, le coeur n’y était pas. Ce fut donc tout juste un demi-sourire qui se dessina sur ses lèvres, même si elle ne le vit probablement pas, occupée à chercher un truc...

Ça lui foutait le cafard cette histoire. Il n’aurait pas bien pu expliquer le pourquoi du comment, si c’était à cause de la colère qui lui restait ou de celle qui se dissipait... Ou juste le fait d’être avec quelqu’un alors que c’était pas prévu. Il aurait peut-être eu besoin d’un moment seul, là, en fait. Il n’était pas du genre à broyer du noir et encore moins avec des gens dans les environs.


"Ajartiel !"

Il sursauta, se faisant éjecter de ses pensées. Et puis parce qu’il ne s’attendait pas à un éclat de voix de la jeune Ange, d’ordinaire discrète. Même qu’elle s’élança dans sa direction et il eut un instant peur qu’elle lui saute dessus. Il recula d’un pas, mais elle s’arrêta devant lui, tout sourire. Un beau grand sourire fier. Du genre contagieux. Du coup, le sien s’élargit un peu. Ce n’était pas encore tout à fait le sourire insouciant qu’on lui connaissait, mais ça allait déjà mieux. Elle était presque de sa taille, pourtant elle lui faisait penser à une enfant, avec cet air ravi et ses joues roses. Et c’était quand même marrant.

Il prit le bracelet que Louna lui rendait un peu distraitement. C’était une babiole en macramé rouge et jaune avec trois billes de bois qui n’avait pas une grande importance à ses yeux. Il ne se souvenait même plus où il l’avait eu, celle-là... Finalement, il l’offrit à nouveau à la jeune femme.


« Garde-le, c’est cadeau. », décida-t-il, sur un coup de tête. « Un souvenir. »

Il avait envie de la rendre heureuse, tient. Peut-être pour compenser le fait qu’il avait réduit à néant la vie d’un pauvre meuble. Pas qu’il croyait au karma, mais voilà... Ça le rendait content qu’elle soit joyeuse, bon. Il était pas une mauvaise personne, hein.

« Tu me montres ? », demanda-t-il ensuite, parce qu’il était un bon professeur, aussi.

_________________
Ajartiel, Le Plus Meilleur
Louna
Ange

avatar

Grade hiérarchique :
  • Sergent

Points : 393
Messages : 66
MessageSujet: Re: Plus ça change, plus c'est pareil   Dim 17 Aoû - 15:46

[Message posté le Dim 12 Jan 2014, 08:09]
Quand elle tendit la bracelet à son chef, Louna remarqua qu'il n'avait pas l'air particulièrement ravi qu'elle le lui rende. Ou plutôt, c'était comme si il l'avait totalement oublié et s'en fichait royalement. Il le prit tout de même, mais presque machinalement. Elle se creusait déjà la tête pour savoir quoi dire ensuite, mais, brusquement, il lui lança:
« Garde-le, c’est cadeau. Un souvenir. »

Louna le dévisagea, surprise. Pourquoi il le lui donnait? C'était le sien, non? Il l'aimait donc bien un peu, sinon il ne l'aurait pas sur lui, l'autre jour… C'est vrai que l'ange portait toujours des tonnes de bijoux colorés à son bras, mais tout de même… Est-ce qu'il n'y tenait pas un peu? Elle, le seule bijou qu'elle portait était le collier qui ressemblait tant à celui que lui avait offert son frère adoré. Elle ne s'en serait séparée pour rien au monde. Mais peut-être était-elle la seule à penser de cette manière. Elle ne possédait rien, à part quelques bouquins et des vêtements, parce que les seules choses qu'elle pensait vraiment importantes n'étaient pas des choses qu'on pouvait porter sur soi. Alors, pourquoi s'embêter à posséder des tas de choses qui ne servent à rien?

Elle hésita un peu, puis, finalement, elle murmura un "Merci" difficilement audible, accepta le bracelet et le passa autour de son poignet. Elle le considéra un moment. Cela lui faisait bizarre. Depuis combien de temps avait-elle porté quelque chose qui lui appartenait, à part les vêtements et son collier? Depuis combien de temps lui avait-on offert quelque chose? Depuis la mort de son père, elle n'avait jamais reçu des autres que de la nourriture. Depuis ce jour où sa vie avait basculé, plus personne n'avait pensé à lui faire plaisir de cette façon. Elle s'aperçut soudain que ses yeux étaient pleins de larmes et, gênée, elle les essuya d'un revers de la main. Son père… Il lui manquait tant. Elle savait que, de là où il était, il était sûrement ravi de la voir recommencer à avoir des contacts avec des gens et à apprendre de nouvelles choses.

« Tu me montres ? » demanda Ajartiel à ce moment, la distrayant de ses pensées douces-amères. (XD Aryss!) Elle hocha la tête et s'avança vers une table. Elle inspira profondément et posa sa main dessus. Elle ferma les yeux un instant et fit le vide dans son esprit.

À cet instant, plus rien n'existait pour elle, à part la table et sa main. Tout le reste avait disparu. Elle aurait pu tout aussi bien être dans le désert ou sur la banquise. Son visage avait perdue sa petite moue gênée habituelle et n'exprimait plus rien qu'une intense concentration. Pourquoi être timide ou gênée quand on est tout seul? Elle rouvrit les yeux et son regard se porta vers le lointain, fixé vers quelque chose qu'elle était la seule à voir. Soudain, elle abaissa sa main à travers le bois de la table puis la ramena vers elle, avec rapidité et précision, comme un geste répété des centaines de fois. Le tout lui avait pris quelques minutes à peine.

Lentement, son regard redevint présent et son visage retrouva une légèrement anxiété tandis qu'elle se tournait vers l'ange, les joues de nouveau rosées (à la fois par l'inquiétude et l'espoir) pour lui demander avec une certaine tension: "C'était bien?"

_________________
Ajartiel
Chef des Anges

avatar

Grade hiérarchique :
  • Général de Division

Points : 1000166
Messages : 409
MessageSujet: Re: Plus ça change, plus c'est pareil   Dim 17 Aoû - 15:47

[Message posté le lun 13 Jan 2014, 01:02]
Difficile de dire si Louna était contente du cadeau. Elle semblait plus perplexe qu’autre chose. N’avait-elle jamais reçu de cadeau avant ? Surtout que ce n’était pas comme s’il lui offrait une maison, hein... (Quoiqu’il l’avait accueillit à la CAT. Haha. Passons...) Enfin, après quelques secondes, elle accepta le bijou et le passa à son poignet pour l’observer. Elle était mignonne, avec son air incertain, et donnait l’air d’être plus jeune que son âge... ou, en tout cas, l’âge qu’elle avait quand elle était morte pour rester figée éternellement dans ce corps. Et puis... oh... Est-ce qu’elle pleurait ?

Mal à l’aise, Ajartiel se dit qu’il avait peut-être fait une connerie, encore. Devait-il reprendre le bracelet ? Sauf que, récupérer un cadeau, ce n’était pas dans la liste des trucs qui ne se font pas ? L’Hongrois n’était peut-être pas un professionnel des bonnes manières, mais il avait quand même quelques notions de base. Elles n’étaient toutefois pas suffisantes pour lui expliquer pourquoi Louna pleurait... Qu’est-ce que c’était compliqué les filles ! Ah, et si c’était des larmes de joie ? Parce que, oui, pas contentes de pleurer quand elles étaient tristes, les filles, ça pleurait aussi quand c’était ravi... Allez comprendre...

Heureusement pour le pauvre Chef des Anges, son interlocutrice chassa elle-même ses pleurs sans faire d’histoire. C’était encore plus bizarre, mais il n’allait pas s’en plaindre. Il était aussi intéressé et doué pour réconforter les gens qu’une plante verte. Il fit donc comme s’il n’avait rien remarqué et s’intéressa à la démonstration.

Louna arriva à se dématérialiser avec beaucoup plus d’aisance et de rapidité que la dernière fois qu’il l’avait vu faire. L’amélioration était clairement visible. Aussi, lorsqu’elle se retourna vers lui en quête d’un commentaire, il hocha la tête en signe d’approbation. Il lui aurait bien dit qu’elle méritait amplement le cadeau qu’il venait de lui faire, mais il se retint, pas certain de vouloir ramener le sujet.


"C'était bien?"


« Très. Tu as continué à pratiquer toutes les nuits ? », interrogea-t-il, un peu à la blague. Il ne le formula pas à la voix haute, mais il était quand même fier d’elle. Elle avait réussit en quelques mois ce que certains Anges n’arrivaient jamais à faire...

Il en avait presque oublié ses problèmes à lui. Ils lui revinrent néanmoins assez vite en mémoire quand il aperçu l’armoire renversée du coin de l’oeil. Il n’était même pas sûr d’arriver à la remettre debout tout seul... Et il n’allait certainement pas demander de l’aide à Louna. Alors il allait forcer tout seul comme un boeuf, fierté oblige. Rah là là... D’ailleurs, il faudrait peut-être qu’il se dépêche, avant que quelqu’un d’autre ne passe par là. Louna était-elle réellement la seule à avoir entendu le raffut ? Quoiqu’il en soit, il n’allait pas non plus tenter de remettre le meuble en place pendant qu’elle était là. Il fallait donc, subtilement, qu’il la mette à la porte. C’est qu’elle était tombée à un mauvais moment, en fait. Peut-être qu’il pouvait faire passer subrepticement le message... ou, au pire, se renseigner.


« D’ailleurs, tu faisais quoi avant de venir ici ? Tu pratiquais toute seule dans le salon ? Y’avait personne d’autre ? »

_________________
Ajartiel, Le Plus Meilleur
Louna
Ange

avatar

Grade hiérarchique :
  • Sergent

Points : 393
Messages : 66
MessageSujet: Re: Plus ça change, plus c'est pareil   Dim 17 Aoû - 15:49

[Message posté le Dim 13 Jan 2014, 10:23]
[Désolée du temps de réponse…]

Au grand soulagement de la jeune ange, Ajartiel ne sembla pas remarquer ses larmes. Tant mieux. Elle n'aurait pas aimé avoir expliqué qu'elle avait pensé à son père et que ça la rendait triste parce qu'il était mort et que… Raconter sa vie, non merci.

Ce qui lui fit encore plus plaisir, ce fut son petit "Très" en réponse à sa question inquiète. Il y avait donc des choses qu'elle était capable de "très" bien faire! Elle allait lui lancer un sourire d'enfant fier et ravi quand l'ange ajouta:
"Tu as continué à pratiquer toutes les nuits ? » Sa belle assurance s'envola et elle le dévisagea, hésitante. Est-ce qu'elle devait dire la vérité? Est-ce que c'était une vraie question?

"Euh ben… Pas toutes les nuits, quand même…" avoua-t-elle à voix basse, de nouveau un peu rouge. Mais elle n'y pouvait rien si elle dormait mal et qu'elle préférait la nuit! Il y avait si peu de monde à la CAT dans ses heures là. Elle avait appris sans difficulté à éviter les vampires. Ce n'était pas comme si ils prenaient possession de la base entière à ces heures-là ou qu'ils faisaient la fête. En général, ils restaient à leur étage, qu'elle évitait soigneusement et ceux qui s'en éloignaient étaient pour la plupart aussi seuls et silencieux qu'elle. En tout cas, c'était toujours mieux que quand on tombait sur un ange, une elfe ou une sorcière à chaque fois qu'on tournait un coin. Mais elle n'expliqua pas tout ça à Ajartiel. Elle avait bien trop conscience qu'elle était bizarre.

Heureusement, avant qu'elle ne se liquéfie sur le sol tellement elle se sentait mal à l'aise, l'ange blond (ahah le cliché!) la tira de ses pensées:
« D’ailleurs, tu faisais quoi avant de venir ici ? Tu pratiquais toute seule dans le salon ? Y’avait personne d’autre ? »
Traduction: quelqu'un d'autre est au courant que j'ai explosé un tabouret et envoyé valser une armoire? Louna n'avait peut-être pas l'habitude des conversations mais elle était suffisamment maline pour comprendre l'inquiétude de l'ange. Et puis, cela la rassura un peu: alors, lui aussi, il trouvait que casser un tabouret, ça ne faisait pas partie des choses ordinaires? Bon, elle n'était donc pas totalement bizarre.

"Euh… Je passais dans les couloirs par hasard. Et puis j'ai entendu un bruit et… Et… Et voilà… (Impossible d'avouer qu'elle avait jouer les espionnes à la porte…)Mais je pense pas qu'il y ait beaucoup de monde dans les parages, sinon, ils seraient venus aussi. … Non?" termina-t-elle, hésitante.

Elle regarda autour d'elle. Le tabouret était probablement irrécupérable. Il fallait le jeter. Et trouver comment le remplacer. Restait l'armoire. Elle plaignait l'ange si il fallait qu'il la remette en place tout seul. Il ferait mieux de demander à quelqu'un de l'aider. Mais il n'avait pas l'air de vouloir que quelqu'un d'autre soit mêlé à cette affaire. De nouveau, elle ressentit le piment de la curiosité. Que s'est-il passé à l'instant? Mais elle ravala ce sentiment tandis qu'une nouvelle idée germait dans sa tête.

"Si tu veux, je peux t'aider." proposa-t-elle en balayant la salle de classe d'un petit geste de la main. "Je ne sais pas si je pourrais faire grand-chose, vu que je ne suis pas très forte mais…"
Elle s'interrompit. Elle ne savait vraiment pas comment l'aider, mais elle aurait aimé faire quelque chose pour lui, après qu'il l'ait aidé pour la dématérialisation. Elle eut idée que la situation était comme inversée: c'était elle qui venait de le découvrir dans une situation où, manifestement, il ne voulait pas qu'on le découvre. Cela lui donna le courage nécessaire pour dire:
"Je peux aller chercher de l'aide, si tu veux. On aura qu'à dire qu'elle est tombée pendant que… Pendant que… (Elle laissa traîner son regard dans la pièce, cherchant une idée.)Pendant qu'on s'entraînait au cours de combat, par exemple…" Elle hésita. Ce n'était peut-être pas une très bonne idée. Elle n'aimait pas trop l'idée de mentir. "Comme tu veux… " termina-t-elle, penaude.

_________________
Ajartiel
Chef des Anges

avatar

Grade hiérarchique :
  • Général de Division

Points : 1000166
Messages : 409
MessageSujet: Re: Plus ça change, plus c'est pareil   Dim 17 Aoû - 15:52

[Message posté le Lun 3 Fév 2014, 23:01]
"Mais je pense pas qu'il y ait beaucoup de monde dans les parages, sinon, ils seraient venus aussi. … Non?"

Vu qu’avec l’inqualifiable tintamarre qu’il avait mené, c’était aussi discret qu’un pirate à l’église et qu’il aurait fallu être salement handicapé des esgourdes pour passer à côté de la pièce sans se poser de question... Merci Louna d’énoncer des faits si peu notoires !

Ajartiel renifla, réussissant à retenir ce commentaire de justesse. Voilà qu’il s’énervait contre la jeune Ange... Non, vraiment, qu’est-ce qui lui prenait aujourd’hui ? Il n’était pas si agressif d’ordinaire. Qu’il ait pété un câble contre Sarah-Ève, d’accord. Elle l’avait cherché. Du moins, du point de vue puéril et un brin paranoïaque de l’Hongrois. Mais Louna était bien trop hésitante dans ses paroles pour qu’on lui reproche une effronterie similaire à celle de la Sorcière. Il fallait vraiment qu’il se calme.

Soudainement, elle lui proposa de l’aider et il sourit, s’empêchant de rire. Comme elle le remarqua elle-même, il doutait qu’elle puisse soulever l’armoire. D’accord, elle ne pesait pas 200 livres (L’armoire, hein. Et la fille aussi, en fait...), mais déjà qu’il avait dû y mettre du muscle pour la jeter à terre et qu’il n’était pas trop sûr de la façon de s’y prendre pour faire l’inverse... Parce qu’en plus d’être lourd, y’avait pas spécialement de poignées sur ce machin... et pas d’espace pour glisser un levier dessous... Ô joie...

Lorsqu’elle suggéra d’aller chercher de l’aide, il ouvrit la bouche pour protester vivement, mais la suite de sa phrase n’était pas trop bête... Inventez un truc ? Ça, il savait le faire. Sauf que peut-être pas cette idée, quand même. Il se voyait mal expliquer qu’il avait tapé sur Louna avec un tabouret jusqu’à l’exploser et puis qu’il l’avait projetée tellement fort dans l’armoire qu’elle s’était renversée. Il n’avait pas les manières et la force de King Kong, tout de même !

Elle était vraiment sympa de vouloir l’aider, alors qu’elle ne lui devait rien. À part un bracelet. Qui l’avait fait pleurer. Peut-être qu’il y avait une loi qui disait que, quand on offrait un bracelet à quelqu’un, il vous devait une faveur après... Du coup, elle avait pleuré d’être ainsi condamnée à lui être redevable. Et, maintenant, elle cherchait à payer sa dette [del]de sang[/del] de macramé. Ou pas.


« Mais non, t’inquiète pas, j’peux le faire tout seul. En plus, elle était déjà comme ça quand je suis arrivé. », inventa-t-il en chassant les inquiétudes de la jeune femme d’un geste désinvolte de la main devant lui, bien trop sur-joué pour être crédible. Genre, pire mensonge depuis l’invention du sirop à la « cerise » (avec des guillemets géants)...

« Pourquoi c’est triste de recevoir un bracelet ? », interrogea-t-il ensuite, brusquement, passant du coq à l’âne. C’était possiblement un suicide relationnel que d’interroger une fille sur ses émotions, mais ça aurait le mérite de complètement changer le sujet... non ? Laissons pourrir l’armoire là où elle était !

_________________
Ajartiel, Le Plus Meilleur
Louna
Ange

avatar

Grade hiérarchique :
  • Sergent

Points : 393
Messages : 66
MessageSujet: Re: Plus ça change, plus c'est pareil   Dim 17 Aoû - 15:56

[Message posté le Jeu 27 Fév 2014, 07:08]
À sa réponse hésitante sur les probabilités qu'il y ait des gens à proximité, Ajartiel ne répondit que par un reniflement. Méprisant? Dubitatif? Louna avait du mal à comprendre ce que cela signifiait. Il ne dit rien et elle n'arrivait pas à voir ce qu'il en pensait. Elle laissa tomber. Si il aurait voulu des précisions, il aurait posé des questions, non?

« Mais non, t’inquiète pas, j’peux le faire tout seul. En plus, elle était déjà comme ça quand je suis arrivé. » Louna haussa les sourcils, incapable de feindre qu'elle le croyait. Mais oui, bien sûr. Elle ouvrit la bouche pour lui signifier qu'il ne fallait pas la prendre pour une imbécile et que son petit geste qui semblait dire: "mais voyons, très chèèèère, qu'allez-vous vous imaginez là?" ne trompait personne, mais elle la referma aussitôt. Le jour où Louna répondrait à quelqu'un de cette manière, les poules auraient des dents. Non, des crocs, même. Bref, elle se tût, comme d'habitude.

En revanche, Ajartiel semblait penser qu'il était temps de changer de sujet. Ou alors il était vraiment curieux. C'était difficile de savoir, avec lui. Mais quoiqu'il en soit, sa question ne fut absolument pas du gout de Louna. « Pourquoi c’est triste de recevoir un bracelet ? » Donc, il avait remarqué ses larmes. Son espoir qu'il oublie ça ou, du moins, qu'il évite de lui en parler, tomba mort sur le plancher. Abattu en plein vol. Louna retint une grimace de désespoir.

Elle ouvrit la bouche pour répondre, puis la referma, incapable d'explications rationnelles, avant de la réouvrir puis de la refermer. Superbe. Une magnifique imitation d'un poisson. Sa réflexion intérieure la fit rougir, elle baissa la tête, grattant le sol du bout du pied, ses longs cheveux noirs tombant de nouveau devant elle, la protégeant des regards. Il fallait qu'elle réponde, mais elle ne savait pas quoi dire. Elle savait pourquoi elle avait pleurer, mais elle ne voulait pas en parler. Raconter la mort de son père lui semblait à la fois difficile et trop personnel.

Ajartiel devait attendre sa réponse. Elle s'obligea à ouvrir la bouche une nouvelle fois et répondit à voix basse: "Ce n'est pas triste." Recevoir le bracelet ne l'avait pas fait pleurer. C'étaient ses souvenirs qui l'avaient fait pleurer. Tiens, c'était une bonne explication, ça. Claire et floue à la fois, parfait. À condition qu'il n'insiste pas, bien sûr. Ah non, il n'avait pas intérêt à insister! Et puis, qu'est-ce que ça lui faisait qu'elle pleure? Il ne pouvait pas laisser tranquille! Est-ce qu'elle posait des questions, elle?! Un début de colère la fit trembler légèrement. Elle redressa la tête et le fixa, avec dans les yeux à la fois une supplication ("Tu t'en fiches, hein? Oublies, qu'est-ce que ça te fait?") et une légère menace ("Laisses-moi tranquille!") et lâcha, brusquement:
"Ça m'a rappelé des souvenirs. Des souvenirs tristes. Voilà."

Elle tentait de rester calme, mais elle se tenait sur le qui-vive. Elle n'avait raconté à personne ce qui lui était arrivé avant sa mort. Sauf à Aryss, mais c'était différent. Aryss lui avait raconté sa vie, il était normal que Louna lui raconte la sienne. Et elles étaient amies. Et même avec elle, elle n'avait pas détaillé. Elle inspira un grand coup. Inutile de s'énerver. Elle reprit, plus calmement:
"Désolée. Je… Je n'aime pas trop parler de ça…"

Sa colère était déjà retombée. Il n'en restait qu'une assurance plus forte que d'habitude. Elle continua: "On a tous notre part de secret, pas vrai?" Elle fixait de nouveau le plancher. Puis elle eut une idée. Une idée qui lui permettrait peut-être de satisfaire sa curiosité. Elle inspira, cherchant à se donner le maximum d'assurance. Les traces, légères mais quand même, de sa colère l'aidèrent: après tout, si l'ange ne la ménageait pas, elle avait droit, elle aussi, de poser des questions. "Si je te réponds sincèrement, je veux dire, si je t'explique pourquoi je pleurais, tu me diras pourquoi le tabouret est cassé?" Elle lui jeta un regard empli d'espoir. C'était un bon échange, elle trouvait. S'il refusait, chacun gardait ses secrets et voilà. S'il acceptait, elle prendrait sur elle pour se confier, ce qui était un bon moyen de le remercier pour son explication à lui.

Elle espérait juste qu'il ne lui en voudrait pas de cette proposition. Mais elle ne le pensait pas. D'après ce qu'elle savait de l'ange, Ajartiel était quelqu'un de bonne composition. Bref, quelqu'un qui ne s'énervait pas pour rien. Non?

[Voilà! Et désolée pour le retard!!!]

_________________
Ajartiel
Chef des Anges

avatar

Grade hiérarchique :
  • Général de Division

Points : 1000166
Messages : 409
MessageSujet: Re: Plus ça change, plus c'est pareil   Dim 17 Aoû - 15:58

[Message posté le Sam 17 Mai 2014, 17]
Louna s’était transformée en truite. Non, pas au sens littéral, franchement. Après avoir grimacé presque douloureusement, comme harponnée, elle était là, plantée sur sa nageoire caudale ses deux pieds, ouvrant et fermant la bouche sporadiquement comme si elle manquait d’air. D’ailleurs, tiens, est-ce qu’elle s’étouffait ? Elle devenait rouge, soudainement. Truite rouge !

Ajartiel ouvrit également la bouche, ne sachant que dire, mais vraisemblablement, il fallait qu’il intervienne. Qu’il rétracte sa question ? Enfin, qu’il sauve la vie de cette pauvre fille sur le point de mourir de malaise. Elle avait baissé la tête, raclant le sol... dans l’espoir de se creuser un trou pour y disparaître ? Elle allait avoir du mal, à travers le béton, avec sa chaussure. Tant qu’à faire, le mieux c’était encore de juste se dématérialiser pour passer au travers... Averse d’Anges à l’étage des Vampires, zone à éviter ! Non, ce n’était pas drôle. En plus qu’il venait juste de la faire pour arriver à l’étage des Anges. Il n’était pas un exemple à imiter, hein.


"Ce n'est pas triste."

Quoi donc ? Ah oui, il lui avait posé une question. Le bracelet. Ah. Et elle avait l’air fâchée maintenant. Diantre. Se demandant vaguement dans un coin de son cerveau pourquoi elle lui lançait cet avertissement visuel, il nota surtout qu’il ne lui avait jamais vu ce regard là. Il avait irrité Louna. C’était possible ? Apparemment. Il devait être fier ou avoir peur ?

Puisque la jeune Ange se calma d’elle-même (et s’excusa), il choisit la première option, qu’il exprima par un léger sourire amusé. Néanmoins, il eut la décence de ne faire aucun commentaire. Ou bien il n’en eut pas le temps, puisqu’elle enchaîna :


"On a tous notre part de secret, pas vrai?"

Outch. Ses yeux toujours posés sur le magnifique parquet, elle semblait avoir lancé cette phrase comme ça, sans arrière pensée, mais l’Hongrois eut un doute. Il fronça les sourcils en perdant son sourire, fixant le sommet du crâne de son interlocutrice – puisqu’il ne pouvait voir son visage – comme s’il avait pu y lire ce qui s’y passait. Qu’est-ce que ça voulait dire, cette question ? Était-ce une critique ? Une accusation ?

Oh oui, Ajartiel avait des secrets. Trop pour les compter. Sa vie entière était un ramassis de mensonges les uns par-dessus les autres au point où lui-même avait du mal à différencier le vrai du faux. En s’efforçant de ne vivre que l’instant présent, il avait pris tous ses souvenirs et les avaient enfouis le plus loin possible. Si loin qu’il n’aurait su comment aller les récupérer. Il se surprit, sans comprendre pourquoi cette idée lui venait, à penser à sa mère... et réalisa qu’il ne se souvenait même pas à quoi elle ressemblait. Peut-être qu’un jour, il ne se rappellerait même plus s’il en avait eu une... peut-être que tout son baratin fictif prendrait la place de son passé réel. Était-ce une bonne chose ou pas ?


"Si je te réponds sincèrement, je veux dire, si je t'explique pourquoi je pleurais, tu me diras pourquoi le tabouret est cassé?"

Il n’avait pas remarqué qu’elle le regardait à nouveau. Woooh ! Il avait bien compris ? Elle... le manipulait ?! Ha ha ! Le Chef des Anges éclata de rire et retrouva instantanément un grand sourire. Ah oui, il l’avait sacrément sous-estimée, la Louna ! C’était une petite rusée, en fait. Elle qui n’avait l’air de rien, d’une enfant ingénue... Elle l’avait bien eu.


« Je t’aime bien, Louna ! », constata-t-il à voix haute, tout sourire.

Et il la planta là pour se diriger vers le cadavre de feu le tabouret. D’une main il ramassa le siège avec ses deux pattes intactes, de l’autre les deux pattes cassées.


« Je pourrais dire que je suis d’accord, écouter ton histoire et ensuite refuser de te dire la mienne. Peut-être que c’est mon genre de mentir. », insinua-t-il en revenant avec ses bouts de bois vers la jeune femme. Il était difficile de dire s’il blaguait. Toutefois, quand il reprit, c’était d’un ton plus sérieux :

« L’éternité, c’est long, Louna. Et c’est encore plus long si tu la passes à déprimer. Tu ne devrais pas pleurer. Aucune raison n’en vaut la peine. Peut-être que rien n’a d’importance, en fait, et qu’il vaut mieux se ficher de tout. Je n’ai pas de secret. Je n’ai que des centaines d’histoires qui n’ont pas d’importance. Ça – Il désigna les morceaux de bois qu’il tenait – c’est une de celles-là. C’est du passé et, donc, ça vaut rien. »

_________________
Ajartiel, Le Plus Meilleur
Louna
Ange

avatar

Grade hiérarchique :
  • Sergent

Points : 393
Messages : 66
MessageSujet: Re: Plus ça change, plus c'est pareil   Dim 17 Aoû - 16:00

[Message posté le Dim 1 Juin 2014, 12:22]
À sa question pleine d'espoir, l'ange éclata de rire. Surprise, Louna se demanda ce qui était si drôle. Elle se sentit rougir un peu, légèrement gênée, tant elle trouvait embarrassant de ne pas comprendre ce qui se passait, mais sans baisser ses yeux écarquillés, consciente qu'il n'y avait aucune moquerie dans ce grand rire amusé. Tentant de deviner si cela signifiait qu'il acceptait ou refusait le marché qu'elle lui proposait, elle regarda l'ange lancer tranquillement:
"Je t'aime bien, Louna!" (ce qui eut le don de la plonger dans la perplexité la plus complète) avant qu'il ne se détourne pour aller ramasser les débris de tabouret.

Elle n'eut pas le temps de songer à une réponse appropriée. Déjà, il revenait vers elle:
« Je pourrais dire que je suis d’accord, écouter ton histoire et ensuite refuser de te dire la mienne. Peut-être que c’est mon genre de mentir. »
Elle le considéra, méfiante. Elle avait eu l'impression qu'il était plutôt quelqu'un d'honnête, mais elle ne le connaissait pas suffisamment pour savoir si cela était vrai ou pas. Et elle n'aurait pas aimé qu'il la dupe de cette façon. Elle devrait peut-être exiger qu'il réponde en premier? Mais en même temps, lui non plus n'était pas obligé de la croire. Alors que faire? Elle en était à se demander si finalement, ce n'était pas une blague, quand il déclara, enfin sérieux:
« L’éternité, c’est long, Louna. Et c’est encore plus long si tu la passes à déprimer. Tu ne devrais pas pleurer. Aucune raison n’en vaut la peine. Peut-être que rien n’a d’importance, en fait, et qu’il vaut mieux se ficher de tout. Je n’ai pas de secret. Je n’ai que des centaines d’histoires qui n’ont pas d’importance. Ça, c’est une de celles-là. C’est du passé et, donc, ça vaut rien. »

Choquée, Louna ouvrit la bouche pour répondre, mais ce qu'il venait de dire la surprenait tellement que rien n'en sortit. Des milliers d'arguments lui vinrent d'un coup et les mots se bousculèrent dans sa bouche. Tous les souvenirs qu'elles possédaient (ceux de ces temps heureux à jamais enfuis, ceux de sa nouvelle vie à la CAT ou encore ceux de sa longue errance après son réveil, ou enfin ceux de la période la plus noire) lui virent en tête en même temps, en flashs lumineux et rapides qui la firent trembler. Une émotion étrange s'empara d'elle et elle se redressa, une flamme dans les yeux. Ce n'étaient pas vraiment de la colère, plutôt de l'indignation et de l'incompréhension. Sa timidité disparût sous le sentiment qu'elle devait répondre, maintenant, là, tout de suite. Elle fit un pas vers l'ange et lança, d'une vois vibrante:
"Je ne suis pas d'accord! Le passé, c'est important! C'est ce qui te définit! Si ma vie avait été différente, je ne serais pas comme ça! Tu n'as pas le droit de dire ça!"

Malgré elle, sa voix avait pris un ton plaintif, presque enfantin. Elle reprit sa respiration et continua, d'une voix d'abord plus posée puis de moins en moins maîtrisée:
"Si tu veux oublier ton passé ou te ficher de tout, comme tu dis, ça ne me regarde pas. Mais tu n'as pas le droit de traiter le passé des autres de la même façon! Je sais que je ne devrais pas pleurer! Je… Je suis trop émotive, je sais ça aussi! J'ai décidé que je me corrigerais, et je le ferais! Tu… Tu as raison de dire que je ne dois pas déprimer, et, d'ailleurs, je ne déprime pas! Je… Ça fait longtemps qu'on a pas été gentil avec moi, et ici, à la CAT, tout le monde est sympa, enfin, je trouve, pour le moment! (Et elle revit les visages de Sarah-Ève, de Nihil et d'Aryss) Voilà pourquoi je pleurais, mais ce n'est pas de la tristesse, je suis juste heureuse d'être ici! Voilà. "

Elle se calmait progressivement. Elle reprit, d'une voix plus douce et plus calme, ses yeux pour une fois plantés dans ceux de l'ange:
"Il ne faut pas se ficher de tout. Il y a des choses importantes, dans la vie. Pour moi, le passé, c'est important. Et être ici, c'est important aussi. J'ai pris la décision d'avancer, de me tourner vers l'avenir, et j'essaye de m'y tenir, ce n'est pas facile, mais, pour moi, c'est important. "

Elle soupira, baissa les yeux, murmura: "Tu sais, Ajartiel, je te suis très reconnaissante, à toi et aux autres chefs de la CAT. Vous m'avez donné l'opportunité de recommencer une vie, et, ça, je ne l'oublierai jamais. (Elle passa sous silence les autres choses qu'être là lui apportait: des amis, la fin de cette impression qu'être un ange était une preuve de sa culpabilité, la possibilité de savoir manier des pouvoirs qu'elle ignorait posséder, la sécurité, les livres…) Mais il y a certaines choses que je ne peux pas et ne veux pas oublier. Alors, s'il-te-plaît, ne dis plus ça. Mon passé, je ne veux pas l'oublier. Et je ne veux pas que toutes les choses que j'aime perdent leur importance. Parce que c'est ça qui me fait avancer. Sans ces trucs importants et mes souvenirs, je… Je ne suis plus grand chose."
Sa dernière phrase était à peine audible, et ses joues étaient redevenues rouges. Elle espérait qu'il ne se fâcherait pas. Elle savait bien qu'il n'avait pas dit ça de manière méchante ou pour la blesser intentionnellement, mais ses paroles remuaient trop de choses en elle.

Elle inspira, expira, et finit par dire: "En tout cas, c'est mon avis. J'ai peut-être tord, mais j'ai beaucoup pensé à toutes ses choses là, et c'est l'opinion, que j'en ai, maintenant." Son ton était ferme même si elle parlait à voix très basse. Elle baissa la tête, laissant ses cheveux voiler de nouveau son visage. Pourvu qu'Ajartiel ne prenne pas mal son petit discours!

_________________
Ajartiel
Chef des Anges

avatar

Grade hiérarchique :
  • Général de Division

Points : 1000166
Messages : 409
MessageSujet: Re: Plus ça change, plus c'est pareil   Dim 17 Aoû - 16:03

[Message posté le Mer 18 Juin 2014, 00:50]
Ajartiel voulu poursuivre son chemin jusqu’à la porte de la salle pour déposer les débris du tabouret dans la corbeille à papiers qui s’y trouvait (Ce n’était pas fait pour des morceaux de meuble, mais bon... C’était toujours mieux que de les laisser sur les lieux du crime.), sauf qu’il fut interrompu par l’éclat de voix colérique de Louna. Oh là... Il avait donc réussi à même lui faire dépasser le stade de la simple irritation. Il faisait fort aujourd’hui. La jeune femme s’était en plus avancée vers lui, en signe de provocation presque.

Par contre, elle sembla vite essouffler sa hargne. Elle se lança dans un grand discours un peu décousu qui donna au chef des Anges l’impression que, au final, elle essayait de se convaincre elle-même plus qu’autre chose. Ou bien il faudrait sérieusement qu’elle travaille sa façon de présenter des arguments solides.


« Voilà pourquoi je pleurais, mais ce n'est pas de la tristesse, je suis juste heureuse d'être ici! Voilà. »

Voilà... Une vraie fille... Pleurer parce qu’on est content, non mais... L’Hongrois ne roula pas des yeux, mais presque. Heureusement pour Louna, il ne se sentait pas suffisamment menacé par elle pour la tourner en dérision, ce qui était généralement sa façon d’agir, par réflexe, lorsqu’on l’engueulait. Il pu donc se contenter de la regarder sans réagir, le visage neutre.

La jeune Ange entreprit de lui expliquer en quoi le passé était une bonne chose. Elle s’était calmée, une attitude à laquelle Ajartiel n’était pas habitué. En général, les gens s’emportaient pour défendre leur point de vue haut et fort. Cependant, Louna, elle, le lui expliquait d’une voix douce qu’il n’aimât pas. Le considérait-elle comme un pauvre gamin à qui il faut expliquer les choses de la vie ? Mécontent, il serra plus fermement les pattes de bois qu’il tenait toujours, mais n’interrompit pas pour autant son interlocutrice. Louna reflétait un air bien trop innocent pour qu’il pût lui crier à la figure qu’elle était stupide. Et, en même temps, la tactique de la jeune femme de resté posée fonctionnait un peu sur le mauvais caractère de son chef. Il était moins en pétard que lorsque Sarah-Ève avait elle-aussi décidé de lui faire la leçon, avec ses grands airs à la Joëlann. Elle réussit donc au moins à faire en sorte qu’il l’écoute.

Par contre, il ne comprit pas grand-chose à ce qu’elle racontait. Le passé c’est important, mais elle veut se tourner vers l’avenir ? Ce n’était pas un peu beaucoup contradictoire ? Pour avancer, forcément, il fallait tourner le dos au passé, accepté de s’en départir. Sinon, ça revenait à vouloir marcher avec un pied coulé dans le béton, derrière soi. C’était être pris avec un tas de « Et si » et plein d’a priori de la part de ceux qui vous ont connu ‘‘avant’’.


« Sans ces trucs importants et mes souvenirs, je… Je ne suis plus grand chose. »

Ah ! Ce n’était pas plutôt ça, sa raison de ne pas vouloir oublier ? Se définir par ce qu’on a été et avoir peur du changement. C’était une attitude de trouillard, confirmée par le ton à peine audible sur lequel elle avait fait cet aveu.

Elle conclue en annonçant que c’était son opinion, point barre, et retourna se planquer derrière ses cheveux. Deux ou trois secondes de silence passèrent et puis Ajartiel haussa les épaules, las.


« Meh. », fut sa réaction à la tirade de son élève.

Puis il reprit sans plus de cérémonie son chemin vers la porte d’entrée de la classe. Au moins, il avait entendu ce qu’elle avait dit. Avec quelqu’un d’autre, il aurait certainement perdu toute capacité d’écoute dès le début de la conversation. Néanmoins, elle était loin de l’avoir convaincu.


« Je refuse d’être un souvenir. », siffla-t-il de façon presque inaudible entre ses dents, se parlant à lui-même. Une phrase qui n’avait, par ailleurs, pas beaucoup de sens. En fait, l’Ange refusait carrément de reconnaître l’existence du passé quel qu’il soit, le sien ou pas, et qu’on parle du lui ‘‘d’avant’’, même si ce ‘‘avant’’ désignait la veille. Seul comptait le présent. Seul compterait toujours le présent.

Le Magyar laissa tomber les pattes brisées dans la corbeille et déposa le reste du corps mort à côté, parce qu’il était trop gros pour y entrer. Il revint ensuite vers l’armoire, puisqu’il lui faudrait bien l’affronter. Il n’accorda pas plus d’attention à Louna, ne sachant pas avec certitude s’il était en colère contre elle ou pas. Il s’agenouilla devant le meuble, chercha un creux pour y glisser ses doigts, n’en trouva pas et grogna son mécontentement :


« Stupide meuble. »

Parce que, clairement, c’était la faute de l’étagère, pas la sienne.

_________________
Ajartiel, Le Plus Meilleur
Louna
Ange

avatar

Grade hiérarchique :
  • Sergent

Points : 393
Messages : 66
MessageSujet: Re: Plus ça change, plus c'est pareil   Dim 17 Aoû - 16:06

[Message posté le Lun 23 Juin 2014, 10:40]
Louna jeta un regard à son chef à travers le voile de ses cheveux. Elle n'arrivait pas à savoir s'il était en colère ou s'il s'en fichait éperdument. Sa seule réaction à son discours fut un haussement d'épaule. Louna baissa les yeux de nouveau. Elle s'en voulait d'avoir parlé, maintenant. Elle se demanda si elle devait s'excuser. Ou réexpliquer, peut-être de manière un peu plus clair, ce qu'elle venait de dire. Pourquoi est-ce que c'était si difficile, d'expliquer ce que l'on pense aux gens?

Plongée dans ses pensées et très mal à l'aise, elle n'entendit pas la petite phrase de l'ange. De toute façon, elle aurait eu du mal à y répondre. Elle ne contestait pas qu'Ajartiel put avoir une autre façon de voir le passé et l'avenir, elle lui demandait juste de respecter sa manière de vivre à elle. Elle avait eu tellement de mal à construire ce fragile équilibre! Elle finit par murmure un "Désolée…" inaudible. Sans savoir exactement pourquoi elle s'excusait, d'ailleurs.

Relevant un peu (un tout petit peu) la tête, elle s'aperçut que son chef était en train de poser les restes du tabouret dedans et à côté de la corbeille. Elle se fit la réflexion intérieure que ça ne servait strictement à rien, mais n'osa pas ouvrir la bouche. Ajartiel agissait exactement comme si elle n'était pas là, s'approchant de l'armoire, tentant de la soulever sans y parvenir. Cela lui permit de reprendre un peu de contenance. Apparemment, son petit éclat était oublié: tant mieux! Elle n'aurait pas aimé se fâcher avec Ajartiel, parce que c'était son chef, d'une, et parce qu'il l'avait aidé à plusieurs reprises.

Elle s'approcha en catimini de l'armoire. Elle se demandait comment faire. Dommage qu'il n'y ait pas de prise dessous, sinon ils auraient pu faire levier avec un morceau de bois du tabouret. Qui se serait explosé à la première occasion. Non, mauvaise idée. De toute façon, à deux, face à une armoire aussi lourde, sans compter qu'elle n'était pas très forte, ils n'avaient aucune chance, il fallait voir les choses en face.

Brusquement, une autre idée lui vint. Quelle heure était-il? D'ici peu, des gens allaient sûrement venir, que ce soit pour un cours ou pour un peu d'entraînement personnel. Si on pouvait en profiter pour qu'ils aident… Au fur et à mesure qu'elle y pensait, une idée germait dans sa tête. Elle hésita encore puis proposa d'une petite voix:

"Euh… Pour l'armoire, ce qu'on peut faire… Je me disais… Si on allait chercher d'autres gens pour nous aider? On dit qu'on est venu s'entraîner, et qu'on a trouvé la salle comme ça. Personne ne pourra nous contredire. Je… Je pense vraiment que personne n'a rien entendu." Après tout, les couloirs étaient déserts, quand elle était arrivée. "Bien sûr, je ne dirais rien! ajouta-t-elle précipitamment. Même, je… je peux dire que je t'avais demandé de m'entraîner…"

Elle ne savait pas vraiment si c'était une bonne idée. Mais elle ne voyait pas d'autres moyens de rétablir la situation. "C'est plausible, que quelqu'un l'ait fait tombé et n'ait rien osé dire, non? De toute façon, je… Je pense qu'on nous croira…" Louna ne pouvait imaginer qu'on puisse soupçonner Ajartiel de détruire du mobilier. C'était le chef des Anges, tout de même!

"On peut même faire comme si on recherchait le coupable…" Sans s'en rendre compte, elle avait pris une moue dubitative. Ce n'était sans doute pas la peine d'aller aussi loin. Mais bon. Ça pouvait parfaire la mise en scène. Elle s'aperçut qu'elle agissait comme si sa proposition était acceptée, aussi s'empressa-t-elle d'ajouter: "Enfin, si tu es d'accord… C'est comme tu veux…"

Et puis elle se tint là, aussi silencieuse et immobile que l'armoire.

[Voilà, je te propose cette solution là pour qu'on puisse conclure. Mais si tu as d'autres idées, ça me va aussi. ^^]

_________________
Ajartiel
Chef des Anges

avatar

Grade hiérarchique :
  • Général de Division

Points : 1000166
Messages : 409
MessageSujet: Re: Plus ça change, plus c'est pareil   Sam 15 Nov - 0:14

Louna cherchait encore à l'aider. Cette fille était décidément trop gentille pour son propre bien. À sa place, Ajartiel aurait saisit la première occasion pour se tirer. Il avait toujours eu un certains talent pour éviter les ennuis... Bon, d'accord, gros mensonge. Disons plutôt pour les ignorer jusqu'à ce qu'ils passent d'eux-mêmes ou que quelqu'un les règlent à sa place. Laisser les autres se démerder, même s'il était responsable du couac, ne lui posait pas vraiment de cas de conscience. Il aurait déjà fallu qu'il en ait une. Par conséquent, il n'était clairement pas du genre à mettre les mains à la pâte pour un truc qui ne le concernait ni de près ni de loin et qui risquait de lui retomber dessus au moindre faux pas. Contrairement à Louna.

"C'est plausible, que quelqu'un l'ait fait tombé et n'ait rien osé dire, non ? De toute façon, je... Je pense qu'on nous croira... On peut même faire comme si on recherchait le coupable..."

Pas faux. L'Ange se redressa pensivement et se tourna vers son élève, la dévisageant avec un léger sourire distrait alors qu'une idée naissait dans son cerveau. Peut-être pas la meilleure, considérant la quantité de réactions irrationnelles qu'il avait eu juste dans la dernière heure. Aujourd'hui était un jour où les faits et gestes du Chef des Anges étaient particulièrement difficiles à prévoir. Ça devait être son côté féminin qui ressortait...


« T'as raison. », lui accorda-t-il après quelques secondes de silence.

Son sourire insouciant réapparu et il revint vers la jeune femme, abandonnant l’armoire à son triste sort. De toute façon, inutile de se faire des idées, ce n’était pas lui tout seul qui allait la remettre en place. À moins que la gravité décide soudainement d’être de son côté, mais y’avait clairement peu de chances que ça se produise... En fait, il allait probablement falloir les muscles d’un Vampire. Qu’est-ce qu’il avait bien pu foutre dans cette armoire ? Des briques ? En fait... ouais... c’était p’t’être ça. Il avait fait un exercice de vol avec des poids la semaine dernière ou celle d’avant... Roh, mais il pouvait pas savoir ! Bref, toujours est-il que l’idée de Louna, par contre, avait du potentiel...


« T’inquiète, je suis bon comédien. Et toi ? », interrogea-t-il, sans toutefois attendre une réponse.

Car si l’idée de la brunette lui avait plu, ce n’était pas exactement celle qu’il choisit. Peut-être parce que c’était tout à fait son genre de mordre la main tendue. Ajartiel avait toujours été bon pour ficher en l’air les efforts que les gens faisaient à son égard. Peut-être parce que, oui, il était quand même un peu en colère contre elle, contre tous ces gens qui lui faisaient des sermons. Mais probablement, surtout, parce qu’il avait toujours su se débrouiller seul et il le prouverait encore cette fois.

C’est ainsi que, sans se soucier de la réaction de la jeune Ange, l’Hongrois se laissa tomber vers l’arrière. Comme avec Sarah-Ève. Et comme avec Sarah-Ève, il se dématérialisa, traversant le plancher et disparaissant à l’étage des Vampires, loin des lieux du crime...


[Tu aimes ? xD]

_________________
Ajartiel, Le Plus Meilleur
Louna
Ange

avatar

Grade hiérarchique :
  • Sergent

Points : 393
Messages : 66
MessageSujet: Re: Plus ça change, plus c'est pareil   Jeu 22 Jan - 17:32

Apparemment, sa proposition était, sinon acceptée, au moins recevable.
« T’inquiète, je suis bon comédien. Et toi ? »
Bonne comédienne? Pas vraiment mais bon… Elle ne dit rien, parce qu'elle ne savait pas quoi répondre et parce qu'elle se doutait qu'il n'attendait pas de réponse, de toute manière. Elle se demanda ce qu'il comptait faire. Avait-il vraiment l'intention de suivre son idée? Elle en doutait. Et elle avait raison. En revanche, elle ne s'attendait pas du tout, mais pas du tout, à ce qui suivit.

Il se dématérialisa. Comme ça. D'un coup, il traversa le plancher et disparut. Sa première réaction fut: Quoi? Il veut que je le suive? Mais c'était impossible. Elle n'était pas assez douée pour ça. Et Ajartiel le savait bien.

Peut-être voulait-il aller chercher quelqu'un. Ou alors, il avait décidé de fuir les lieux du crime. Peut-être qu'il espérait qu'elle reste là pour l'aider quand il reviendrait? Mais s'il ne revenait pas? En tout cas, son idée avait été clairement rejetée. Du moins, elle ne voyait pas comment interpréter cela différemment. Elle hésita sur la conduite à tenir.

Il y a longtemps, avant la tragédie qui avait bouleversée sa vie, elle se serait fâchée et aurait peut-être pris le risque de se dématérialiser pour suivre l'ange et lui dire sa façon de penser. Elle aurait eu suffisamment confiance en elle pour le faire. Aujourd'hui, elle doutait trop d'elle pour ça. Elle n'aimait pas la façon dont Ajartiel s'était comporté avec elle, mais elle ne parvenait pas à le remettre en question, parce que c'était son chef, parce qu'il l'avait aidé et parce qu'elle ne croyait pas suffisamment en elle-même pour penser qu'elle avait plus raison que quelqu'un d'autre.

D'où son hésitation. Que faire? Elle avait vraiment l'impression qu'elle avait fait tout ce qu'elle pouvait. Et surtout, elle se sentait vraiment inutile. Ajartiel ne lui avait rien demandé et elle ne pouvait pas attendre indéfiniment, non? Elle regarda autour d'elle. Il n'y avait vraiment qu'elle puisse faire. Elle hésita encore un peu. Puis, elle tourna les talons, poussa la porte et s'en alla. Si Ajartiel avait besoin d'elle, il irait la chercher. Elle était facile à trouver: elle était à la bibliothèque.

_________________
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Plus ça change, plus c'est pareil   

 

Plus ça change, plus c'est pareil

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» On ne change pas une equipe qui gagne
» Sommes-nous pareil?
» DOLLARISATION / À chaque entreprise son taux de change
» Faudrait que je change mon portable: que me conseillerz vous
» On ne change pas un loup solitaire...[Lorelai & Linfa]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
C.A.T. - Créatures Anonymes de la Terre :: Aire des Anges (4e Sous-Sol) :: Classe-