AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Hello !

Partagez | 
 

 Nihil veut une couette.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nihil
Elfe

avatar

Grade hiérarchique :
  • Caporal

Points : 360
Messages : 72
MessageSujet: Nihil veut une couette.   Mer 25 Juin - 14:58

[Message posté le Mer 25 Sep 2013, 15:24]
Dihil avait un rhube. Bas un drès gros bais un rhube guand bêbe. Elle s’était réveillée en sursaut ce matin-là, à cause du froid. Le soleil artificiel n’était pas encore apparu à l'horizon ; en regardant son réveil, elle vit qu’il était 4h12 (ce qui ne l’avançait pas beaucoup, vu qu’elle se repérait plutôt grâce à l’astre solaire dans la journée)… Crotte de bouc. Même Sko, roulé en boule sur son dos, ne lui tenait pas assez au chaud, alors que c'était un vrai radiateur, d'habitude.

Elle renifla, puis essaya tout d’abord de se couvrir de couches de vêtements, mais rien à faire, elle avait toujours froid, et comme elle s’était énervée sur ses fringues, roulées en boule pêle-mêle dans son petit placard, à essayer de trouver un truc à peu près chaud et mettable, elle n’avait plus du tout envie de se rendormir. Elle re-renifla, soupira, éternua, se moucha et se résolut à sortir. Mission : trouver une couette supplémentaire. Sko l’accompagna, les yeux alertes, dans l’espoir que cette sortie nocturne allait aboutir à quelque repas improvisé, mais Nihil n’en avait pas l’intention. Du moins pas dans l’immédiat. Fermant la porte de sa piaule, puis descendant précautionneusement l’échelle, Sko sous un bras (il était quand même lourd dis-donc) pour arriver au pied du gros châtaigner qui soutenait sa cabane, elle se dirigea d’un pas rapide vers l’entrée des bâtiments intérieurs (c'est une redondance mais tant pis).

Elle fut surprise, comme toujours, par le peu d’activité qui y régnait à cette heure du jour. Les gens aimaient apparemment se conforter dans une petite routine, avec des horaires de lever bien précis, et pareil pour le coucher. Elle, ses horaires de sommeil variaient constamment. Et tant pis si c’était pas bon pour l’organisme, ça lui permettait de voir le soleil et la nuit différemment chaque jour. Tout ce qui prenait l'apparence d'une routine l'agaçait et lui donnait l'impression de perdre son temps.

Elle passa devant la cantine, sans prendre le temps de s’y arrêter au grand désespoir de Sko qui aurait bien fait une petite étape, mais elle n’avait pas encore faim. Et puis aucune odeur n’arrivait à son nez bouché, donc la tentation était bien faible pour elle. Bon. Mais c’était où qu’on pouvait dégotter une couette ?

Comme d’habitude, elle maudit son sens de l’orientation plutôt catastrophique. Elle était tout à fait capable de se repérer en extérieur : soleil le jour et éventuellement étoiles les nuits claires lui servaient de boussoles, comme le lui avait appris sa Grande-Tante la fée durant son enfance. Mais quand toute lumière est artificielle, c’est quand même galère. Et puis même dans le cloître extérieur, le soleil n’était pas positionné exactement pareil qu’en France, il lui avait semblé. De toutes façons, elle doutait que le soleil ait pu l'informer sur l'endroit où trouver un édredon. Mais bon. Elle avait pu se rendre compte que la meilleure manière de trouver un lieu dans le genre d’endroits auquel appartenait la C.A.T. était d’avancer dans n’importe quelle direction, de toute façon y avait des panneaux partout. Sachant qu’elle était dans l’un des étages les plus élevés, elle décida que le mieux était de descendre. Elle s’amusa comme toujours en regardant Sko galérer sur les marches, qui n'étaient décidément pas faites pour les quadrupèdes, puis eu pitié de lui et le porta sur ses épaules, autour du cou.

Bon, on était où, là ? Arg. Sorciers. Mauvaise pioche. Elle avait tout à fait conscience que c’était stupide, mais elle prit tout de même l’escalier qui descendait encore plus bas. En regardant les panneaux, elle sut qu’elle était chez les Anges. Ce qui voulait dire que plus bas, c’était les vampires, puisque logiquement, il ne restait plus que leur étage. Ils lui foutaient encore un peu la chair de poule, eux. Donc elle décida par défaut de se balader dans l’étage des Anges. Peut-être qu’elle tomberait sur une pièce avec un écriteau « Distributeur de couettes, plumes d’anges véritables » quelque part. Haha. Enfin bon, elle avait pu se rendre compte que c’était pas très durable comme matériau de toute façon.

Elle prit le temps de fureter un peu. Mais bon, pas de distributeur de couette apparemment. Et personne dans les couloirs. Ils dormaient tous, faut croire. En un sens, elle préférait ça – elle se sentait toujours un peu mal à l’aise face aux êtres humains, en face desquels il fallait toujours adopter un comportement qu’elle ne trouvait pas complètement naturel. Mais d'un autre côté... D'un autre côté, elle était plutôt contente d’être ici, au milieu d'autres gens, quand même. Elle avait dû se rendre à l’évidence : personne ici n’avait jamais tenté de l’agresser physiquement, et tous ses réflexes défensifs et les précautions qu’elle croyait naturelles et communes à tout individu normal (ne jamais tourner le dos à quelqu’un, ne jamais perdre de vue la personne en face de soi, toujours être à l’affut de chacun de ses mouvements et réagir à tout mouvement brusque ou suspect) étaient en quelques sortes superflus. Mais elle ne parvenait pas à les abandonner, et à arrêter de se méfier de tous. En même temps, quand elle agissait de manière naturelle, c’était pas la bonne réaction. Par exemple, c’était dangereux de suivre une impulsion et d’arracher une plume à un ange pour mieux la regarder. Enfin, après coup, même l’elfe était capable de voir que c’était stupide. N’importe qui aurait arraché la tête de celui qui aurait fait ça. En tout cas, elle sûrement. Mwahaha.

Toujours à ses réflexions, ses pas l’amenèrent dans une pièce aux tons jaunes. Pas de couettes ici non plus. Mais par contre, y avait plein de gros coussins bien moelleux.

« Ouaaais ! » dit-elle tout bas, sans trop troubler le silence qui régnait à cette heure du jour – 4h46 selon l’horloge au mur. Elle rassembla tous les coussins près d’un mur et s’aménagea un joli petit nid douillet, dans un petit coin contre l’étagère d’une bibliothèque. La chaleur ici était agréable. Il faisait meilleur qu’en haut de son arbre, au moins. Elle sortit un mouchoir d’une des multiples poches de son pantalon kaki, se moucha, le rangea, puis resta là, sans bouger, en fermant les yeux. C’était assez désagréable, ce foutu rhume quand même. Rien de bien méchant, mais son odorat était quasiment neutralisé, et ses oreilles résonnaient des battements de son cœur. Sko s’installa confortablement sur ses jambes étendues. Elle n’avait même pas envie de tendre la main pour attraper un bouquin.

En fait, à ce moment précis, elle aurait voulu être en train de courir, de bouger, de faire n’importe quoi de physique. Depuis qu’elle n’avait plus son poignard, confisqué à son arrivée, elle n’avait pas chassé, et avait suivi un régime végétarien, à par les quelques morceaux de viande qu’elle avait mangé à la cantine (du bœuf, une viande qu’elle n’avait pas souvent eu l’occasion de manger… miam), et son activité physique avait considérablement décru.

Elle soupira, s’étira les bras, et ouvrit les yeux en baillant. Et sursauta. Y avait quelqu’un, là, qu’elle n’avait ni senti ni entendu arriver. Elle sauta sur ses pieds au milieu des coussins, ignorant le glapissement du renard réveillé en sursaut [eeet oui, le renard glapit, faudra le dire à Ylvis… WHAT THE FOOOX SAYS x)] et tombé brutalement des genoux de l’elfe (il n’avait pas mis longtemps à s’endormir, hein…). Par réflexe, elle adopta une posture défensive, puis se rappela ses dernières réflexions, et essaya de paraître naturelle – l’arrivant n’était probablement pas venu là pour l’attaquer, s’obligea-t-elle à penser – mais sans succès : la seule posture naturelle qui lui venait, c’était celle-là.

Gênée, elle ne trouva rien à dire, et se contenta de fixer sur l’arrivant ses yeux verts, avec un regard interrogatif et méfiant, Sko prenant position juste devant elle, debout sur ses quatre pattes, et attendit que l’intrus s’exprime.



[J'avais pas trop d'idée pour commencer x) mais bon, au final, j'ai pas mal écrit pour un sujet comme une couette...]

_________________
Plop !
Ajartiel
Chef des Anges

avatar

Grade hiérarchique :
  • Général de Division

Points : 1000161
Messages : 400
MessageSujet: Re: Nihil veut une couette.   Mer 25 Juin - 15:51

[Message posté le Dim 29 Sep 2013, 23:19]
On aurait pu raisonnablement croire qu’un type qui avait vécu au moyen-âge, passant la majorité de sa vie à dormir sur une paillasse – au bon vieux sens du terme – et le reste carrément sur le sol, aurait particulièrement su apprécier le confort des matelas du vingt-et-unième siècle... Que neni. Ajartiel dormait dans un hamac. C’est d’ailleurs au fond de cette grande toile tendue entre les murs de sa chambre que le chef des Anges roupillait tranquillement en cette tranquille nuit au fin fond des entrailles de la C.A.T.. Néanmoins, cela ne dura pas.

Alors que, à la surface, il n’y avait pas encore la moindre petite trace d’un début de lumière solaire, Ajartiel ouvrit d’un coup les yeux, bien réveillé. Quelle heure était-il ? Il n’aurait pas su le dire. Oh, il avait une montre... quelque part. Mais même s’il avait réussit à remettre la main dessus parmi l’amoncellement de machins inutiles qui trônait dans ses appartements, les chances étaient plus que fortes que les batteries soient mortes. Quand il avait découvert l’existence de cette petite merveille de technologie, capable d’indiquer l’heure comme ça, presque magiquement, il lui en avait fallu une. Sauf qu’au final, c’était beaucoup trop compliqué et il avait laissé tombé. En plus, il y avait des horloges partout dans la base, alors à quoi bon...

Décidant que, peu importe les chiffres, il était l’heure de se lever – parce qu’il ne se serait pas réveillé si ça n’avait pas été le cas – le Magyar s’extirpa en un bond de son ‘‘lit’’ et s’étira en baillant. Ajartiel était depuis toujours un lève-tôt. Et si cela était soi-disant censé lui livrer le monde (ou était-ce l’avenir ?), ça faisait surtout en sorte de le laisser seul avec lui-même tous les matins, dans l’attente d’autres personnes matinales... ou d’un insomniaque qui passait par là. Il n’était pas difficile. Bref, il fit donc encore une fois face à la première question qui lui venait chaque jour : quoi faire en attendant ?

Il sortit de ses appartements sans se changer, son pyjama se composant d’un pantalon de jogging et d’un T-shirt qui avait connu des jours meilleurs, pour jeter un oeil à l’horloge du salon. Il alla ensuite le chercher, parce qu’il n’avait pas envi de rester cyclope. Même pas cinq heures du matin... C’était tôt, même pour lui, ce que lui rappelaient les lumières tamisées pour la nuit. Que faire, que faire ?

Il s’avança de quelques pas indéterminés au-dehors de sa chambre, espérant possiblement un signe divin pour lui donner une idée de passe-temps. C’est alors qu’il avisa le remue-ménage. Il n’était absolument pas versé dans l’art du rangement et ne portait donc pas grand attention à l’arrangement d’une pièce, mais... n’y avait-il pas des coussins partout ? Fronçant les sourcils, il porta son regard au pied de la bibliothèque où ils avaient été tous empilés et s’en approcha. Il n’avisa la personne qui s’y trouvait que lorsque celle-ci sursauta avec la grâce d’un clown hors de sa boîte. En vérité, Ajartiel fut aussi surpris qu’elle et recula en mettant les mains devant lui, par reflexe.

Ils restèrent quelques secondes à se regarder comme ça, les yeux dans les yeux, un renard se joignant à la partie, avant qu’il ne devienne évident qu’il n’y avait rien à craindre. ‘‘Invasion de la W.E.F. ! Nous revendiquons tous vos oreillers !’’ N’importe quoi. Alors le chef des Anges se détendit et son éternel sourire revint en place.


« Bon matin ! », lança-t-il joyeusement.

_________________
Ajartiel, Le Plus Meilleur
Nihil
Elfe

avatar

Grade hiérarchique :
  • Caporal

Points : 360
Messages : 72
MessageSujet: Re: Nihil veut une couette.   Mer 25 Juin - 15:53

[Message posté le Mar 1 Oct 2013, 06:53]
Nihil eut l’occasion d’observer l’arrivant tandis qu’ils se fixaient tous les deux dans le blanc des yeux, apparemment aussi surpris l’un que l’autre si elle en jugeait par sa réaction de recul. C’était encore une bestiole ailée, mais toujours pas une fée. A croire que celles-ci étaient les seules vraies créatures de légendes (elle en avait quand même vues quelques-unes, mais pas beaucoup). Il était plus petit qu’elle, mais quand même pas autant que sa Grande-Tante. Et puis il avait de belles ailes d’ange à plumes blanches (*dont il vaut mieux ne pas s’approcher*, pensa Nihil, se rappelant quelques mauvais souvenirs…). Et puis on était à l’étage des anges donc c’était logique que ceux qu’elle croise soient surtout des séraphins ou des chérubins, plutôt que des fées. Il avait l’air habillé de manière super confortable, nota l’elfe, enviant presque le jogging qu’il avait mis. Ca avait l’air plus chaud et souple que son propre pyjama. Encore un truc à aller chercher, à un moment.

« Bon matin ! » lança soudain l’ange aux cheveux blonds encore un peu ébouriffés de sommeil d’une voix joyeuse, faisant légèrement sursauter Nihil qui n’avait pas encore parlé à voix haute depuis qu’elle s’était levée. Mais sa bonne humeur sembla éloigner encore un peu le reste de méfiance de l’elfe, qui réussit enfin à abandonner sa posture tendue.

« Bon matin », dit-elle en réponse après quatre secondes. « Y a des gens finalement qui se lèvent avant 6 heure et demi / 7 heures ici ? Vous êtes presque la première personne que je vois debout avant l’aube », ajouta-t-elle, sincèrement étonnée. Excepté les vampires qui vivaient la nuit, mais Nihil les fuyait un peu, ceux-là. Toujours pas trop confiance. En tout cas, elle avait eu l’occasion de converser rapidement avec un elfe nommé… - grand effort de concentration et de mémoire… - Gustave, et même s’il n’avait pas dit clairement ses opinions sur les humanoïdes suceurs de sang, son ton avait été plutôt transparent. De quoi ils avaient parlé, à part ça, d’ailleurs ? Bof, sûrement d’un truc pas trop important… Ah, si, il avait pris le relais de la sorcière Joëlann (elle avait réussi à retenir son nom ! Waaaaaaiiis !) pour lui faire visiter plus en détails les quartiers des elfes. Woah. Ca datait, déjà. Elle renifla un peu.

Rassuré par le fait que sa compagnonne parle sans agressivité avec l’être ailé, Sko s’approcha légèrement de ce dernier, le museau en avant, pour le renifler. Sa manière à lui de dire bonjour.

« Chai pas si j’avais le droit de venir ici, mais je cherchais un truc, et je suis arrivée là, et il faisait bien chaud », marmonna l’elfe pour s’excuser, regardant vaguement le bazar de coussins entassés à côté des étagères. Peut-être que c’était interdit de venir par ici à cette heure-là, si on n’était pas un ange. Les humains faisaient tout un tas de règles compliquées pour dire que telle personne ne peut pas aller à tel endroit… Est-ce que c’était interdit de monopoliser tous les coussins ? Mais bon, en fait, nan, elle n’avait pas envie de s’excuser. Elle avait très rarement eu dans sa vie l’impression qu’elle avait fait quelque chose de mal.

« Vous sauriez pas si y a un truc à faire d’intéressant, à cette heure-là ? » dit-elle, prise d’une envie subite, et sa parole suivant sa pensée subite, comme ça lui arrivait parfois, à elle l’elfe-peu-loquace. Avec un interlocuteur autre qu’un renard, c’était encore mieux pour discuter si ça se trouve. « J’m’ennuie, et j’ai pas encore faim. Et même après en fait, pendant la journée, parce que j’ai pas envie d’aller au cours théorique des elfes. C’est encore revenu sur la manière dont doit se comporter un elfe bien élevé, aujourd’hui, je crois », dit-elle, marmonnant la dernière phrase de manière à moitié audible.

*Pas que je sache pas que j’en ai certainement besoin, juste que ça me saoule en fait*, pensa-t-elle en faisant une légère moue, regardant ailleurs et tordant la pointe d’une de ses oreilles, machinalement. Flemmarde, va.

Tiens, en parlant de bonnes manières. Elle avait pas oublié un truc, là ?

« Ah, oui », fit-elle. « Moi, c’est Nihil. Et puis lui c’est Sko », conclut-elle en désignant son renard roux du doigt.

_________________
Plop !
Ajartiel
Chef des Anges

avatar

Grade hiérarchique :
  • Général de Division

Points : 1000161
Messages : 400
MessageSujet: Re: Nihil veut une couette.   Mer 25 Juin - 15:55

[Message posté le jeu 3 Oct 2013, 00:57]
Lorsque, après un léger délai, l’intruse lui répondit, ce fut sa voix bien plus que les mots prononcés qui capta l’attention d’Ajartiel. Elle était marrante. On aurait dit qu’elle parlait dans une boîte. C’était un bien drôle d’accent... Et puis elle renifla et l’Ange retint de justesse une exclamation de compréhension. Du genre : « Ah, mais oui, mais c’est bien sûr ! ». Une expression qu’il n’avait jamais utilisée soit dit en passant. C’était pourtant son genre. Il faut croire que l’occasion ne s’était pas présentée. Sauf là. Mais il l’avait retenue. BREF ! L’Elfe avait le rhume.

À sa décharge, l’Hongrois n’avait pas coutume de fréquenter les enrhumés. Son dernier coup de froid remontait à avant même l’invention du mot ‘‘rhume’’. Les Anges ne tombaient pas malade.

Quoiqu’il en soit, la jeune femme se fichait probablement totalement du manque de connaissances médicales de son interlocuteur et attendait sûrement une réponse. Sauf que le Magyar fut à nouveau déconcentré, cette fois par le Totem renifleur de la demoiselle. Il n’aimait pas les renards. Ça puait, ça volait les poules et c’était bourré de maladies. Rusé comme un renard ? Fourbe, plutôt. Enfin... Ce n’était techniquement pas totalement un renard. Cette sage pensée lui permit de rester, si ce n’est sympathique, du moins stoïque quand la bestiole s’approcha. Et puis il décida de l’ignorer. C’était le mieux qu’il pouvait faire.


« Vous sauriez pas si y a un truc à faire d’intéressant, à cette heure-là ? »

Il haussa les épaules et, puisque la discussion était lancée, décida de s’installer. Il laissa à l’Elfe sa montagne de coussins et alla s’asseoir en tailleur contre le mur juste à côté. Elle parlait presque autant que lui, en fait... Elle avait déjà enchaîné sur son horaire (très indéfini) de la journée. Peut-être qu’elle s’adressait plus à elle-même qu’à lui. Ça ne dérangeait cependant pas Ajartiel le moins du monde. Il l’écouta juste babiller, comme d’autres mettent la télé. C’était un passe-temps aussi valable qu’un autre. Il faut dire, le chef des Anges n’était pas difficile à distraire.

Pourtant, elle ne devait pas avoir entièrement passé outre sa présence, puisqu’elle finit par se présenter. Et alors Ajartiel eut une idée... Elle agissait de façon si naturelle, si peu guindée, qu’elle ne savait probablement pas qui il était. Le système hiérarchique de la C.A.T. avait nécessairement du bon, mais ses mauvais côtés irritaient le chef des Anges. Entre autre son titre, qui le plaçait au-dessus de tout le monde, qui le rendait ‘‘impressionnant’’. C’était un truc auquel il n’allait sûrement jamais s’habituer. Et de voir Nihil – puisque tel était son nom – s’adresser à lui comme à un égal... et bien, ça l’amusait. C’était nouveau quoi.

Son sourire renouvelé, il se lança :


« Tu peux m’appeler El. Tu es nouvelle ? J’me suis toujours dit, dormir dans des arbres au moins de septembre, ça doit pas être la joie. Et ça c’est rien, attend de voir en janvier... Mais bon, apparemment que c’est ce que les Elfes et les Fées voulaient. Corrige-moi si je me trompe, mais vous aimez rester dehors, non ? Et être enfermé entre quatre murs, c’est pas votre truc ? Enfin, j’imagine que tu peux squatter ailleurs si tu veux. Y’a peut-être un concierge à qui ça va déplaire si tu refais la déco, mais, déjà, il saura jamais que c’est toi. Et puis, comme tu vois, tu déranges un grand total de... zéro personne. Ils sont tous encore en train de ronfler. »

C’était probablement un plan foireux, sur le long terme. Parce que, si effectivement Nihil n’était pas à la base depuis longtemps, elle croirait sûrement à sa fausse identité. Sauf que les chances étaient relativement élevées qu’elle n’apprécie que peu de s’être fait mentir. Car elle l’apprendrait évidemment, un jour ou l’autre. Mais ça, c’était toutes les jolies conséquences auxquelles Ajartiel ne pensait pas une seule seconde. Comme d’hab.

_________________
Ajartiel, Le Plus Meilleur
Nihil
Elfe

avatar

Grade hiérarchique :
  • Caporal

Points : 360
Messages : 72
MessageSujet: Re: Nihil veut une couette.   Mer 25 Juin - 15:58

[Message posté le Ven 4 Oct 2013, 08:44]
Spoiler:
 

Pendant qu’elle blablattait, Nihil avait eu l’impression que l’attention du blondinet, qu’elle n’avait pratiquement pas quitté des yeux, instinct oblige, était ailleurs. Il avait failli pousser une exclamation quand elle avait simplement demandé des infos sur les horaires de lever des Catiens moyens, avait regardé son renard avec une tronche bizarre, avait haussé les épaules quand elle lui posait des questions, puis était parti s’assoir contre un mur sans dire un mot. Nihil décida tout de même de l’imiter, parce que rester debout sans bouger, c’était pas son truc. Elle se laissa tomber sur les coussins en gardant toujours un contact oculaire avec l’être ailé, puis prit le temps de s’installer confortablement en demi-lotus, la position que faisait le moins mal aux chevilles selon elle. Sko, un peu déçu du manque de réaction de ce type, s’assit à même le sol, la tête sur une patte avant, et continua sa nuit.

Et pof, il se mit à parler. L’ange, pas le renard, hein. Nihil s’était presque dit que c’était un type qui n’était pas super bavard – il ne l’avait même pas coupée dans ses élucubrations plus ou moins décousues – mais elle dût admettre qu’elle s’était un p’tit peu trompée.

« Tu peux m’appeler El. Tu es nouvelle ? J’me suis toujours dit, dormir dans des arbres au moins de septembre, ça doit pas être la joie. Et ça c’est rien, attend de voir en janvier... Mais bon, apparemment que c’est ce que les Elfes et les Fées voulaient. Corrige-moi si je me trompe, mais vous aimez rester dehors, non ? Et être enfermé entre quatre murs, c’est pas votre truc ? Enfin, j’imagine que tu peux squatter ailleurs si tu veux. Y’a peut-être un concierge à qui ça va déplaire si tu refais la déco, mais, déjà, il saura jamais que c’est toi. Et puis, comme tu vois, tu déranges un grand total de... zéro personne. Ils sont tous encore en train de ronfler. »

Bon, apparemment il s’en était vraiment fichu quand elle avait parlé. Ses questions restaient sans réponses. Mais bon. Sans se douter un brin des pensées tordues et machiavéliques qui se cachaient derrière la face de l’être angélique [(bon, faut p’têt’ pas exagérer non plus x’)], elle apprécia le sourire qu’il arborait et répondit de la même manière que lui, sans interrompre le flot de sa pensée déconstruite, avec une voix presque chuchotée, et un débit rapide. Au réveil, elle était apparemment plutôt causante, faut croire.

« Elle ? C’est marrant, c’est un prénom de fille, nan ? J’ai eu une renarde qui s’appelait comme ça. C’est parce que j’avais pas vraiment d’idée pour l’appeler », dit-elle sans même penser que cela aurait pu être vexant d’une manière ou d’une autre pour un ange de sexe masculin d’avoir un nom de fille ou de renard, qu’on donne quand on n’a pas d’idée. En même temps, dire « tu peux m’appeler Elle », ça voulait peut-être dire que c’était pas son vrai prénom. « Nan, j’avais pas fait avant, mais c’est rigolo de vivre dans des cabanes en haut des arbres. Mais y a pas beaucoup de place et de couettes. J’voulais en trouver une justement. Ou plus. Comme ça j’aurais fait un vrai nid. Etre entre quatre murs, c’est vrai que c’est pas trop mon truc, mais du moment que c’est pas trop longtemps… Et puis quand y a pas de clim. La clim ça sent bizarre, ça fait froid et ça fait mal dans le nez. N’empêche, ça fait bizarre de dormir tous les jours exactement au même endroit. Avant, et depuis un bout d’temps, je changeais presque tous les jours. »

Elle s’arrêta quelques instants dans son monologue, et sembla réfléchir, peser le pour et le contre, très concentrée, regardant alternativement ses mains, le coussin qu’elle malaxait depuis qu’elle s’était assise, l’horloge au mur, l’ange. Puis, d’une voix un peu plus hésitante :

« Euh… Nan en fait nan. » Etant donné que « Elle » avait l’air plutôt avenant, elle aurait presque osé lui poser quelques questions à propos de truc qui la taraudait depuis longtemps. Mais bon, bizarrement elle se disait que n’importe qui aurait rigolé en les entendant, donc elle voulait plus. Elle renchaîna sur autre chose après avoir sorti un mouchoir et s’être mouché discrètement, sa pensée papillonnant d'une idée à l'autre avec une logique totalement inexistante.

« C’est comment, d’être un ange ? Ca fait très mal les plumes ? Quand on les arrache je veux dire. Et vous pouvez voir le ciel artificiel de très près ? Il est comment, vu de là-bas ? Et vos cours, ils ont l’air vachement mieux que les nôtres. J’pense que j’irais voir, une fois. » Voir des types voler en battant des ailes, ça devait être rigolo. Cui cui cui. Mieux qu’un ciné, certainement. Elle esquissa un sourire, son visage s’illuminant brièvement à l’idée.

« Vous avez l’air sympa, en fait », lâcha-t-elle soudain, reprenant une figure sérieuse et attentive, après avoir regardé Elle quelques secondes, la tête légèrement penchée, se tortillant la pointe de l’oreille. « Plus que Geoffroy, euh, Gaspard… enfin un elfe, là. Il m’a fait visiter un peu. C’était gentil, mais il parle pas beaucoup. Il fait très, euh, manche à balai. Chai pas si c’est un ami à vous, chui désolée c’était pas méchant de ma part, hein », dit-elle précipitamment pour se rattraper. « D’habitude les gens ils me font peur », confia-t-elle en détournant vaguement le regard.

Brusquement elle eut faim. Alors, telle une prestidigitatrice experte, elle fit sortir un truc d’une des poches de son gros sweatshirt vert. Des biscuits Petit-Ecolier et trois grosse reines-claudes enfermées dans une petite boîte hermétique qu’elle avait pris à la cantine la veille au soir. Les prunes étaient pour le renard, qui adorait ça. Alerté par le bruit de l’emballage, Sko ouvrit un œil, attentif.

« Vous en voulez ? » demanda-t-elle soudain à Elle. Presque solennellement. Offrir de la nourriture, c’était un acte formidable. Surtout un truc au chocolat. Et encore plus à un type qu’elle ne connaissait ni d’Eve ni d’Adam. Nan ? « Les prunes, elles sont pour Sko, mais si vous voulez il peut partager, je pense. » Le regard du goupil semblait indiquer qu’il aurait bien tout sgroumpfé, mais bon. Elle lui ramènerait plein d’autres choses pour se faire pardonner. Na.

Elle attendit que l’ange au jogging s’exprime, une main à moitié tendue vers lui avec un paquet de biscuits dedans. S’il voulait répondre, se barrer en courant, commencer une bataille de coussins ou plus simplement tirer la queue de Sko, c’était le moment. Il pouvait en placer une. Enfin. Ouf.

_________________
Plop !
Ajartiel
Chef des Anges

avatar

Grade hiérarchique :
  • Général de Division

Points : 1000161
Messages : 400
MessageSujet: Re: Nihil veut une couette.   Mer 25 Juin - 16:01

[Message posté le Mer 30 Oct 2013, 20:23]
Au premier commentaire de son interlocutrice, Ajartiel pouffa. Il ne voyait pas en quoi c’était un prénom de fille, mais bon, pourquoi pas. Pas insulté pour deux sous, parce qu’il ne sentait nullement sa virilité mise en doute alors qu’on parlait d’un nom qui, au fond, n’était même pas le sien, il ne pu néanmoins s’empêcher de noter mentalement que l’Elfe était plutôt mal placée pour parler, avec son nom qui ne voulait rien dire. Ou plutôt, qui voulait dire rien. C’était possible comme phrase, ça ? Bref. Mieux valait ne pas se lancer dans un débat sur les prénoms, même si ça aurait pu être marrant.

« Non, non. La dernière fois que j’ai regardé, j’étais encore un mec. Mais je vais garder les preuves pour moi, si tu permets. », s’amusa-t-il, tout sourire.

Il ne fut cependant pas certain que la jeune femme y eut prêté attention, car elle continua de réfléchir à voix haute. Ou, en tout cas, c’est l’impression que ça donnait. Il n’était pas sûr de ce qu’était la clim, mais il nota quelque part dans un coin de son cerveau que c’était à éviter. Peut-être un genre de gaz empoisonné... Et peut-être qu’elle y avait été exposée, parce qu’elle semblait assez mélangée dans ses souvenirs. Après avoir regardé à droite et à gauche, à la recherche de Dieu sait quoi, elle nia ce qu’elle venait d’affirmer sur son passé. Okay... C’était assez bizarre. Cela dit, pour une fois que ce n’était pas Ajartiel le plus étrange dans une pièce, il ne ressentait pas spécialement le besoin de s’en plaindre. Et puis elle lui sortit une question encore plus saugrenue qu’il ne l’en aurait crue capable.

Pourquoi est-ce qu’elle voulait le déplumer ? C’est pas parce qu’il avait des ailes qu’il était une dinde à farcir ! Sauf qu’étant donné qu’elle n’insista pas et qu’elle n’avait pas un regard assoiffé de sang, il se dit qu’il avait peut-être mal compris la raison de sa question. Sûrement en fait, vu qu’il ne voyait pas comment elle en était venue à la susnommée interrogation. C’était peut-être un moyen elfique de lancer la conversation... Des fois, ils avaient des drôles de réaction. Gustave surtout, était très doué pour ne pas y aller avec le dos de la cuillère quand il exprimait ses opinions. Sauf qu’on comprenait généralement très vite où il voulait en venir. Il ne sortait pas des questions du néant, comme ça... Oh, tient, elle portait peut-être bien son nom, la Nihil, finalement.


« D’habitude les gens ils me font peur »

Peut-être que c’était pour ça qu’elle parlait autant et de façon si décousue. Ajartiel faisait pareil lorsqu’il était mal à l’aise. En fait, réflexion faite, elle lui ressemblait... C’était son genre à lui aussi de poser des questions totalement hors contexte et de monologuer. Diantre... C’est donc de ça qu’il avait l’air ? ... Cool !

Il sourit encore une fois. Parce qu’il était sympa et qu’il l’aimait bien, celle-là ! Même si elle ne le laissait pas trop parler, posant des questions sans attendre de réponses. Comme lui. Haha. Peut-être qu’elle était son arrière-arrière-[...]-arrière petite-fille ! ... Oh... merde... Il avait pas mis une fille enceinte sans le savoir, quand même ?? Non, non... Zen... Les chances étaient minces. Et puis on le lui aurait dit... probablement... merde...


« Vous en voulez ? »

Ah, gentille arrière-petite-fille qui le sortait de sa crise de paranoïa.


« Je n’ai pas besoin de manger. », répondit-il simplement. Et puisque ça l’intriguait vraiment trop, il ne put s’empêcher de poser la question :

« Dis... Tu as quel âge ? »

Après tout, peut-être qu’elle était trop vieille pour être sa descendance... Il fallait se méfier avec les Elfes... et les Fées... et les Vampires... et les Anges. Tout le monde sauf les Sorciers quoi. Eh.

Malheureusement pour Nihil, elle n’obtenait pas de réponse à ses questions, encore une fois. C’est qu’Ajartiel n’avait pas une mémoire à court terme des plus phénoménales... ou alors si, mais pas dans le bon sens. Il ne fallait pas espérer de lui qu’il se souvienne d’une question posée s’il ne pouvait y répondre que dix minutes plus tard. P't'être bien qu'il avait un déficit de l'attention... oh, tiens, une poussière qui vole.

_________________
Ajartiel, Le Plus Meilleur
Nihil
Elfe

avatar

Grade hiérarchique :
  • Caporal

Points : 360
Messages : 72
MessageSujet: Re: Nihil veut une couette.   Mer 25 Juin - 16:03

[Message posté le Sam 2 Nov 2013, 10:24]
Nihil avait passé outre sa remarque concernant le fait qu’Elle était bien un mec. Ben oui, l’elfe était pas aveugle, hein. Les preuves ? Qu’est-ce qu’il avait voulu dire, se demanda innocemment Nihil. Mais comme une autre réflexion avait déjà éclot avec un petit « pop » (ou pas d’ailleurs) dans son esprit, elle avait embrayé sur la condition d’homme à plume propre aux Anges.

Il avait vraiment l’air sympa, souriant et tout. Elle était pas habituée. D’ordinaire, les gens qui lui parlaient, ils souriaient, mais ça semblait juste être de la politesse, une espèce d’automatisme. Lui à certains moments il avait juste l’air de se marrer. Elle s’en foutait qu’on se marre à son propos, c’était pas grave (enfin, si elle avait eu l’impression que c’était méchant, elle lui aurait sorti son regard de sauvageonne qui fait peur). Présentement, elle se sentait plutôt mise à l’aise par le rire de l’être ailé.

Et puis elle lui avait proposé une partie de son p’tit dèj. Mais quand elle avait relevé les yeux de ses poches, elle avait été un instant déstabilisée par l’expression de réflexion inquiète que l’ange arborait soudain. Apparemment, elle l’avait coupé dans ses pensées négatives, parce que son visage se détendit légèrement quand elle lui demanda s’il voulait manger.

« Je n’ai pas besoin de manger. »

Pardon ? Quoi ? Oh… Peut-être qu’on lui avait déjà dit, en fait. C’est vrai, les Anges ne mangent pas. Un peu déçue, elle donna une prune à Sko, qui battit deux-trois fois de la queue, et l’avala avec délectation, tandis qu’elle savourait son biscuit avec concentration et méthode, les quatre coins d’abord, puis les côtés en biscuit, puis les côtés en chocolat, ensuite le tour du bonhomme, et on mange celui-ci à la fin. Elle mangeait sans mettre une miette à côté. Faut pas gâcher la bonne marchandise, hein.

« C’est tri… » commença-t-elle la bouche pleine, mais le blondinet lui coupa la parole pour lui demander incidemment :

« Dis… tu as quel âge ? »

Ah, tiens, c’est vrai, ça. Elle fronça les sourcils, se demandant vaguement quel était le rapport avec la choucroute (bizarres, ces gens qui posent des questions complètement hors de contexte... ahem). L’ange avait l’air d’être taraudé par quelque pensée. Quel âge elle avait, déjà ? Elle mit le biscuit qu’elle avait commencé dans sa bouche et regarda ses mains, comptant sur ses doigts, toujours à voix basse.

« On est en… deux-mille-trèjjje, hein… Et l’année où le roi est mort, ch’était… » marmonna-t-elle, le Petit-Ecolier entre ses dents, ce qui ne devait pas éclairer son élocution.« Donc 1913… 1813… 1803… Donc j’ai eu 220 ans chette année ! » conclut-elle, mangeant son biscuit sans se préoccuper du rituel nécessaire, pour une fois.

Elle revint sur ce qu’elle voulait dire.

« C’est un peu triste, de pas pouvoir manger, j’trouve. Enfin, c’est vrai que du coup, c’est bien, vous devez pas savoir ce que c’est que d’avoir vraiment faim… » En tant qu’être aptère et non immortel (bien qu’elle savait avoir encore une longue vie devant soi), elle devait se sustenter, elle. Et elle aimait plutôt bien ça, se sustenter. Surtout après avoir eu faim, ça paraissait toujours meilleur. Certains hivers lui revenaient en mémoire. Ceux pas longtemps après que sa Grande-Tante soit… partie. Elle avait bien crevé la dalle, à certains moments. A 16, 17 ans environ… Mais par contre, elle se souvenait très bien d’avoir voulu voler un truc dans la réserve d’une ferme, et de s’être endormie à l’intérieur, et de la fermière qui l’avait trouvée là, et l’avait engueulée, et lui avait donné un bol de soupe, malgré le saucisson entier qu’elle avait bouffé avec Sko, et lui avait proposé une couche… Elle se souvenait du visage de la dame. Même si elle était partie le lendemain, en remerciant beaucoup. Une autre fois, un sale type l’avait simplement jetée dehors. Même sans avoir vu Sko. Du coup, elle n’avait eu aucun scrupule à revenir chiper deux poules et 3 œufs. Na. Et elle avait jeté son visage hors de sa mémoire.

Elle secoua légèrement la tête, histoire de chasser les souvenirs, bons et mauvais, et repris la dégustation de ses biscuits, en redonnant une prune à Sko, qui s’était rapproché de l’elfe et manifestait sa convoitise en fixant l’objet de son désir avec insistance.

« Et vous, vous avez quel âge ? Z’êtes vieux ? Vous venez de quelle région ? » Elle était curieuse. Elle avait cru déceler un accent dans sa manière de parler, mais elle n’identifiait pas du tout d’où ça pouvait venir. « Et z’êtes à la CAT depuis longtemps ? »

_________________
Plop !
Ajartiel
Chef des Anges

avatar

Grade hiérarchique :
  • Général de Division

Points : 1000161
Messages : 400
MessageSujet: Re: Nihil veut une couette.   Mer 25 Juin - 16:06

[Message posté le Sam 23 Nov 2013, 15:04]
220 ans ? Ah, donc, ça restait possible. Bah merde alors... La C.A.T ayant un dossier sur chacun de ses occupants, le Chef des Anges nota mentalement que, pour en avoir le coeur net, il pourrait regarder dans celui de Nihil, plus tard... ou bien oublier de le faire, comme tout ce qu’il remettait au lendemain. Comme le mois dernier, quand il avait dû écrire ce rapport complètement barbant sur une mission en Amérique du Sud et que... oh... est-ce qu’il l’avait fait finalement ? Oups.

« C’est un peu triste, de pas pouvoir manger, j’trouve. Enfin, c’est vrai que du coup, c’est bien, vous devez pas savoir ce que c’est que d’avoir vraiment faim… »

En réponse, Ajartiel haussa les épaules, amusé par le ton désolé de l’Elfe. Ne jamais souffrir de la faim, c’était quand même pas mal. Contrairement à ce qu’affirmait son interlocutrice, et même si c’était loin dans sa mémoire, il se souvenait avoir déjà eu vraiment faim et ce n’était pas quelque chose qui lui manquait spécialement. Peut-être que, maintenant, la nourriture n’avait plus le même ‘‘goût’’ parce qu’elle ne satisfaisait plus aucun besoin, mais... bah voilà. Il y pouvait rien, en même temps, alors il n’y avait jamais franchement réfléchi.

Le sujet de sa possible descendance était déjà effacé dans l’esprit de l’Ange, mais Nihil le ramena sans scrupule sur le tapis en l’interrogeant sur son âge, à lui. C’était une réponse qu’il ne donnait généralement pas, pour deux raisons. Premièrement, parce qu’il n’aimait pas parler de lui, peu importe la facette de sa vie. Deuxième – et principalement – parce que c’était vraiment pas facile comme question. L’âge depuis sa naissance ? Depuis sa renaissance ? Le temps où il avait été en vie, donc en excluant le grand trou dans son existence ? Déjà que les mathématiques n’étaient pas sa force... Alors il éluda, comme il savait si bien le faire.


« Je sais pas trop, j’ai arrêté de compté au bout d’un moment. De toute façon, ça change rien, vu que je vais garder cette tête jusqu’à... ben jusqu’à toujours, en fait. Quant à savoir si c’est vieux... » Haussant à nouveau les épaules, il ajouta : « Qu’est-ce que tu en penses ? » en posant son menton sur ses mains, telle une princesse de Disney, son sourire le plus niais accroché aux lèvres tandis qu’il papillonnait exagérément des paupières.

Se calmant un peu, il contourna également les autres questions qu’elle lui avait posées.


« J’ai pas mal voyagé en Europe centrale, mais au final, la C.A.T. est ma vraie maison. J’y suis depuis pas mal de temps. Et toi ? T’as l’air nouvelle. Tu devais venir d’un endroit chaud, pour réussir à tomber malade ici. J’ai pourtant pas l’impression qu’il fasse si froid... »

Façon subtile de se renseigner sur sa provenance. Ajartiel se félicita mentalement de tant de doigté, quoique, avec les deux cents ans qui les séparaient, ça n’était pas trop un critère discriminant. En fait, il avait déjà perdu pas mal d’intérêt pour cette possibilité d’avoir une descendance. Il avait sûrement des membres de sa famille en vie. Peut-être pas directement de lui, mais il avait des frères et des soeurs... Sauf que, au final, après tout ce temps, le lien serait plus que dilué. En plus, il n’était pas certain d’avoir envie qu’il subsiste une quelconque preuve de son rattachement à cette famille qu’il avait détestée.

« Et t’es pas obligée de te contenter de biscuits, tu sais. À mon avis, la cuisine est déjà ouverte. Augustine est une Vampire, cinq heure du matin, pour elle, c’est rien. En fait, y’aura probablement qu’eux, là bas... Côtoyer les buveurs de sang, c’est la pénitence de ceux qui se lèvent tôt ! Non, je rigole. Ils sont pas tellement facile d’approche en général, mais le truc, c’est de faire comme si on avait pas remarqué. Et puis ils finissent par se mettre à l’aise. Ils sont pas aussi terribles que ce que racontent les bouquins et les films. Ils sont plus solitaires qu’autre chose, parce qu’ils ont pas le choix, j’imagine. C’est pas comme les Elfes et les Fées, qui vivent en groupe. Tiens, d’ailleurs, t’es toute seule ? C’est parce que tu te lèves trop tôt ou que t’as pas d’amis ? »

Doigté ? Tact ? Hahaha. C’était trop beau pour durer.

_________________
Ajartiel, Le Plus Meilleur
Nihil
Elfe

avatar

Grade hiérarchique :
  • Caporal

Points : 360
Messages : 72
MessageSujet: Re: Nihil veut une couette.   Mer 25 Juin - 16:09

[Message posté le Sam 7 Déc 2013, 19:32]
« Je sais pas trop, j’ai arrêté de compté au bout d’un moment. De toute façon, ça change rien, vu que je vais garder cette tête jusqu’à... ben jusqu’à toujours, en fait. Quant à savoir si c’est vieux... Qu’est-ce que tu en penses ? »

Nihil réprima un éclat de rire en voyant l’ange imiter… euh, un truc, elle savait pas quoi, m’enfin ça lui donnait une vraie tête d’abruti. Héhé. Elle remarqua tout de même, tout en continuant à sourire, que l’être ailé avait une fois de plus répondu à côté. Pas que ça dérangeât l’elfe. Elle comprenait plus ou moins que quelqu’un n’ait pas envie de répondre. Si c’était le cas, l’être ailé pouvait lui dire n’importe quoi, en fait. Elle ne s’en formaliserait pas.

« J’ai pas mal voyagé en Europe centrale »,reprit-il avec un peu plus de sérieux, « mais au final, la C.A.T. est ma vraie maison. J’y suis depuis pas mal de temps. »

« Europe centrale ? » Waah, trop bien. Ça voulait dire qu’il venait d’un endroit qu’elle n’avait jamais vu. Elle rouvrit la bouche pour lui demander des précisions, et lui demander de dire un truc dans sa langue natale, mais il reprit la parole trop tôt.

« Et toi ? T’as l’air nouvelle. Tu devais venir d’un endroit chaud, pour réussir à tomber malade ici. J’ai pourtant pas l’impression qu’il fasse si froid... »

Le sourire de Nihil s’estompa. Elle se renfrogna un petit peu. Nan, elle était pas super frileuse, normalement. Nan, elle tombait pas malade alors qu’il ne faisait même pas vraiment froid. C’était entièrement la faute de Sko, d’abord. Ils s’étaient baladés près du lac, et Sko, qui adorait l’eau sous toute ses formes, avait fait trempette, était ressorti dégoulinant, et avait fait ce que tout animal à fourrure fait en sortant de l’eau : il s’était bien secoué. Le plus près possible des gens, évidemment, sinon c’est pas drôle, tout le monde sait ça. Donc elle s’en était pris plein la figure, avait voulu l’attraper, le renard avait sauté dans l’eau, elle avait bondi à sa suite. Et elle avait fait tout le chemin jusqu’à sa cabane dans l’arbre trempée jusqu’à mi-cuisse. D’accord, l’eau du lac n’était pas gelée, mais quand même… N’importe qui aurait pris un peu froid.

Elle marmonna un « Boaf c’est la faute à Sko et puis j’étais mouillée à cause du lac et j’me suis pas bien séchée c’est tout. »

Ignorant apparemment ses grommellements, l'ange poursuivit:

« Et t’es pas obligée de te contenter de biscuits, tu sais. À mon avis, la cuisine est déjà ouverte. Augustine est une Vampire, cinq heure du matin, pour elle, c’est rien. En fait, y’aura probablement qu’eux, là-bas... Côtoyer les buveurs de sang, c’est la pénitence de ceux qui se lèvent tôt ! »

Les yeux de Nihil s’agrandirent légèrement. Il avait dit « pénitence » ? Ca confirmait ce qu’on lui avait dit, alors. Ils étaient dangereux. Tiens, au fait… celle qui lui avait donné des biscuits, maintenant qu’elle y repensait… elle avait des crocs, nan ? Alors c’était une vampire aussi ? Peut-être qu’elle avait frôlé la mort sans s’en apercevoir alors ! Mais en même temps, Nihil ne pouvait faire autrement que de sortir Augustine du lot. Elle n’avait pas eu l’air d’être une créature sanguinaire et incontrôlable, juste de quelqu’un qui lui avait donné des biscuits et des prunes.

« Non, je rigole. Ils sont pas tellement facile d’approche en général, mais le truc, c’est de faire comme si on avait pas remarqué. Et puis ils finissent par se mettre à l’aise. Ils sont pas aussi terribles que ce que racontent les bouquins et les films. Ils sont plus solitaires qu’autre chose, parce qu’ils ont pas le choix, j’imagine. »

Pas le choix ? Elle pencha la tête sans comprendre. Ils risquaient de se manger entre eux et ne pouvaient donc pas trop se fréquenter ? Ou bien voulait-il juste parler de leur incapacité à se mêler à d’autres espèces ? Enfin bon, apparemment, El avait tenté de la rassurer. Ce serait plus juste de laisser leur chance à cette bande de sangsues.

« C’est pas comme les Elfes et les Fées, qui vivent en groupe. Tiens, d’ailleurs, t’es toute seule ? C’est parce que tu te lèves trop tôt ou que t’as pas d’amis ? »

« Uuh ? »

Elle réfléchit une seconde et demi à la question. Elle pensa au petit Jacques – qui était peut-être mort, maintenant, vu que quand elle l’avait connu, c’était en 1941 et il avait 12 ans -, à diverses personnes (datant d’époques lointaines pour la plupart, ou bien tout simplement des gens loin d’ici, des humains qui n’auraient pas la possibilité d’habiter dans ce genre de base secrète), mais elle ne regrettait pas tellement de personnes, en fait (à part sa Grande Tante, évidemment). Elle était habituée à bouger beaucoup, et à laisser derrière elle les hommes et leurs vies qui semblaient durer aussi longtemps que celle d’un papillon.


« Chai pas. Peut-être un peu les deux », répondit-elle, sans complexe, et sans se vexer du manque cruel de tact de l’ange. Elle-même en manquait très certainement à ses heures. « Enfin, j’ai Sko, de toutes façons », dit-elle avec un regard malicieux et carnassier lancé vers le renard, qui, son intérêt fort peu sollicité par une conversation entre sa maîtresse et un inconnu, s’était à moitié retourné pour se mordiller une patte arrière. Elle se ramassa sur elle-même et sauta sur lui pour le renverser. Surpris, il fit un écart, elle essaya de le suivre et attrapa une des étagères de la bibliothèque pour se rétablir, mais elle y mit un peu trop de force, et elle vit le meuble pencher dangereusement vers elle, et les bouquins glisser leeeentement de leurs places respectives pour venir entrer en collision avec sa tête. Poum. Elle en vit 36 chandelles, et tout devint un peu noir (pas parce qu’elle s’était évanouit, juste parce qu’elle était un peu enfouit sous le meuble et les livres). Elle galéra plus ou moins dans le monceau d'ouvrages pour s’extirper avec angoisse de cette position fâcheuse et plutôt douloureuse – elle ne se le pardonnerait pas si Sko avait été blessé, et si l’Ange s’était retrouvé embarqué dans ses gaffes, bévues et boulettes, mais Sko en tout cas était là, à quelques pas du tas informe, avec son air goguenard. Elle lui tira brièvement la langue, secoua la tête, et émergea complètement de la masse des livres, avec un petit saut délicat contrastant singulièrement avec la maladresse dont elle venait de faire preuve. Ne voyant pas l’être ailé tout de suite, elle se ré-inquiéta, et se pencha pour remettre en place une étagère, et vérifier si le blondinet était resté coincé dessous. Est-ce qu'il était juste à côté d'elle, avant qu'elle ne se mette à avoir des idées stupides, ou était-il sur le côté?

« M’sieur l’ange ? Ça va ? » Sa voix restait basse et feutrée, comme à son habitude – même inquiète, elle n’éprouvait pas le besoin de pousser des cris hystériques. Elle entreprit de déplacer les livres rapidement, les étalant pour voir si elle allait retrouver un cadavre ailé disloqué et sanguinolent. Punaise, elle s’était quand même bien amochée, elle-même. Woyoyoye.

_________________
Plop !
Ajartiel
Chef des Anges

avatar

Grade hiérarchique :
  • Général de Division

Points : 1000161
Messages : 400
MessageSujet: Re: Nihil veut une couette.   Mer 25 Juin - 16:12

[Message posté le Sam 21 Déc 2013, 01:14]
Un peu des deux ? Une réponse qui laissa Ajartiel perplexe un bon... deux secondes et quart. Voulait-elle dire qu’elle n’avait pas d’amis parce qu’elle se levait trop tôt ? Ou bien qu’elle se levait trop tôt parce qu’elle n’avait pas d’amis ? À moins qu’il ne s’agisse de deux causes dissociées qui aboutissaient au même résultat ? Coïncidence, donc. Parce que, en tant que lève-tôt notoire, le Chef des Anges n’était pas pour autant dépourvu d’amis. Peut-être pas des potes à qui on dit tout – de ça, il n’en avait pas –, mais des relations quoi. Et Nihil ne lui semblait pas quelqu’un difficile d’approche. Elle était même franchement sympathique. Surtout que, à la C.A.T., il y avait de tout... Entre Néhémie qui avait peur de son ombre, Will qui refusait qu’on l’approche... Ah, tiens, c’était tous des Vampires les asociaux, en y pensant deux fois. Donc, voilà, Nihil n’aurait certainement pas de soucie à se faire des copains.

Elle avait qui ? Ah, oui, sa bestiole. Suivant le regard de son interlocutrice, celui de l’Hongrois se posa sur le renard qui, fort de sa vilénie, sauta de côté pour éviter la toute aussi sournoise attaque de son... euh... son Elfe ? C’était quoi l’inverse de Totem ? Après tout, on ne pouvait pas vraiment parler de Maître... Sa meilleure moitié ? Fleur bleue et péjoratif à la fois, chic. Son pourvoyeur ? Son créateur ? Son
Agapornis ? Ha ha ha. Bref. Son Elfe.

Si le canidé ne donnait pas l’impression d’être joueur plus que cela au premier abord, son attitude changea soudainement et il détala brusquement, comme effrayé par– Aïe !
Evolutionary origin of insect wings from ancestral gills ?

Ajartiel, se massant le sommet du crâne, releva la tête pour s’apercevoir que WOOO ! La bibliothèque !!

Dans un réflexe de survie tout à fait humain, le Magyar se jeta hors du chemin du meuble... du mieux qu’il pu, étant donné qu’il était assis en tailleur. C’est donc dire qu’il n’alla pas très loin. Dans un grand bruit, les étagères s’effondrèrent et le pied de l’Ange ne fut malheureusement pas épargné par cette chute. Lâchant un juron dans sa langue natale, à la fois de surprise et de douleur, il se sortit rapidement de là et enveloppa son pied nu de ses mains, comme si ça pouvait calmer l’élancement. Elle était foutrement lourde cette bibliothèque ! Encore heureux qu’il ait choisi de la faire construire en mélamine au lieu du bois ou – pire ! – de la pierre, comme chez les Vampires. Enfin, tous ses os semblaient intacts...


« M’sieur l’ange ? Ça va ? »

Monsieur l’Ange grogna, puis, de façon plus intelligible :
« Ici ».

Constatant le fouillis, il grimaça. Et aussi parce que, sans être blessé, il avait quand même mal. Mais ça il ne le dirait pas. Il était un mec, un vrai. Ouais. Hum...


« On va se faire tuer... mais, genre, trop... », fut la seule constatation à peu près utile qu’il parvint à formuler sur le moment.

Le vacarme avait certainement réveillé plein de monde qui ne tarderait pas à venir voir. Il fallait réagir. Et vite !


« File ! Il faut se cacher avant qu’on sache que c’est nous. »

_________________
Ajartiel, Le Plus Meilleur
Nihil
Elfe

avatar

Grade hiérarchique :
  • Caporal

Points : 360
Messages : 72
MessageSujet: Re: Nihil veut une couette.   Mer 25 Juin - 16:13

[Message posté le Mar 24 Déc 2013, 13:34]
N’entendant aucune réponse dans un premier temps, Nihil employa la méthode du chien-qui-creuse, projetant les bouquins derrière elle avec frénésie et faisant place nette devant elle tandis que les livres s’éparpillaient un peu plus autour d’elle.

« Ici », entendit-elle soudain. Elle se retourna et poussa un soupir de soulagement. Ouf. Il avait l’air d’aller plutôt bien. Enfin, c’était pas un cadavre sanguinolent, quoi. Mais maintenant qu’elle savait que l’ange n’avait rien à craindre, l’elfe s’aperçut qu’en fait elle-même s’était vraiment fait mal. Elle se frotta son bras droit, endolori, avant de procéder rapidement à un examen plus approfondi en bougeant chacun de ses membres. Juste quelques contusions. Tant pis.

L’ange Elle grimaça. Mince. Il n’allait peut-être pas si bien. Elle s’apprêta à s’excuser platement et à lui demander si ça allait vraiment, et fit un geste pour commencer à ramasser ce barouf, mais il reprit la parole :

« On va se faire tuer... mais, genre, trop... », dit-il d’une voix catastrophée. Nihil se raidit, et regarda autour d’elle. Si ses oreilles étaient plus mobiles, elles se seraient rabattues en arrières comme celles de Sko au même moment. 4 yeux écarquillés se fixèrent sur l’ange. Tuer ? mais genre trop ? Tant que ça ? Genre, exécution sommaire ? Woyoyoye.

« File ! Il faut se cacher avant qu’on sache que c’est nous. »

Ce qu’elle avait fait était si grave que ça ? On lui en voulait à mort ? Mais les bouquins étaient pas trop abîmés, si ? Ah, y en avait un qui était bien écorné, oui. Et puis celui-là s’était ouvert et s’était froissé. Et la méthode canine qu’elle venait d’utiliser ne leur avait pas fait du bien non plus. Alors même si elle replaçait l’étagère et qu’elle remettait les bouquins dessus, c’était fichu, foutu, sa vie ne valait plus une coquille de cacahuète après cette faute honteuse ?

Mais pourquoi l’ange s’incluait-il dans le lot ? il n’avait rien fait, lui. Il s’en était juste pris dans la figure.

« Où qu’on va ? » chuchota Nihil d’une voix pressante, douloureusement consciente de la gravité de la situation. « Le chef des anges il m’en voudra beaucoup ? »

Sko se pressa contre son Elfe, guettant un peu de réconfort, tandis que les deux êtres regardaient Elle comme leur ange gardien qui allait les sortir de la sale affaire dans laquelle Nihil les avait embourbés. Elle essaya d’écouter pour savoir si des gens s’approchaient. Ses oreilles bourdonnaient toujours, mais elle put entendre que des gens remuaient du côté des dortoirs. Elle reporta son attention sur l’ange, lui jetant un nouveau regard désespéré, éploré, accablé. Elle pouvait pas mourir comme ça, à 220 ans à peine. C’était bien trop jeune.

_________________
Plop !
Ajartiel
Chef des Anges

avatar

Grade hiérarchique :
  • Général de Division

Points : 1000161
Messages : 400
MessageSujet: Re: Nihil veut une couette.   Mer 25 Juin - 16:17

[Message posté le Dim 29 Déc 2013, 23:07]
« Le chef des anges il m’en voudra beaucoup ? »

« Le chef des..? », commença à répéter Ajartiel en posant un regard hébété sur l’Elfe, ne comprenant pas sur le coup cette question. C’était lui, le Chef des Anges. Et puis il se rappela qu’il ne l’avait pas dit à Nihil. Il lui avait même dit n’importe quoi. Haha. C’était marrant en fait. Ça lui redonna même le sourire.

Par contre, le regard de détresse totale de son interlocutrice ne donnait pas l’impression qu’elle avait envie de partager la blague. Mais bon, l’Hongrois ne s’attarda pas sur elle très longtemps, observant son pied pour juger
de visu de l’absence de blessure. Il pouvait sentir de léger picotement à cause de son énergie qui avait réparé les ecchymoses avant qu’elles n’apparaissent. Il bougea les orteils, ce qui lui confirma que tout était à sa place et fonctionnel. Bien.

Des voix étouffées... des gens arrivaient !

Sans réfléchir, l’Ange sauta sur ses pieds et agrippa le poignet de Nihil qu’il entraina à sa suite. Il sentit une petite pointe de douleur quand il porta son poids sur son pied droit et que ce dernier rouspéta, mais il l’ignora superbement pour courir en direction de sa chambre. C’était à la fois l’endroit le plus près et le plus assurément désert auquel il songea.


[C'est court, mais la suite se trouve par là]

_________________
Ajartiel, Le Plus Meilleur
Nihil
Elfe

avatar

Grade hiérarchique :
  • Caporal

Points : 360
Messages : 72
MessageSujet: Re: Nihil veut une couette.   Mer 25 Juin - 16:20

[Message posté le Dim 5 Jan 2014, 11:55]
Nihil sentit son cœur chavirer lorsqu’elle vit le regard hébété du blondinet se poser sur elle, comme si la situation n’était plus très claire pour lui. Il répéta d'un air légèrement halluciné une séquence de phrase qu'avait prononcé Nihil... Peut-être s’était-il tapé la tête, au final. Son seul espoir de salut était-il déjà évanouit ? Croooottteuh. Mais non, il avait quand même l’air en bon état, et ne semblait pas complètement valétudinaire… Il sembla se secouer les puces. Mais peut-être…

Zut. Des voix ! Des inconnus s’approchaient, et l’empêchèrent de se pencher une nouvelle fois sur l’état de santé d’Elle. Elle voulut avertir l’ange de leur arrivée imminente, mais celui-ci sembla les avoir entendus également, et parut saisir l’urgence de la situation. Il agrippa le poignet de l’elfe. Celle-ci, légèrement prise par surprise, se tendit et amorça un léger grondement sourd – elle n’avait pas l’habitude qu’on agisse ainsi avec elle – mais elle sentit que ce n’était pas le moment de protester contre cette familiarité superfétatoire, et que c’était un geste purement oblatif de la part de l’ange, qui avait apparemment trouvé le moyen de les sauver, elle et son Totem, de la bourde stupide de l’elfe. Elle le suivit d’autant plus volontiers que les voix – accompagnées de bâillements – se rapprochaient dangereusement. Elle ne s'interrogea même pas sur l'endroit où Elle l'emmenait.

Sko prit quelques secondes de retard sur sa maîtresse en ramassant la boite vide qui avait contenu leurs provisions pour le petit déjeuner (ainsi, les chances que l’on sache qu’elle était la fautive seraient certainement moindre). Elle le remercia d’un regard en arrière, courant à la suite d’Elle, faisant confiance à Sko pour les rattraper tous les deux.

_________________
Plop !
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nihil veut une couette.   

 

Nihil veut une couette.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Veut voir Abdel mais tomber sur Nirina (Pv elle)
» Retour aux bercailles [Qui veut]
» Duvalier veut-il redevenir président?
» Que Veut Hamas
» MICHEL OU MIRLANDE ? SWEET MICKY OU GRAND MA ?QUI VEUT,QUI PEUT FAIRE MIEUX ??

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
C.A.T. - Créatures Anonymes de la Terre :: Aire des Anges (4e Sous-Sol) :: Salon-